mercredi 30 décembre 2009

Joyeuses fêtes de foie malade

Salut l'ami, comment ça va aujourd'hui ?
Comme tous les ans, tu le sais, cette période est celle que je redoute systématiquement, la période pendant laquelle je pense particulièrement à mes frères et sœurs, mes cousins et cousines à poils et à plumes. Tu sais, ceux que tu bouffes allègrement sans même penser une seule petite micro infime seconde qu'ils ont été vivants et torturés avant de finir dans ton assiette.
Y'a un gars, David Myriam, qui pense comme moi. Mais lui c'est un artiste, qui a décidé de faire passer un petit message de façon super poétique. Du coup je t'invite à regarder cette jolie vidéo, qui malgré son caractère artistique, n'en est pas moins réaliste.


Mangez Buvez Gavez / It's not food! (sand animation)
par DavidMyriam

mardi 15 décembre 2009

Coupable !

Hello l'ami ! La pêche ?


Aujourd'hui, pas de mots, enfin si, mais pas écrits, juste des mots pas de moi que je colle ici et dans la petite boîte à musique parce que je les trouve vraiment top cool grave et tout ça.
T'as juste à écouter la chanson.

--------------------

J'me sens coupable d'avoir assassiné mon double dans le ventre de ma mère et de l'avoir mangé
J'me sens coupable d'avoir attenté à mon entité vitale en ayant tenté de me pendre avec mon cordon ombilical
J'me sens coupable d'avoir offensé et souillé la lumière du jour en essayant de me débarrasser du liquide amniotique qui recouvrait mes yeux la première fois où j'ai voulu voir où j'en étais
J'me sens coupable d'avoir méprisé tous ces petits barbares débiles insensibles, insipides et minables qui couraient en culottes courtes derrière un ballon dans les cours de récréation
Et j'me sens coupable d'avoir continué à les mépriser beaucoup plus tard encore alors qu'ils étaient déjà devenus des banquiers, des juges, des dealers, des épiciers, des fonctionnaires, des proxénètes, des évêques ou des chimpanzés névropathes
J'me sens coupable des lambeaux de leur âme déchirée par la honte et par les ricanements cyniques et confus de mes cellules nerveuses

Je me sens coupable, coupable !

J'me sens coupable d'avoir été dans une vie antérieure l'une de ces charmantes petites créatures que l'on rencontre au fond des bouteilles de mescal et d'en ressentir à tout jamais un sentiment mélancolique de paradis perdu
J'me sens coupable d'être tombé d'un tabouret de bar dans un palace pour vieilles dames déguisées en rock-star, après avoir éclusé sept bouteilles de Dom Pé 67 dans le seul but d'obtenir des notes de frais à déduire de mes impôts
J'me sens coupable d'avoir arrêté de picoler alors qu'il y a des milliers d'envapés qui continuent chaque année à souffrir d'une cirrhose ou d'un cancer du foie ou des conséquences d'accidents provoqués par l'alcool
De même que j'me sens coupable d'avoir arrêté de fumer alors qu'il y a des milliers d'embrumés qui continuent chaque année à souffrir pour les mêmes raisons à décalquer sur les poumons en suivant les pointillés
Et j'me sens aussi coupable d'être tombé de cénobite en anachorète et d'avoir arrêté de partouzer alors qu'il y a des milliers d'obsédés qui continuent chaque année à souffrir d'un claquage de la bite, d'un durillon au clitoris, d'un anthrax max aux roubignolles, d'une overdose de chagatte folle, d'un lent pourrissement scrofuleux du scrotum et du gland, de gono, de blenno, de tréponèmes, de chancres mous, d'HIV ou de salpingite

Je me sens coupable, coupable !

J'me sens coupable d'être né français, de parents français, d'arrière-arrière... etc. grands-parents français, dans un pays où les indigènes pendant l'occupation allemande écrivirent un si grand nombre de lettres de dénonciation que les nazis les plus compétents et les mieux expérimentés en matière de cruauté et de crimes contre l'humanité en furent stupéfaits et même un peu jaloux
J'me sens coupable de pouvoir affirmer qu'aujourd'hui ce genre de pratique de délation typiquement française est toujours en usage et je prends à témoin certains policiers compatissants, certains douaniers écœurés, certains fonctionnaires de certaines administrations particulièrement troublés et choqués par ce genre de pratiques
J'me sens coupable d'imaginer la tête laborieuse de certains de mes voisins, de certains de mes proches, de certaines de mes connaissances, de certains petits vieillards crapuleux, baveux, bavards, envieux et dérisoires, appliqués à écrire consciencieusement ce genre de chef-d'œuvre de l'anonymat
J'me sens coupable d'avoir une gueule à être dénoncé !

Je me sens coupable, coupable !

J'me sens coupable de garder mes lunettes noires de vagabond solitaire alors que la majorité de mes très chers compatriotes ont choisi de remettre leurs vieilles lunettes roses à travers lesquelles on peut voir les pitreries masturbatoires de la sociale en train de chanter "c'est la turlutte finale"
J'me sens coupable de remettre de jour en jour l'idée de me retirer chez mes Nibelungen intimes et privés, dans la partie la plus sombre de mon inconscient afin de m'y repaître de ma haine contre la race humaine et même contre certaines espèces animales particulièrement sordides, serviles et domestiques que sont les chiens, les chats, les chevaux, les chè-è-vres, les Tamagochis et les poissons rouges
J'me sens coupable de ne pas être mort le 30 septembre 1955, un peu après 17 heures 40, au volant du spyder Porsche 550 qui percuta le coupé Ford de monsieur Donald Turnupseed
J'me sens coupable d'avoir commencé d'arrêter de respirer alors qu'il y a quelque six milliards de joyeux fêtards crapoteux qui continuent de se battre entre-eux et de s'accrocher à leur triste petite part de néant cafardeux

Je me sens coupable, coupable !

samedi 21 novembre 2009

Une fille pressée

Salut l'ami lecteur, ça faisait un bail hein ? La pêche ?
Bon ben moi aujourd'hui j'm'en va te causer du temps qui passe. Tu n'es pas sans le savoir, aujourd'hui on est vraiment tirés de tous les bords hein, plus le temps de se promener, plus le temps de rigoler, de flâner, de ne rien faire, en fait... Figure toi que c'était justement ce que l'une de mes contraintes pressantes m'obligeait à expliquer : la vitesse, c'est un truc d'aujourd'hui, ça. Mais que se passe-t-il ? Pourquoi toujours aller plus vite ?


Le rendement, la productivité, la communication, le transport, tout va de plus en plus vite. Quelle est donc cette maladie, cette obsession pour la vitesse ? Paraîtrit qu'elle procure du plaisir... Ben, si, faut bien croire : les gars au volant de leur tuture de course ou de leur moto, ils kiffent bien ça, non ? Oublions l'argent qu'il y a au bout un instant. La vitesse sur une moto par exemple, induit un danger, qui te colle une adrénaline à t'en couper le souffle. Serait-elle donc là, l'origine de cette passion ? Effleurer le danger, se sentir exister, avoir le sentiment de contrôler sa vie, sa mort, tout cela procurerait-il des sensations inégalables ? N'être qu'un avec soi-même, vivre chaque seconde intensément, et oublier le reste, n'est-ce possible que grâce à la vitesse ?
Et que dire de la lenteur ?
Pourquoi ne pas ralentir le rythme, frôler l'immobilité, pour profiter au maximum de l'action, exacerber nos sens pour palper tous les aspects de nos gestes, de l'environnement qui nous entoure, tendre l'oreille et percevoir le chant de 15 oiseaux à la fois ? Pourquoi ne pas faire permettre à notre corps de profiter de tous les instants dont nous disposons, et les vivre jusqu'à l'infiniment petit, en essayant de percevoir la façon dont chacune de nos cellules perçoit ce moment ? Pourquoi ne pas profiter d'une heure pour s'allonger, ne rien faire, seulement respirer et se fondre avec les mécanismes organiques vitaux de notre être ? N'est-ce pas cela, ne faire qu'un avec soi-même ? Avoir une parfaite conscience de ce que nous sommes, à chaque instant ? Faut-il nécessairement frôler la mort pour se sentir vivre ? N'est-ce pas un constat inquiétant ? N'es-tu pas terrifié de voir que le plaisir de vivre n'est plus ressenti par les gens que quand ils sont en danger ?
Faut-il considérer que ressentir du plaisir, être heureux, c'est se sentir vivant ? N'est-il pas possible de se sentir vivant dans la lenteur ?

PS : si un certain Benoît (qui se reconnaîtra) passe par là, pour info cet article est un genre d'écriture personnelle qui peut être ajoutée à l'autre, en cas de craquage monumental. On sait jamais, ça peut peut-être sauver les meubles...

mardi 13 octobre 2009

Viva technologia !

Hello dear friend !
J'ai un nouveau portable, le mien commençait à délirer... Je l'ai eu pour zéro euro, mais alors il sait en faire des choses !




Déjà, il vibre à chaque fois que tu cliques sur qqch !
L'écran est tactile, donc tu fais tout dessus, comme un ordi sans clavier et que la souris c'est ton pouce. Comme les caisses automatiques, quoi.

