jeudi 23 octobre 2008

La mauvaise foi

Tu as déjà eu à faire à une personne pleine de mauvaise foi ?
Si oui, alors je vais te replonger dans ce souvenir alambiqué. Si non, tu vas découvrir les joies de l'art de dissimuler avec adresse et aplomb les faits ou les dires les plus évidents. Tu risques aussi de découvrir que ton "non" de tout de suite était en fait un oui que tu ignorais.

La mauvaise foi, c'est quoi ?
C'est par exemple quelqu'un qui vole une confiserie dans un étalage et, pris sur le fait, qui le nie avec aplomb, la bouche pleine : "nôon c'f'est p'f'as môoi !"
Là c'était l'exemple de base.
Mais ça peut aussi être quelqu'un qui use et abuse d'une situation, d'argent, de la bonté d'autrui... dans son intérêt personnel, et qui le nie tout aussi habilement : "je faisais cela pour ton bien".
Figure toi que je suis confrontée en ce moment dans ma vie à une personne remplie, méga remplie, totally full of mauvaise foi. Et c'en est vite pénible, parce que cette personne me cherche des puces en prime, elle ne peut pas simplement me laisser en paix, non, il faut qu'elle en rajoute, avec plein de mensonges, d'inventions, de contradictions plus gros qu'elles. Peu importe.
La mauvaise foi c'est drôle quand c'est pour de faux. Par exemple, un prof qui se trompe va dire : "c'était pour voir si vous suiviez", on la connaît tous celle la.
Là où la mauvaise foi devient vraiment ennuyeuse, c'est quand elle est utilisée aux dépens d'autrui, et même parfois contre quelqu'un. Tous comptes faits, ce n'est pas la mauvaise foi qui est gênante mais l'usage que l'on en fait. Quand elle est utilisée pour se défendre ou se protéger ou plaisanter, elle a souvent lieu d'être, bien qu'il s'agisse tout de même d'une manière assez ridicule et impuissante de tenter de sauver la mise. Mais si la mauvaise foi est un outil de séduction, d'attaque, de détournement... je te conseille de savoir la repérer de loin si tu ne veux pas finir comme un crapaud qui cherche un abri pour se protéger des pas de géants des hommes ou des roues de leurs voitures. Et à savoir te défendre par un comportement un peu plus responsable !

dimanche 5 octobre 2008

Compte sur moi !

Désolée pour Bénabar, mais j'ai aussi envie de parler de ce joli petit trio de mots : compte sur moi, je ne te plagierai pas.
Alors en fait, "compte sur moi" ça me fait bien marrer, parce que, pour suivre la logique du "dis le avec des mots" :
  • Sens véritable
"Ne t'inquiète pas, je ne te ferai pas faux bond", ou bien "ne t'inquiète pas, tu peux me croire, fais moi confiance" etc.
Et en réalité, j'ai remarqué qu'à chaque fois que quelqu'un dit "compte sur moi" c'est foireux... En effet :
  • Usage constaté
Le quelqu'un de base va en réalité dire "compte sur moi" pour pallier à la probabilité évidente d'un événement qui pourrait interrompre le projet en cours. Par exemple, quelqu'un dit à son ami : passe à 20h. L'ami, un peu méfiant lui répond : "Oublie pas hein ? T'es sûr que tu seras chez toi ?" Le gars lui dit "oui oui, compte sur moi". Ben tu peux être sûr que l'ami en question se pointera devant une porte close ! Alors le gars verra son portable sonner et là, on a deux solutions :
- soit c'est un lâche, et il fait genre-il-entend-pas-qu'on-l'appelle
- soit c'est quelqu'un de bien (donc quelqu'un qui travaille, pour ceux qui suivent) et là il répond, et là encore, deux sous-solutions :
- soit c'est un demi lâche, et il vous invente un prétexte débile pour tenter de se justifier
- soit c'est quelqu'un de double bien (il doit travailler dur !) et il vous dit la vérité : "je t'ai zappé" ou "j'ai eu un truc au dernier moment avec des potes".
Je te rassure tout de suite (ou fais chuter tes illusions, ça dépend des cas) le quelqu'un double bien c'est rare, parce que bon, tu imagines quelqu'un qui soi-disant t'apprécie te dire "ah merde je t'ai oublié, j'avais mieux à faire" ?
Donc en fait, méfie toi des gens sur qui tu peux a priori compter. Préfère leur des gens qui te disent "je te promets rien" ou carrément "nan pas ce soir", même si sur le coup ça donne l'impression que le gens en question veut pas te voir, que nenni, en fait il prévoit le coup où il aurait déjà quelque chose de prévu.
  • Usage souhaitable
Ben, contente-toi d'utiliser cette expression quand tu es sûr de pouvoir répondre à la demande, et non plus pour te donner un genre de personne respectable et digne de confiance, image que tu trahiras lamentablement à la première occasion puisqu'on ne peut pas compter sur toi.