Tu peux changer de couleur pour les menus, changer d'images pour les fonds (parce que t'as plusieurs fonds, t'as trois bureaux (comme sous Ubuntu où t'en as que deux) et t'as le fond du menu), tu peux même changer la police !!
Tu peux aussi changer la façon de vibrer du téléphone quand on t'appelle... Tu peux avoir "vvvv-vvvvvvvvvvvvvvv" ou "vvvv-vvvv-vvvv" ou "vvvvvvvvvv" ou "vv-vv-vv-vv-vv-vv".
Tu peux prendre des photos, faire des vidéos, écouter de la musique !
Tu télécharges depuis ton ordinateur de la musique que t'aimes bien (La Famille Addams, Brassens...) et hop après tu les mets en sonneries !
Tu peux même (on sait jamais, en cas de besoin urgent) lancer des dés !
Et alors pour peu que ton sourire fasse tanguer le cœur du vendeur de la boutique, tu as, en plus de ton engin gratuit, une oreillette bluetooth gratuite elle aussi. Tu la configures pour l'appairer à ton engin, et après tu la mets comme tu peux dans ton oreille, et là tu peux téléphoner sans ton téléphone

Eh oui, parce que malgré tout, le machin à la base il sert à téléphoner, et ils y ont encore pensé !!!

lundi 12 octobre 2009

Je ne suis pas une miss

Salut salut, la frite ?
Aujourd'hui, je vais sans doute te décevoir, mais regarde moi bien, tu trouves vraiment que j'ai l'air d'une miss ?


  • Une miss, c'est quoi ?
-:- Une miss, c'est une fille qui est belle et grande et mince et qui a des grandes jambes et des grands ongles et des grands cheveux et des dents blanches et plein du maquillage sur les yeux et sur la bouche et sur les ongles et sur la tête et sur les cheveux, et qui fait coucou et dont le sourire forcé est bloqué (peut-être par une sorte de solution tétanisante qu'on lui aurait injecté dans les joues).
Moi, je suis petite et je coupe mes ongles quand ils sont trop longs et je ne me maquille nulle part et je fais la gueule si on m'énerve.
-:- Une miss, c'est une fille pas mariée en Angleterre.
Moi, j'habite pas en Angleterre (même si j'aimerais).
-:- A miss, c'est un manque, un coup manqué, une lacune, le fait de rater quelque chose ou quand quelqu'un nous manque.
Moi, je ne manque qu'à mon chat et à mon amoureux, et je suis pas droguée.
  • Une miss, c'est pas quoi ?
-:- Une miss, c'est pas une fille qui ne se brosse pas les cheveux ou qui n'a que deux flacons de cosmétiques dans sa salle de bains ou qui ne met pas de fond de teint (même pour aller au restaurant ?!)
-:- Une miss, c'est pas une fille qui marche dans la boue en vieux godillots ou qui nettoie le caca d'un lapin ou qui se promène pieds nus été comme hiver ou qui a une voiture sale.
-:- Une miss, c'est pas non plus une fille qui mange une ou deux ou trois tablettes de chocolat par jour ou qui pique-nique par-terre en donnant la moitié de son repas à un chien errant qui passait par là ou qui fait la vidange de sa voiture sur son trottoir.

Non, je ne suis définitivement pas une miss ! Alors arrête de m'appeler miss !

mercredi 7 octobre 2009

Un coin, des coins

Salut l'ami ! La pêche ?
Comme tu le vois, nouvelle peau pour Kikekwa. Du vert, pour les arbres, les plantes, et les canards col-vert.

Je sais qu'ils ont pas le col vert !

Mais aujourd'hui, je m'en vais te parler de Sergio Castillo, ce chauffeur de taxi comme on aimerait en voir plus souvent. L'info date un peu, mais elle n'en est pas moins appréciable.
Sergio roulait peinard, il conduisait une cliente vers sa destination. Passant sur Park Avenue, il vit une flopée de canetons au beau milieu de la route. Quand d'autres auraient pris un malin plaisir à viser les petites têtes jaunes, Sergio lui, a freiné. Il a rassemblé les petits canetons et les a rendus à leur mère, de l'autre côté de la route. Un gardien a pris le relai et les a ramenés à Central Park.
Sergio a été récompensé par la Commission Taxi et Limousine de New York et par les NYC Ducks.

En voilà quelques uns dont la panse ne finira pas éclatée par les kilos de bouffe qu'on les aura forcés à avaler...

So listen !
I know everything about you
Your father was a duck

dimanche 4 octobre 2009

Qui a assassiné Léa ?

Elle a été tuée le 27 septembre.

Hier avait lieu un rassemblement chez Valérie, et des marches silencieuses ont été menées dans les bourgs avoisinants, pour dénoncer ce crime.

Léa et Valérie, présidente de l'association La Forêt de Léa

Léa, jolie puce orpheline sauvée il y a plusieurs années, après que sa mère ait été tuée par les viandards de chasseurs. Il fallait qu'ils aient la fille aussi.
Ces brutes ont découpé le grillage du parc où se trouvait Léa, l'ont attirée avec des friandises et l'ont abattue, quelques centaines de mètres plus loin. De sang froid. À bout portant. Sans la moindre compassion.
Léa est partie dans une mare de sang, et c'est une mare de larmes que nous tous versons aujourd'hui.
Mais Léa, tu n'es pas partie pour rien. Ta mort a réveillé beaucoup de choses, elle a soulevé une des nombreuses injustices commises chaque jour, et pour toi, pour Valérie, nous nous battrons, pour que ton assassin soit puni comme il le mérite. Tu n'es plus là, mais tu nous aides toujours malgré tout. Tu es une des nombreuses pierres qui font s'élever notre combat.
Nous étions une trentaine hier, à manifester notre dégoût, notre mépris pour ces sous-hommes primitifs, vides de tout sentiment, de toute émotion, de toute sensibilité. Même plus humains.

Une plainte a été déposée pour actes de cruauté sur l’emblème de l’association, envers un animal (art ; 521-1), vol car soustraction d’un animal qui appartient à Valérie, dégradation volontaire d’un bien (parc), actes de malveillance et violation de domicile.
L'enquête est en cours. Mais cela ne fait que commencer.

Pour signer la pétition : http://5095.lapetition.be/

mardi 29 septembre 2009

Je dénonce - n° 3

Salut mon pote !
Alors, prêt(e) pour un nouvel épisode de l'asso ripoue ?

Ouais ouais c'est ça, fais ton lèche-bottes, ça paiera !
Eh ouais mon vieux, l'asso ripoue, maintenant, elle recrute plus ses militants comme ça, dans la rue, tout ça, non !
Si tu veux sauver des animaux, parler aux gens, manifester, bouffer un casse-dalle, tenir un stand, tout ça tout ça, avec le tee-shirt de l'asso sur le dos, maintenant, il faut que tu leur envoies un CV et une lettre de motivation !
Leur logique, si j'ai bien compris, serait de sélectionner les militants selon des critères de motivation, d'expérience, d'ambition. C'est vrai que, on l'oublie trop souvent, les animaux sont regardants et refusent d'être sauvés par des gens en dessous de bac + 3, qui n'ont pas d'expérience ou qui ont été pistonnés par papa.
En gros, si t'es débutant, que t'as jamais milité, que t'es un tout jeune végétarien et que le seul animal que tu puisses prétendre avoir sauvé c'est Roméo, le griffon vendéen de 10 ans que tu as adopté à la SPA du coin l'année dernière pour lui éviter l'euthanasie, tu vaux pas le coup. C'est pas assez. Il faut que tu sois déjà pré-formaté, tu vois ? Déjà vegan depuis belle-lurette, militant depuis quelques années, des dizaines de sauvetages à ton actif, pas peur d'aller chez les flics ou en prison. Là t'es potentiellement intéressant.
J'aime bien cette approche, cette sélection, cet eugénisme. C'est comme ça que les choses avancent, c'est bien connu. Et puis c'est évident, les animaux, ils ont le temps de patienter un peu qu'on trouve les bons militants, ils vont négocier avec les gars des abattoirs et les chasseurs : "Attendez deux secondes là ! On a un entretien d'embauche, on doit écouter, et attendre le verdict, après vous pourrez reprendre une activité normale"...

C'est beau, le sens des priorités...

dimanche 27 septembre 2009

J'ai avancé !

Salut l'ami !!! La pêche ?? Moi ça va nickel !

Tu te souviens peut-être de l'artic' qui disait que j'étais une feignasse, ben figure-toi que j'ai avancé depuis !!! Voici donc ma nouvelle liste :
-:- monter une étagère dans mon armoire (bientôt 4 mois)
-:- recoudre une robe (1 mois et demi)
-:- emmener des cartons à la déchetterie (2 mois)
-:- passer un coup de fil à la CPAM (1 mois)
-:- classer une pile grandissante de documents (3 mois)
-:- commander du chocolat au lait de riz (2 ans)
-:- réparer l'échelle de l'arbre à chat de mon... chat (2 mois et demi)
-:- enlever les spots inutiles dans le plafond de mon séjour (4 mois)
-:- recoudre des boutons de chemise (de 1 mois à 1 an environ)
-:- enlever les pots d'aromates desséchés du rebord de ma fenêtre (3 mois)
-:- acheter un étui pour ma clarinette (2 ans)
-:- téléphoner au garage (6 mois au moins)
-:- téléphoner à la préfecture (2 mois)
-:- me replonger dans mes cours d'assistante véto (2 ans et demi)
-:- payer une facture (2 semaines)
-:- jeter mon carton rempli de verre cassé (3 mois)

Ce qui veut dire que j'ai acheté des punaises, recollé les semelles de mes pompes, soigné mon lierre, rangé les vêtements qui squattaient ma table, acheté des tringles pour mes rideaux, désherbé mon potager, fait faire un double de mes clefs et, et ! J'ai vidé un carton, et tu te souviens, j'avais mis :

-:- vider un carton depuis mon dernier emménagement (4 mois)
Note : je ne peux pas le faire tant que je n'ai pas monté l'étagère de l'armoire, puisque c'est des vêtements qu'il y a dans le carton :)

Ben en fait, foutaises, j'ai toujours pas l'étagère, mais j'ai trouvé une combine, mouahaha :)

lundi 7 septembre 2009

Sauver les animaux est condamné

Salut mon pote !
La pêche ?! Moi pas trop. Aujourd'hui j'vais te raconter l'histoire d'une femme qui a décidé d'arrêter de manger pour sauver ses cochons.

C'est pour leur éviter le sort peu enviable de quelques milliards de cochons que Valérie a créé son association, La Forêt de Léa, bien des années après être tombée amoureuse des groins. Des porcins, elle en a un bon nombre : sangliers, cochons roses, cochons nains... en plus de ses chiens, chats... Bref, tu l'auras compris, Valérie aime les animaux, et fait son possible pour eux.
Malheureusement, n'étant pas propriétaire de son logement, son bonheur n'est pas entier, et voilà que le gentil Monsieur dont l'identité figure en face de la mention "Propriétaire" sur les papiers de la maison a décidé que Valérie devait se tirer de là, parce que ses cochons seraient une nuisance ou est-ce que je sais.
Le truc, c'est que ce gentil Monsieur n'est pas à même de lui fournir un logement aux normes : sa fille a chopé l'Escherichia coli à cause de l'eau non-potable du puits, seule source d'eau dont Valérie et sa fille disposent. Les analyses ont révélé que l'eau de ce puits contient des matières fécales. Valérie et sa fille ont bu cette eau, le propriétaire leur ayant affirmé qu'elle était potable.
L'hiver 2008, Valérie et sa fille l'ont passé dans le froid, la porte d'entrée de la maison ayant cédé à cause d'une fente non-réparée.
Plein de choses réjouissantes de ce genre, qu'elle a supportées pour le bien-être de ses animaux. Mais c'est visiblement un comportement condamnable, puisqu'aujourd'hui, elle est menacée d'expulsion, dans 28 jours exactement.

Si comme moi, tu ne trouves pas ça normal, tu peux choper plus de détails en cliquant sur le titre.

Clique ici pour signer la pétition contre l'expulsion de La Forêt de Léa.

mercredi 2 septembre 2009

Les animaux que je mange ne sont pas maltraités !

À d'autres, mon pote !
C'est quoi cette manie, ce talent que tu as pour dédramatiser les conséquences de ce que tu fais, et te voiler la face comme une autruche aveugle ?
Si, les animaux que tu bouffes sont torturés.


Tu connais peut-être L214, cette asso de terrain efficace comme personne pour dénicher les hors la loi en matière de condition animale. Eh bien figure-toi qu'un de leurs (courageux !!!) enquêteurs s'est rendu dans un abattoir l'autre jour, et porte plainte contre Charal "pour cruauté envers les animaux et dénonce la tromperie de l'entreprise envers les consommateurs."
En effet, ces enfoirés ne respectent pas du tout la réglementation et laissent les bovins suspendus par une patte beaucoup trop longtemps avant d'être égorgés, ce laps de temps suffisant aux pauvres animaux pour reprendre connaissance. Le temps d'immobilisation pendant la saignée n'est pas respecté, l'emplacement du box rotatif est lui aussi contraire à la réglementation, et d'autres que je te passe.
Si tu veux plus d'infos, tu peux cliquer sur le titre.
Plusieurs signes de rétablissement de la conscience sont observés dans cet abattoir, notamment des tentatives de redressement de la tête. Les vaches et bœufs soulèvent leur tête sur la chaîne d'abattage, ce qui selon L214 constitue une preuve irréfutable de reprise de la conscience de ces animaux.
"D'après l'Autorité Européenne de Sécurité des Aliments, les signes de rétablissement de la conscience sont les suivants :
  • respiration rythmique
  • réflexe cornéen
  • pupilles resserrées
  • réflexe de redressement
  • tentatives de soulèvement de la tête
  • retour de rigidité dans les oreilles"
T'es toujours pas convaincu ? Matte plutôt :



Oui, les animaux que tu bouffes sont torturés.

Cover my face as the animals die...

lundi 31 août 2009

Je suis une feignasse

Salut l'ami,

Devine quoi, aujourd'hui je vais te parler de moi, de ma vie perso, privée tout ça, bouh !!!

Bon, si tu t'attendais à connaître le détail de mes soirées en amoureux ou le prix du dernier top que j'ai acheté, t'es mal tombé, parce que je vais juste te faire une confidence : je suis une feignasse.
Pour te le prouver, voici une liste (non-exhaustive évidemment) des choses que j'ai à faire, chez moi comme au taf, et qui restent inlassablement inachevées ; comme si fainéantise rimait avec procrastination :

-:- monter une étagère dans mon armoire (bientôt 4 mois)
-:- faire faire un double de mes clefs (3 mois)
-:- recoudre une robe (1 mois et demi)
-:- vider un carton depuis mon dernier emménagement (4 mois)
Note : je ne peux pas le faire tant que je n'ai pas monté l'étagère de l'armoire, puisque c'est des vêtements qu'il y a dans le carton :)
-:- emmener des cartons à la déchetterie (2 mois)
-:- passer un coup de fil à la CPAM (1 mois)
-:- classer une pile grandissante de documents (3 mois)
-:- désherber une parcelle de mon potager (2 mois et demi)
-:- commander du chocolat au lait de riz (2 ans)
-:- acheter des punaises (plus de 6 mois)
-:- recoller les semelles d'une paire de chaussures (2 mois)
-:- acheter des tringles pour mes rideaux (4 mois)
-:- réparer l'échelle de l'arbre à chat de mon... chat (2 mois et demi)
-:- enlever les spots inutiles dans le plafond de mon séjour (4 mois)
-:- recoudre des boutons de chemise (de 1 mois à 1 an environ)
-:- ranger les vêtements qui jonchent la table de ma salle à manger (3 semaines)
-:- enlever les pots d'aromates desséchés du rebord de ma fenêtre (3 mois)
-:- acheter un étui pour ma clarinette (2 ans)
-:- téléphoner au garage (6 mois au moins)
-:- téléphoner à la préfecture (2 mois)
-:- trouver un truc pour protéger mon lierre des araignées rouges (1 mois et demi)
-:- me replonger dans mes cours d'assistante véto (2 ans et demi)
-:- payer une facture (2 semaines)
-:- jeter mon carton rempli de verre cassé (3 mois)

Et plein d'autres trucs encore. C'était un mémo, en fait.

mardi 25 août 2009

Un blessé grave lors d'une corrida à Carcassonne

Un des organisateurs de la feria de Carcassonne a été grièvement blessé dimanche par un taureau de plus de 500 kg qui a sauté au-dessus de la barrière de sécurité des arènes pendant une novillada (corrida), a-t-on appris lundi auprès des organisateurs.

Christian Baile, 55 ans, alguazil (responsable du bon déroulement de la corrida, NDLR) des arènes de Carcassonne, a reçu deux violents coups de cornes au thorax et à l'abdomen.

Il se trouvait lundi matin en réanimation à l'hôpital de Carcassonne où son était était jugé préoccupant par les médecins.

Le taureau gris espagnol de type Miura, deuxième taureau de l'après-midi, a sauté dans le callejon (couloir qui sépare les arènes des gradins) dès son entrée en piste et a blessé à une jambe le membre du club taurin Carcassonne Toros, qui organise les corridas à Carcassonne depuis trois ans. Evacué du callejon, le taureau y a sauté une seconde fois mais, handicapé par sa première blessure, l'alguazil n'a pas eu le temps de s'extirper de ce couloir étroit et a été violemment encorné.