samedi 4 octobre 2008

Le travail ça déchire

Salut !

Hey ouais ! Franchement, quoi de mieux que de bosser pour gagner son fric et consommer de la bonne marchandise industrielle chimico- radioactive ?
Le rêve de tout un chacun : se marier, acheter sa maison dans le lotissement du village le plus proche de la ville dans laquelle on travaille, acheter un chien et faire des enfants, le tout en travaillant !! Mais bien sûr que si... Alors franchement j'ai commencé. Je travaille maintenant, je suis comme tout le monde, je me lève le matin (tôt !) pour me rendre à mon bureau en transports en commun ou en voiture quand j'ai reçu ma paye, et en plus j'ai des collègues, et on prend une pause repas le midi, et on a un ordinateur, et on travaille. Le bonheur !Alors du coup, avec mes sous, que je gagne en travaillant, je m'achète des choses qui servent à rien, comme tout le monde, par exemple je m'achète des vêtements ou des chaussures que j'en ai déjà des pareils mais ça fait rien, ou bien je m'achète des aliments que je ne prépare pas moi-même, parce que ça fait mieux, ou bien je m'achète des morceaux de métal et de plastique assemblés ensemble qui font un objet qui sert à communiquer loin de ton interlocuteur, parce que le progrès veut qu'on communique avec les gens les plus loin possible. Je peux aussi m'acheter des images qui défilent sur un panneau, ou bien des liquides qui traversent la barrière hémato-encéphalique de mon cerveau et qui me font dire n'importe quoi. Et je m'achète aussi des mots et des photos sur des feuilles de papier collées ensemble sur un bord, et je fais du bruit en regardant les feuilles une par une dans le métro ou dans la rue. Comme tout le monde ! Du coup je me sens mieux ! Parce qu'au moins maintenant j'ai des choses à raconter à mes amis, alors qu'avant je leur disais juste ce que je pensais ou ce que je ressentais. Maintenant je leur parle de la vraie vie ! Je ne leur dis plus que je les aime ou que j'ai peur ou que je suis triste, je leur raconte mes derniers achats ! Je ne leur demande plus comment ils se sentent, ce qu'ils craignent ou ce qui les rendrait heureux, je leur demande ce qu'il ont prévu d'acquérir dans les jours à venir ! Je ne leur dis plus non plus à quel point je trouve magnifiques les arbres et les animaux qui les peuplent, ou bien les herbes folles des bords de routes et leurs insectes et autres petits mammifères dont j'ai déjà joyeusement oublié les noms, je leur raconte comment on peut faire des économies, ou bien comment on peut paraître plus beau et plus jeune pour moins de 1000 euros. C'est ça la vraie vie, travailler ça rend heureux, alors travaillons, mes amis, travaillons ! Et nous serons libres ! Libres de dépenser notre blé, et de tendre des petits bouts de papier rectangulaires et des ronds en métal à une main et prendre de l'autre main l'objet qu'encore une autre main nous tend, et ensuite on met cet objet dans un morceau de papier, et on le tend à une main qui appartient soit à quelqu'un avec qui on a prévu d'accomplir notre mission de procréation, soit à quelqu'un qui nous est utile, ce genre de choses... et ça, ça veut dire qu'on est bien intentionné, et c'est maintenant la preuve irréfutable qu'on est quelqu'un de bien. Eh ouais, le travail ça permet d'être quelqu'un de bien de nos jours. Si tu bosses pas, t'es un gros nase, ne l'oublie jamais.