24 heures après les trois cornades qu'il a subies lors de la corrida de Miura, son état de santé restait hier soir très préoccupant. Christian Baile se trouvait hier soir en réanimation à l'hôpital de Carcassonne après avoir subi une nouvelle intervention chirurgicale en début d'après-midi. Son état de santé était qualifié de « stable », toutefois le pronostic vital restait engagé et tout est mis en œuvre pour conjurer la « mala suerte » (malchance) qui a frappé Christian Baile dimanche. Ce Carcassonnais bien connu, pour sa carrière de treiziste et ses passions pour le cheval et les toros, est « l'alguazil » des arènes de Carcassonne, c'est-à-dire qu'il est en quelque sorte une « autorité de police » veillant au respect du règlement durant les courses. Il exerçait cette fonction dimanche, dans le callejon (couloir qui ceinture la piste), donc à la place que lui dévoie sa fonction lorsque le second toro du soir, un imposant Miura, a sauté les barrières et l'a encorné une première fois. Très vite remis en piste et tandis que l'on évacuait déjà Christian Baile, le toro a sauté une deuxième fois et s'est rué sur lui à nouveau, l'arrachant des mains de ses porteurs. Il lui a infligé deux nouveaux coups de corne, à l'abdomen et au thorax. Des cornades aux effets désastreux…

Les sauts de toros dans les callejons sont très fréquents. Dans la majorité des cas, on ne déplore pas de blessé. Dans la région, le dernier accident du même type s'est produit à Mauguio en 2008 où un journaliste avait subi une lésion importante à une jambe. Ici, l'extrême gravité des blessures de la victime a motivé dès hier l'ouverture d'une enquête de police, sur ordre du parquet. Il s'agira pour les enquêteurs de « vérifier que les arènes étaient conformes aux règles de sécurité et les conditions dans lesquelles s'est produit l'accident ». « Une procédure tout à fait classique », nous a t-on précisé hier mais diligentée très vite avant que les arènes ne soient démontées. Des rapports sur le fonctionnement de la chaîne des secours pourraient également être demandés par les services de sécurité civile de la préfecture. Des mesures administratives et judiciaires qui ne mettent en cause ni les organisateurs, ni les membres de la commission taurine extra-municipale, responsable du callejon. Hier les soutiens moraux dans cette terrible épreuve ont afflué en direction de Christian Baile et de sa famille mais aussi de Carcassonne Toros, dont il est membre fondateur et administrateur actif. « Son cosas de toros », disent souvent les aficionados dans le malheur. Mais l'épreuve est pour eux particulèrement difficile…

Sources La Dépêche et Le Parisien

jeudi 6 août 2009

Le conspirateur a encore frappé

Salut l'ami !

Je vais t'en apprendre une belle : le lapin conspirateur a encore frappé ! Mes voisins viennent de me l'apprendre, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir quelque chose un peu comme ça :

En effet, cette étrange bestiole a décidé de s'en prendre à mon entourage, maintenant !! Je te dis que le plan d'extermination des humains est proche ! Si tu ne te souviens pas de quoi il s'agit, va faire un petit tour sur cet article, ça te rafraîchira la mémoire.

J'étais donc peinard dans mon canapé en train de lire, quand j'entends frapper à ma porte. Je vais ouvrir, et y vois ma voisine d'à côté, qui me parle de sa télé : elle ne fonctionne plus (la télé, pas la voisine). J'ai dû tirer une tête effroyable parce qu'elle m'a immédiatement rassurée (en tout cas elle a essayé) en me disant que ce n'était pas grave, qu'elle n'est pas là ce week-end, etc. Puis elle me parle de la fameuse prise cachée derrière le canapé de mon salon, un boîtier qui s'il est débranché chez moi, coupe la télé chez mes voisins. Comme je n'en ai pas (de télé, pas de voisins), je ne pouvais pas deviner que ça ne marchait plus. Elle me parle de l'orage de la veille, qui expliquerait peut-être la chose. Mais je ne l'écoute déjà plus, et me rue derrière mon canapé, et constate avec horreur que le câble est littéralement bouffé de toutes parts. Je tourne doucement la tête vers mon conspirateur préféré, et lui promets un sort des moins enviables dans un futur proche. Celui-ci, en guise de réponse, a continué de mâchouiller ses fanes de betterave.
Me voilà donc quitte à réparer ce foutu câble, pourtant (je le croyais) isolé des incisives de mon monstre.

Vient maintenant l'interrogation cruciale : pourquoi a-t-il fait ça ? Plusieurs options :
- Il veut t'empêcher de t'informer sur l'évolution de la grippe A (H1N1) (dont il est à l'origine, cela va sans dire).
- Il veut me prouver que même les choses les mieux protégées peuvent être facilement atteintes grâce à sa ruse illimitée.
- Il voulait t'épargner la triste nouvelle, largement médiatisée quand il aurait réussi à tuer définitivement Sarkozy.
- Il en avait marre des fanes de betterave.
En toute lucidité, je penche plutôt pour la première. M'est avis qu'il est arrivé à bout de l'élaboration du nouveau virus qu'il va inoculer à toutes les carottes destinées à la consommation humaine, et que la panique véhiculée par les media concernant la grippe ne l'aidera pas à atteindre ses objectifs.
Moralité, ne mange plus de carottes, jusqu'à nouvel ordre.

vendredi 24 juillet 2009

Je dénonce - N° 2

Salut ! La frite ?

Aujourd'hui, je vais te reparler de l'association ripoue, mais de façon bien plus amusante. En effet, je vais t'exposer quelques unes de leurs idées les plus ingénieuses, pour améliorer le sort des animaux.


Bon, je dois t'avouer qu'on a un peu brodé hier avec le pote, mais franchement, le fond est véridique.
Tu t'imagines bien que le truc qui revient systématiquement lors de toute discussion entre un militant et un passant lambda, c'est le sujet des animaux carnivores (et c'est souvent le lion qui est cité, cherche pas à comprendre). Alors, figure-toi (j'te conseille tout de même de t'asseoir, ou à défaut de prévoir de la place devant toi pour ne pas t'assomer quand tu te plieras en deux de rire) que les ripous, ils ont élaboré une idée très précise de ce que serait un monde vegan. Tu me connais, un monde vegan (ou le plus vegan possible), c'est pas moi qui vais dire non. Mais y'a tout de même des limites, que visiblement tout le monde n'est pas capable de poser.
L'asso ripoue, ils pensent que ce serait bien que plus aucun animal n'en mange d'autres. Donc ils suggèrent qu'on donne du tofu aux lions dans les savanes, pour leur éviter de bouffer les antilopes. Je les imagine bien, les membres de cette asso, prendre l'avion pour l'Afrique et jeter des blocs de tofu dans les herbes hautes face à une lionne qui crève la dalle.
Pis du coup avec l'ami hier, on s'est dit aussi que tant qu'à faire, fallait penser aux poissons, et leur fabriquer des armures en soja pour que les requins qui s'acharnent sur eux soient rassasiés avant d'attaquer la chair du petit poisson. Ou bien que les militants ripous pourraient plonger eux-mêmes dans la flotte avec du Tartimi ou des saucisses viennoises, et les proposer aux requins.
Continuons, et passons maintenant à des sujets bien plus petits : les coccinelles par exemple, au lieu de les laisser bouffer des pucerons, on pourrait leur donner de la luzerne germée et leur expliquer que le puceron a le droit de vivre. On pourrait acheter des souris en plastique (tu sais celles que tu peux remonter avec la petite clé sur le côté) et les faire courir dans les champs pour leurrer les rapaces, et les voyant plonger, on leur balancerait des bouts de seitan. Ou encore, déguiser les vers de terre en branches de bois et filer à la place des spaghetti aux hirondelles pour nourrir leurs petits.
Enfin bon, tout plein d'idées comme ça qui franchement, sont tout à fait géniales et surtout, qui vont faire avancer la cause animale ! D'ailleurs, j'parie que ce billet t'a rendu végétarien, si tu l'étais pas déjà :)

mercredi 22 juillet 2009

Juste comme ça

Salut ! La patate ?


Bon ben aujourd'hui j'ai rien à dire, mais comme j'en avais ras le bol (et d'autres gens aussi) de la zic du dernier artic', j'l'ai changée et fallait bien que j'écrive un truc. Donc Flesh for Fantasy, parce que j'aime bien Billy Idol et parce que la Flesh for Fantasy c'est pas mon truc, ni celui des animaux butés.

PS : j'ai tapé flesh for fantasy dans Gougueule images, et j'ai eu l'image au-dessus, là.

dimanche 5 juillet 2009

Automatic writing

Hi there, what do you think of that ? Well, I mean I'm gonna write some words, I don't know where they'll lead me at the moment, but anyway, let's try !

I did type in "coincidence" and here's what Google gave me. Today is sunny, my neighbour is yelling at something, sayin' "stop fuckin' around ! Do you think you can fool me this way ?!" but I don't know why he says that, it seems he is kind of mad himself. Birds can't help singing the same thing every two seconds, but this is not a problem at all, except that they are probably getting rid of it.
Yes, I do think I have to practise, otherwise I'll forget all I've learnt.
Why is the rabbit next to me licking my sofa ? And d'ya think I can cook a great vegan chocolate cake on trust ?

When I read all those stupid testimonies on as stupid websites I think I get like depressed. So many lost people telling fairy tales on the internet, that makes me think about what our life is made of. I mean, d'ya think we can be chained to all this uninteresting nonsense just because we are on earth ?

Does all that make sense to you ?

I'm not sure you'll provide me any answer, never mind, what is important is to wonder, not to find out any "universal truth", truth is just what you think it is. It's like God, who is He ? He is just the one you want Him to be : someone will tell ya He's an old tall bearded man, someone else will tell ya He's an illusion, I tell ya He's me, you, and all living creatures in the world.
Can you hear that sound ?
Rabbit still licking the sofa, flies still flying around the empty glass I did fill with orange juice, horses probably still wandering along the lake, wind still blowing and mind still thinking. Cat's feet looking like balloons pressing down my kitchen's tiles. Plants growing well, and silence remaining what it's always been. Gold purity.

mercredi 1 juillet 2009

Non aux fleurs !

Une femme est poursuivie pour avoir planté des fleurs dans un parking. À Bodmin, en Angleterre, une fleuriste à la retraite a été menacée de poursuites en justice pour avoir planté des fleurs sur un carré d'herbe négligé au milieu d'un parking.

Jayne Bailey a enlevé de vieilles pierres désolidarisées et les a remplacées par des fleurs, encouragée par ses voisins. Cependant, le conseil régional des Cornouailles lui a demandé d'enlever les fleurs et de remplacer les pierres ou de payer pour les travaux de réfection. "Dans une lettre, on m'a dit que j'avais 28 jours pour les remplacer ou ils viendraient, feraient le travail et m'enverraient la note. Ils m'ont aussi menacée de prévenir la police et de m'accuser de dommage criminel. C'est de la folie bureaucratique. Il y a des gens dehors qui font des graffitis et c'est moi qu'on poursuit alors que je rends cet endroit plus beau" raconte l'ancienne fleuriste.

samedi 20 juin 2009

Les gens que j'aime bien

Hello guys, how are things ?

Today je vais te parler des gens que j'aime bien. Te dire, pourquoi j'les aime bien, quoi.

Les gens que j'aime bien, ils sont gentils. So gentils que ça me donne envie d'être avec eux encore plus gentille qu'ils ne le sont avec moi.
I love les voir, passer du temps avec eux. Parce qu'ils sont intéressants, ils savent écouter et rebondir dans le sujet, pas off the subject comme les gens que j'aime pas.
Les gens que j'aime bien, ils me parlent de leur life, ils me demandent ce que je pense de ci ou ça, me disent que je suis agréable et ont envie de passer du temps avec moi.
Les gens que j'aime bien, ils aiment aussi les gens. C'est-à-dire qu'ils ne font pas mal gratuitement, ils ne prennent pas de plaisir à voir les gens sad.
Les gens que j'aime bien, du coup, ils sont souvent en train d'essayer de faire que tout soit all right.
Les gens que j'aime bien ne sont pas démesurément selfish, donc ils s'intéressent à des tas de choses, et me les font partager.
Generally, je sens chez les gens que j'aime bien un truc étrange, du genre une empathie particulière, qui fait que j'aime leur sensibilité, because oui, les gens que j'aime bien sont sensibles.
Les gens que j'aime bien, j'ai envie de leur dire I love you, parce qu'on a tellement de regrets dans la vie que j'aimerais pas mourir en pensant que je ne leur ai pas dit qu'ils comptent pour moi.
Les gens que j'aime bien me foutent la paix, parce qu'ils savent qu'il faut pas me disturb quand j'ai pas envie, ils savent se faire oublier, quoi.
Les gens que j'aime bien ne sont pas opportunistes, I mean ils ne m'appellent pas que quand ils ont besoin de moi, par exemple.
Les gens que j'aime bien ne prennent pas mal when I say quelque chose qui ne leur plaît pas : quand ils me demandent mon avis, je sais que je peux le donner sans qu'ils se vexent. Du coup on peut échanger plein de super points de vue together.
Les gens que j'aime bien, ils ont pas besoin de moi, ils peuvent vivre sans les autres, ils sont able de se prendre en charge complètement.
D'ailleurs, les gens que j'aime bien ils savent réfléchir by themselves, ils ont pas besoin qu'on leur dise de penser ci ou ça.

To all les gens que j'aime bien : je vous aime !

mercredi 10 juin 2009

Errance

La vérité, c'est que je ne sais pas ce que je fais ici. Je ne comprends pas pourquoi je fais tout ça, tout ce que je sais c'est que ça me fatigue. Je suis fatiguée de tant de cinéma, de poésie ratée, de changement. Fatiguée de ne pas pouvoir me consacrer à ma vie, ma petite vie à moi, tranquille. Je dois m'épuiser à faire ce charabia auquel je ne comprends pas le moindre mot. Tout ça pour gagner ma misérable vie, dans laquelle tout est argent, monnaie, fric, flooze, blé, thune. J'en peux plus de ces mots, ces pustules dégoulinants me débectent. Si seulement je pouvais partir.


Me tirer loin d'ici, pour ne plus subir cette pression qui ne rime à rien, si ce n'est à abrutir le peuple. Fatiguée. Voilà. Lasse. Dormir. Si seulement je pouvais dormir. Mais non, je dois garder la tête haute, pour mon honneur. Je dois faire preuve de courage et de volonté. Sans ça, je ne serai rien dans ce monde. La vie nous traite comme des virus, qui doivent combattre pour subsister, lutter contre les médicaments pour se faire une place, rien qu'une toute petite place pour avoir un répit de quelque instant pendant lequel je pourrai au moins espérer parvenir à quelque chose. Tant pis si ce n'est pas le cas, j'y aurai au moins cru. Good luck ! Tu parles... Tu parles d'une chance, parmi ces vautours qui nous épient, qui fliquent le moindre de nos pas, la moindre de nos inspirations. Qui nous volent notre imagination, nos pensées pour n'en faire que de la pâtée pour chat. Ou des farines animales qui nourriront les bœufs que nous avalerons, sans le moindre scrupule. La vie est ainsi faite, il n'y a pas de place pour les faibles, pas de place pour les ignorants, ni pour les pauvres. Et quand on ose ouvrir la bouche, on se fait frapper la tête pour la refermer au plus vite. Ça dérange. Dès que l'on ose penser, on est dangereux. Regardons la télé alors, ça ira mieux demain.
Que de rêves endormis, que d'espoirs envolés ! Nul ne peut se vanter de croire encore à ses rêves. Même l'espoir nous est interdit. Alors, se donner du mal ? Mais pour quoi faire ? Pour le voir s'évaporer sans qu'il n'aie servi à rien ?
Je n'ai pas envie de finir paralysée de l'esprit, je préfère continuer à regarder le vent souffler, les fleurs fâner, le soleil se lever, les feuilles s'envoler. Je préfère écouter l'eau du ruisseau, le crépitement du bois qui se consume. Je préfère sentir le parfum du blé bronzant au soleil, celui des fleurs sauvages ou de la mer. Je préfère caresser un arbre rugueux, sentir l'effleurement de la pluie sur mes cheveux, l'herbe nouvelle, tendre et fraîche. Enfin, je préfère encore goûter le chocolat fondant, les noisettes tombées de l'arbre ou l'acide des pommes du verger d'à côté. Merci bien pour l'émission, je ne l'ai pas retenue, ni même écoutée ou regardée. À quoi bon ? Tu m'aurais dit quoi ? Que le pays va mal, que la guerre est partout, que les gens meurent, et qu'on n'y peut rien ? Ainsi soit-il, si ça t'arrange d'y croire. Mais ne compte pas sur moi. Quand tu pourras me parler des végétaux ou des minéraux, et m'apprendre des choses à leur sujet, tu m'intéresseras. Car j'en ai encore des choses à apprendre. J'aimerais tellement qu'elles soient là, disponibles, palpables. Mais il faut mériter son savoir. La vie est trop compliquée, trop bien faite pour que tout nous soit évident. Et imagine si c'était le cas, l'ennui !
Je ne suis pas de ceux qui attendent des autres. Je préfère chercher, creuser, trouver, comprendre. Et apprendre. Mais l'essentiel n'est pas dans les livres. Il est partout autour de toi, mais tu ne le vois pas. Parce qu'on t'interdit de le voir. Ce n'est pas juste. Mais c'est ainsi.

mercredi 3 juin 2009

Coup de gueule de chez ras le bol !

Salut à toi, benêt !
Oui, cet article ne s'adresse qu'aux abrutis qui lisent mon blog et qui ne réfléchissent pas une seconde de plus !
L'ami intelligent, passe ton chemin, ou lis pour te divertir, mais ne prends pas cet article pour toi !


Eh bien non ! Ni l'un ni l'autre !

Tu te souviens peut-être de cet article qui parle des statuts MSN et du fait que les gens qui me parlent sur MSN quand je suis absente m'énervent prodigieusement.
Eh bien figure-toi que j'ai découvert une autre sorte de gens cons !!! Si, pire, ça existe !!! Et y'en a marre !!!
J't'explique : mon adresse MSN, c'est mon adresse MSN. Pour les mails, j'en ai une autre. J'ai donc opéré la mise en place d'un "répondeur" automatique pour ma boîte mail MSN, afin que quand tu m'écris sur cette boîte, tu sois informé que je ne lis pas mes mails sur cette boîte, et que si tu espères une réponse ou même simplement que ton info me parvienne, il faut m'écrire ailleurs. Je précise dans ce mail automatique l'adresse où il faut m'écrire. On est d'accord ? Tu suis ?
Eh bien accroche-toi : après les débiles de MSN qui comprennent pas la signification du mot "absent", il y a les débiles du mail qui ne comprennent pas que quand ils reçoivent un mail automatique, il faut le lire, voire en tenir compte, accessoirement !
Je reçois donc moult mails sur cette adresse que je ne consulte que pour les supprimer, mais c'est toujours les mêmes qui m'écrivent, ça y'a pas de doute là dessus ! T'as pas encore compris, au bout de 10 mails automatiques, que je ne répondais pas, que je ne lisais même pas ! Bah oui, parce que parfois, tu me parles quand je suis "en ligne" (l'exploit) et donc tu me dis "t'as reçu mon mail ?"
Abruti !

J'avais besoin de le lâcher hein, faut pas m'en vouloir si t'es con mon pote.

mardi 2 juin 2009

Kokopelli, un espoir pour le Vivant ?

Salut mon pote, la pêche ?

Aujourd'hui je vais te parler d'une association formidablement humaine, formidablement pleine de bon-sens, formidablement riche et rare, tant les causes qu'elle défend sont oubliées : Kokopelli.

En deux ou trois mots, cette association défend le droit de tout citoyen à disposer de semences de fruits et légumes saines, non-hybridées, non-OGMisées, des semences fertiles, bio, afin de cultiver toi-même tout ou partie des végétaux que tu consommes.

Malheureusement,
les lobbies font pression et il est désormais difficile, voire impossible de manger les vraies tomates de ta grand-mère, les vraies courgettes de ton grand-père. Pourquoi ? Parce que l'industrie agro-alimentaire y perdrait trop d'argent. Il est interdit en France de cultiver des légumes qui ne proviennent pas de semences brevetées, hybridées et stérilisées. Le petit consommateur lambda qui fait son potager, devra d'une année sur l'autre racheter des semences aux lobbies, et ainsi faire marcher le commerce, alors qu'un plant fertile permettrait de subvenir à ses besoins d'une année sur l'autre.

Je te mets un extrait du mot du Président de Kokopelli, qui en parle bien mieux que moi :


"Cela fait 17 ans que nous luttons pour conserver le “privilège” de distribuer des semences de tomates, de courges, de laitues, etc. N’est-ce pas pathétique ? Comment en est-on arrivé à l’abandon total de nos libertés les plus essentielles ? La mafia semencière contre laquelle Kokopelli défend son droit d’exister, c’est cette même mafia qui contrôle la pharmacie, et qui contrôle l’agrochimie, et qui contrôle les chaînes de distribution alimentaire. Ce sont les multinationales des Sciences de la Mort qui stérilisent, qui virtualisent et qui synthétisent le Vivant. Ce dont l’humanité a besoin, ce n’est pas d’un nouveau Messie qu’il soit Noir ou Caucasien-Hongrois. L’humanité s’est fourvoyée dans une impasse écologique dont nul messie, prophète, avatar ou sage illuminé ne va l’en sortir. Il n’est nul besoin de moraliser le capitalisme mais il est par contre urgent de moraliser la morale Occidentale. Depuis l’été 2007, l’Occident a mis sur la table des milliers de milliards de dollars pour sauver les grands brigands de la finance : de quoi nourrir la totalité du Tiers-Monde pendant un ou deux siècles. En toute indécence.


Ce dont l’humanité a besoin, c’est d’un sursaut de révolte contre l’inhumanité et la démence qui imprègnent notre paradigme Occidental, d’un cri de rage à l’encontre des multinationales qui ont pris les peuples de la planète en otage, d’une confrontation avec ces mafias qui prospèrent en collusion totale avec les gouvernements des pays Occidentaux, des pays en voie d’Occidentalisation et des pays sous-Occidentalisés.


[...]

De quel droit les Etats Occidentaux se mêlent-ils de légiférer et de criminaliser l’accès aux richesses de la biosphère, aux dons de la Terre Mère ? Qu’attendent les peuples pour se révolter contre l’interdiction de concocter un extrait d’ortie ou de prêle pour soigner les légumes de leur jardin, contre l’interdiction de sucrer leur tisane avec du Stevia, contre l’interdiction de cueillir des champignons dans les prés à l’automne, contre l’interdiction de donner ou d’échanger des anciennes variétés de blés, de tomates, de maïs ou de courges ? Nous exigeons un accès libre à toutes les richesses de la biosphère Gaïenne, à tous les dons de la Terre Mère. Maintenant. Et sans exception."

Et le combat ne s'arrête pas là : grâce au parrainage, les variétés peuvent être cultivées d'une année sur l'autre par un jardinier comme toi ou moi. Ceci assure la pérennité de la plante, et la distribution des semences aux pays du Tiers-Monde. En effet, chaque parrain doit retourner une partie des semences à l'association Kokopelli, qui en gardera aussi une partie pour ses stocks, et redistribuera le reste aux paysans en mal de semences.

Je tenais à en dire un mot ici, pour te les faire connaître, d'une part, et pour leur manifester mon soutien, d'autre part.

Longue vie au Vivant !

Le mot du Président, Dominique Guillet - Novembre 2008

lundi 25 mai 2009

Je dénonce - N°1

Salut l'ami !
Aujourd'hui, je dénonce, je balance, je lâche un coup de gueule !
Oui, mais contre qui ?
Contre tous les regroupements de gens, toutes les associations, plus exactement leurs membres, qui font passer leur intérêt personnel avant celui pour lequel ils se rassemblent. Ne compte pas sur moi pour les citer, tu rêves ! Mais je n'en pense pas moins. L'association dont je te parle juste en dessous fait partie de cette catégorie.
Il m'est arrivé une aventure très marrante un jour. Enfin, elle n'est marrante que depuis que j'ai digéré la pilule. Je l'ai toujours tenue discrète, mais après tout, je ne vois pas pourquoi je devrais la taire.

Un beau jour, je suis appelée par une personne pour donner un coup de main à une association que je ne connaissais pas, pour un événement. J'accepte, et me présente sur les lieux avec la personne qui m'a appelée. Je rencontre les gens de l'association, que je trouve fort engagés et motivés, ce qui n'est pas pour me déplaire.
Je te passe les détails.
Je m'investis lourdement dans leurs projets (temps, argent, idées, services...) et de fait, rencontre de plus en plus de membres du groupe. Petit à petit, de nouvelles responsabilités me sont confiées. Je suis à la hauteur de leurs attentes, et je m'éclate, je suis motivée.
Jusqu'au jour où, par un superbe soleil, je suis tout simplement bannie de leur association. Motif ? Je serais folle et dangereuse pour la cause qu'ils défendent. Du jour au lendemain, comme ça. Un petit appui, qui n'est même pas un argument, est une supposition selon laquelle j'aurais trahi les fondateurs.
S'en suit un semblant de droit de réponse chaud bouillant avec le président de l'asso, qui prétend toutes ces conneries citées à l'instant. Je réponds calmement, en argumentant ma défense et en l'appuyant des preuves dont je dispose. Je demande des justifications des propos tenus à plusieurs reprises. Chose que je n'obtiens jamais.
Au final, Môssieur le Président ne s'en sort plus dans ses mensonges, et finit par me dire quelque chose comme "bon et bien ok, tu n'en fais qu'à ta tête, moi j'en ai marre. Donc qu'est-ce qu'on fait de toi ?"
Il était sous-entendu que j'étais privée de toutes mes responsabilités, mais il me demandait en gros si je comptais rester dans l'association. Ce à quoi j'ai répondu oui, dans un premier temps, et j'ai ajouté que je le tiendrais au courant si je souhaitais la quitter à l'avenir. Il me dit qu'il est d'accord.
À la suite de cette discorde stérile, je continue de fréquenter leur site internet, et leur forum de discussion, mais je me fais petite, je lisais simplement les sujets, les articles, je n'avais aucune envie d'intervenir. Cinq jours plus tard, je suis bannie, radiée, rayée de la liste, virée comme une malpropre, avec une suggestion amicale de la part du président : tu devrais voir un psy.

S'en sont suivies quantités de radiations arbitraires, comme la mienne. Et des découvertes pas roses roses sur leur compte.
Comme quoi, même quand tout inspire confiance et sérieux, on peut avoir de bien bonnes surprises. Mais le plus grave dans tout ça, c'est qu'en agissant comme ça, ils agissent contre l'intérêt de la cause qu'ils défendent. Tu t'en doutes, je parle de celle des animaux.

Bientôt, l'épisode n°2 de "je dénonce" avec la suite des aventures de l'association ripoue.

samedi 23 mai 2009

Un problème noir

- "Quel est votre problème, Madame ? demande l'hôtesse.
- Mais vous ne le voyez donc pas ? répond la dame. Vous m'avez placée à côté d'un noir. Je ne supporte pas de rester à côté d'un de ces êtres dégoûtants. Donnez-moi un autre siège !


- S'il vous plaît, calmez-vous, dit l'hôtesse. Presque toutes les places de ce vol sont prises. Je vais voir s'il y a une place disponible.

L'hôtesse s'éloigne et revient quelques minutes plus tard.
- Madame, comme je le pensais, il n'y a plus aucune place libre dans la classe économique. J'ai parlé au commandant et il m'a confirmé qu'il n'y a plus de place dans la classe exécutive.

Avant que la dame puisse faire le moindre commentaire, l'hôtesse de l'air continue :
- Il est tout a fait inhabituel dans notre compagnie de permettre à une personne de classe économique de s'asseoir en première classe. Mais, vu les circonstances, le commandant trouve qu'il serait scandaleux d'obliger quelqu'un à s'asseoir à côté d'une personne aussi répugnante.

Et s'adressant au noir, l'hôtesse lui dit :
- Donc, monsieur, si vous le souhaitez, prenez votre bagage à main car un siège en première classe vous attend."

mercredi 20 mai 2009

Les gens mâles et femelles

Salut, la pêche ?

Aujourd'hui je vais te parler des mecs et des nanas. Des gens quoi. Mais non, pas tout à fait, parce que y'a les gens mâles et les gens femelles. C'est pas pareil.

Alors premièrement, je vais parler des gens femelles.
Bah oui, les dames d'abord.

Alors les gens femelles, elles sont tout le temps en train de se préoccuper de leur tête, de leurs cheveux, de leur corps, de leurs poils, de leur peau. Ça, c'est quand elles sont toutes seules. Mais quand elles sont avec un gens mâle, celui qu'elles considèrent comme "le leur", elles se préoccupent tout le temps de lui, de ce qu'il pense, ce qu'il ne pense pas, de ce qu'il dit, ce qu'il ne dit pas, de ce qu'il fait, ce qu'il ne fait pas et qu'elles aimeraient qu'il fasse, de ce qu'il oublie, ce qu'il n'oublie pas, de ce qu'il regarde, ce qu'il ne regarde pas... Alors on peut croire, quand on est un gens mâle naïf, que c'est parce qu'elles sont attentionnées. Mais non, que dalle, tu te fourres le doigt dans l'oeil, jusqu'au coude mon pote ! Les gens femelles sont comme ça parce que si ce que le gens mâle (ne) fait (pas), (ne) regarde (pas), (ne) pense (pas)... ne leur plaît pas, elles vont s'en plaindre et le lui reprocher. Par exemple : un gens mâle dit à "sa" gens femelle qu'il est crevé et qu'il a pas envie de sortir ce soir. La gens femelle va sauter sur cette intervention, et lui balancer à la tronche un truc du style : "Quoi ? Mais t'as jamais envie de sortir de toute façon, si tu m'aimes plus dis le ! Mais me laisse pas comme ça dans le doute, me fais pas croire des choses que tu penses pas ! De toute façon t'as toujours été plus intéressé par le foot que par moi, tu t'en fous de savoir que j'ai envie de sortir, t'es qu'un égoïste, vous êtes tous les mêmes, blabla..."
Le pauvre gens mâle il n'a rien demandé, il a juste dit qu'il était fatigué, et il se prend tout un procès dans la tronche, parce que Madame la gens femelle interprète et se prend la tête et échafaude sur rien et se fait des films et des scénarios catastrophe et a peur de ne pas plaire et patati et patata. Si le gens mâle ne l'arrête pas, elle peut parler pendant des heures d'un sujet qu'elle ne maîtrise absolument pas, mais juste pour tenter de comprendre un truc qui n'existe pas.

Ça, c'est grosso merdo la gens femelle.

Aux mecs maintenant. Si si, y'en a à dire aussi ;)

Les gens mâles, c'est tout le contraire des gens femelles. Ils ne parlent quasiment pas, sauf des sujets qu'ils maîtrisent à bloc, c'est-à-dire souvent ceux que les gens femelles ne connaissent pas. Par exemple : le foot, l'informatique, la bière. Des sujets concrets, quoi. Ce qui induit que quand il faut parler d'un truc sérieux avec sa gens femelle, qui elle (n'oublie pas) a des tonnes de choses à dire, ses réponses se résument à : "chaipo", "ok" ou "j'm'en fous".
Après, quand ils vont pas bien, au lieu de s'en prendre à la gens femelle, ils vont rien dire, ils vont aller faire un tennis ou boire (des bières, toujours) avec leurs congénères mâles. Et quand ils vont rentrer, ils vont soit matter le foot à la télé, soit s'affaler dans le canapé pour manger et dormir, soit se poser devant leur ordinateur, pour jouer à WOW ou à Quake en réseau avec d'autres geeks. Mais note bien qu'ils ne vont faire chier personne.
Le gens mâle il ne se préoccupe pas trop de ses poils ou de sa peau, il s'en fout. De la même manière, il se préoccupe peu de savoir si le frigo est vide, sauf quand il est effectivement vide et qu'il a faim : là, il est énervé, et il crie sur la gens femelle (qu'elle soit présente ou pas n'a que peu d'importance).
Le gens mâle se préoccupe aussi de sa gens femelle. Il veut qu'elle soit la plus belle, la moins moche, la plus sympa, la moins chiante, la plus drôle, la moins bête... Il veut toujours qu'elle soit la meilleure, parce que vis-à-vis des autres gens mâles ça fait mieux. Et quand la gens femelle fait tout pour être la meilleure, le gens mâle lui reproche d'être une chochotte. Le gens mâle, il comprend pas que si la gens femelle passe du temps à arracher ses poils, à tartiner sa peau et à lire des livres de psycho, c'est pour qu'il la trouve super.

Donc après ça (et ce n'est qu'un tout petit rikiki échantillon), comment veux-tu que les gens mâles et femelles puissent s'entendre ? Et pourtant si, c'est possible ! De temps en temps, souvent le soir :)

mercredi 29 avril 2009

Dis-le avec des mots

" ÇA PUE "
  • Sens véritable
La puanteur est une odeur nauséabonde qui émane d'un corps en putréfaction, d'excréments, de gaz malodorants divers, de fumées... On emploie "ça pue" pour exprimer que l'on sent cette odeur désagréable et que ça nous importune.
  • Usage constaté
De nos jours, "ça pue" est employé pour diverses raisons, heureusement, parfois encore pour exprimer son sens originel, mais bien souvent néanmoins pour exprimer son pessimisme, ou pour critiquer quelque chose ou quelqu'un.
"Il pue trop ce projet" signifiera ainsi que ledit projet n'augure rien de bon ou semble compromis. "Ça pue cette histoire" indiquera que la situation est difficile, voire risquée pour quelqu'un, et sera riche en rebondissements.
  • Usage souhaitable
À défaut de poésie, ce qui n'est pas ce qu'on te demande, essaie au moins d'utiliser cette expression quand elle a du sens, c'est à dire pour prévenir que ton pote a lâché une caisse ou qu'il y a du clacos pourri dans ton frigo. Sans quoi, ton comportement puerait vraiment.

mardi 28 avril 2009

Les chiens ne font pas des chats

Salut ! La pêche ?
Tu dois connaître des gens qui ont des chiens. Peut-être en as-tu un toi-même. Tu dois aussi connaître des gens qui ont des chats, et peut-être en as-tu un toi-même aussi !
Ben figure toi que parfois les gens s'imaginent qu'un chien pourrait faire naître un chat. Ils ont dû essayer, je n'ose imaginer comment, avant de se rendre compte qu'en fait c'est pas possible. D'où la naissance d'une expression fort perspicace, tu ne me contrediras point : les chiens ne font pas des chats.


  • Signification
On hérite le comportement et les goûts de ses parents.
  • Origine
Sur un plan purement génétique, ce dicton est généralement vérifié.
Quand bien même une souris éprouverait-elle une attirance féroce pour un éléphant au point de s'accoupler avec lui, il ne pourrait en aucun cas (à supposer qu'elle y survive) en naître un animal hybride, un souphant ou un éléris, ou un animal d'une des deux espèces.
Ce qui est vrai entre une souris et un éléphant l'est également entre une mouche et un raton-laveur, hélas condamnés à ne pas avoir de descendance malgré l'envie qui les taraude, ou, dans le cas qui nous concerne, entre un chien et un chat.
Mais s'il est vérifié en génétique, ce dicton est en réalité utilisé en application à des situations qui vont bien au-delà des choses innées.
Ainsi, il peut être employé dans le cas où, par exemple :
- Un couple d'enseignants a des enfants eux-mêmes enseignants ;
- Enfants et parents raffolent des endives au jambon ou des merguez au barbecue.

Si, effectivement, on trouve parfois des dynasties de médecins ou d'acteurs ou des familles entières qui ne jurent que par les tripes à la mode de Caen* (même si l'inné n'y est pas forcément pour grand-chose), on veut aussi quelquefois faire dire à cette expression des choses nettement plus sujettes à caution comme "votre père est un truand, donc vous êtes un délinquant en puissance".
* On peut toutefois facilement imaginer que le goût de Gaston Lagaffe pour la morue aux fraises ne lui a certainement pas été inculqué par sa mère.
  • Compléments
Cette expression est à rapprocher de "tel père, tel fils" ou de "bon sang ne saurait mentir".

jeudi 9 avril 2009

Les gens qui portent des croix

Alors, en Espagne, les gens sont vraiment bizarres. Au printemps, quand il n'attendent pas que les cigognes leur refourguent du shit marocain, les gens, pendant une semaine (dix jours plus exactement), dite "la semana santa", portent des croix, ou des Vierges, ou Sainte-Anne, ou Saint-Joseph, ou bien n'importe quel statue de saint qu'ils trouvent dans les églises ! C'est étrange, quand même ! Enfin, ça se fait un peu partout, mais surtout à Séville, parce qu'il y a plus d'églises qu'ailleurs, et que chaque église veut sortir ses statues dans la rue. Alors forcément, pendant la semaine en question, les processions n'arrêtent pas.


Mais qu'est-ce donc exactement qu'une procession ? Parce qu'on cause, tout ça, mais toi, ça te dit rien une procession. Ben ce sont des kilomètres de gens, en file par rang de trois ou quatre maximum (c'est pas bien large, les rues à Séville), qui pour certains sont déguisés en pénitents de l'époque de l'Inquisition (quand on condamnait un Juif ou un homosexuel au bûcher, par exemple, il devait porter une espèce de chapeau qui ressemble à ceux du Ku Kux Klan), des hommes, des femmes, des enfants, plein de gens, quoi, qui participent aux activités de l'église du coin, et qui donc participent aussi à la procession. Ils tiennent à la main un grand cierge, ou parfois des croix (pas des vraies, des en cartons). Y a aussi des gars qui sont habillés en militaires et qui jouent donc de la musique militaire, et puis surtout, au milieu, le "paso". C'est un genre de gros truc super lourd sur lequel on place les statues, soit une toute seule (un Christ en croix, en général), ou bien plusieurs statues, avec une petite mise en scène (par exemple on trouve dans l'église une statue de Jésus qui tend la main, en face on va mettre la Vierge à genoux). Y a peut-être une bonne trentaine de gros types costauds et transpirants qui portent ça, pendant huit heures en général (ils doivent parcourir la ville avec en moyenne 60 kilos chacun à transporter, forcément ça prend du temps), en s'arrêtant dès que le passage se fait trop étroit et que le paso a du mal à rentrer, ou bien simplement le temps que toute la procession se regroupe (parce que tout le monde ne marche pas au pas non plus).
Mais le vrai spectacle (parce qu'en fait, toutes ces statues, ben ce sont des statues, quoi, rien de bien excitant), ce sont les gens dans la rue qui regardent passer les croix. Tout le monde sort, endimanché, avec enfants, tupperwares, bières, gateaux et sandwichs de toutes sortes, et attend le passage des croix le long des rues. Pour rendre l'attente moins longue, la plupart des gens sont assis sur des sièges transportables, parlant, buvant, commentant le retard pris par la procession ou bien la beauté de la Virgen de la Macarena (une véritable star, on se lève à 2h du matin pour la voir passer !).
Tout un spectacle, donc, qui a inspiré ce matin à un passant qui promenait son chien (et ce dernier s'arrêtait visiblement pour la ènième fois le long d'un mur) "tu t'arrêtes encore plus souvent que les processions !".

P.S : cet article si long devait à la base être une simple bribe, la dernière phrase en l'occurence. Mais face au refus de la webmaster du site de la placer dans la section "bribes", l'explication du contexte de celle-ci a nécessité une page entière.

Article écrit par Mon Pain de Seigle.

samedi 4 avril 2009

Les cigognes au secours des toxicos

Salut ! La pêche ?

Alors aujourd'hui, j'ai du lourd ! Un projet pharaonique élaboré par un gens dont je tairai fort évidemment le nom, et même que c'est même pas un drogué.


L'idée serait de s'allier avec les cigognes pour ramener du shit du Maroc en Europe. Cela sous-entend un dialogue sérieux avec ces dernières, afin de leur expliquer le plan :
- "Voici 400g de shit à vous répartir entre vous. Débrouillez vous mais je veux que ça arrive à Guadalajara dans deux mois."
Les cigognes coopèreraient et prendraient leur envol avec leur petit paquetage (il n'est pas encore précisé la nature de celui-ci : un sac, une boîte...) et déposeraient le tout dans leur nid, en haut d'un clocher. Tu vas me dire que c'est pas évident après de récupérer la marchandise. Figure-toi que tout est prévu : une association de faux restaurateurs de clochers serait créée, pour que quand le gens escaladerait pour récupérer son paquet, sa défense puisse être toute prête à l'approche d'un passant suspicieux qui lui demanderait ce qu'il fait là-haut : "je suis le restaurateur de clochers".
Petit hic, le gens habite bien loin des régions convoîtées par les cigognes en France. Qu'à cela ne tienne, des vacances en Alsace n'ont jamais fait de mal à personne !
S'en suivraient d'atroces conséquences malgré tout, dont une particulièrement embarrassante : les contes pour enfants devraient être modifiés : Il était une fois, une cigogne qui transportait non pas un petit bébé, mais 50g de haschich sur son dos. Elle se rendait à Guadalajara où une fausse équipe de restaurateurs de clochers l'attendait...

mercredi 1 avril 2009

Les Box céderont-elles à la mode du co-branding ?

Jusqu'ici exclusivement associées au nom du fournisseur d'accès, les Box vont-elles s'ouvrir au "co-branding" et servir de support de communication pour d'autres marques ?

C'est en tout cas l'idée originale susceptible de se concrétiser dans les mois à venir. Plusieurs marques célèbres seraient ainsi en pourparler avec des opérateurs télécom. Dans quel but me direz-vous ?

Tout comme Orange et Bic se sont regroupés pour inventer le premier téléphone mobile jetable, d'autres entreprises souhaiteraient multiplier les opérations de "co-branding", y compris dans le secteur des fournisseurs d'accès à Internet. De quoi s'agit-il ?

Le "co-branding" consiste à associer deux ou plusieurs marques pour le développement, la commercialisation et la communication d'un produit ou d'un service cosigné. L'objectif est de renforcer ou modifier leur positionnement, rechercher une synergie avec un partenaire, ou tenter d'accéder à de nouveaux segments de marché.

Une célèbre brasserie envisagerait ainsi de commercialiser une offre Triple Play baptisée Krobox. Le forfait incluerait une connexion limitée à 1664 Kbits (les abus sont dangereux pour la santé), des appels illimités vers les pays producteurs de bière (Allemagne, Belgique, Irlande, Royaume-Uni, Pays-bas, Danemark), et un service de télévision IP (uniquement des chaînes de sport et des bouquets adultes). Peu d'informations sur les tarifs si ce n'est que la Krobox serait bien évidemment moins chère en "pack" et en grande surface. Dans un premier temps uniquement disponible à l'approche des évenements sportifs comme le Tour de France ou la Coupe du Monde de Rugby, l'offre Krobox pourrait rapidement s'étendre en s'appuyant sur la fameuse Licence 4 accordée par le Gouvernement. A noter que le ministère de la Santé pourraient être sollicité pour vérifier que cette nouvelle Box respecte le cadre fixé par la loi Evin. En ce 1er avril, un nouvel arrivant pourrait donc mettre la pression et faire mousser Orange, Free, SFR, Numericable et Bouygues.

Source Ariase

jeudi 26 mars 2009

Des enquoi ?

Salut ! Comment ça va aujourd'hui ?

J'ai beaucoup réfléchi, et aujourd'hui je recherche des témoignages de parents, parce qu'entre les gens qui disent que c'est la plus belle chose de la vie et ce que j'en pense (même si j'en ai pas hein) ça me laisse sceptique.

Oooh bah oui c'est mignon hein. Mais bon, ça implique des tas de trucs pour les filles :

- déjà la conception. On n'y pense pas assez.
- les frais de port : 9 mois (quand tout va bien...) avec un mini Homo sapiens dans le bide ça doit pas être facile.
- ça doit donner faim vu que mini homo se sert dans ta ration.
- ça coûte cher (pendant la gestation mais aussi (surtout !) après, entre les fringues, la nourriture, les meubles de Mr nouvel-arrivé, les couches et tout le tintouin)...
Et cætera. Mais déjà au moment où il arrive, ça m'intéresse moi, ça donne quoi ? Parce que j'imagine que tu dois douiller, entre le tsunami et le passage forcé, qui dure des heures !!! Alors les gars ils s'en foutent pas mal, mais les filles je pense qu'elles le voient pas pareil. Des heures entières sur le billard à respirer comme un Yorkshire, dans des souffrances terribles... Avec en prime la tête du père (quand il est pas en train de vomir dans les toilettes de l'hosto) qui sourit bêtement, il est content lui mais il capte pas que tu jongles comme jamais tu n'as souffert de ta vie... Peut-être qu'effectivement pour lui ça pourrait être le plus beau jour de sa vie. Éventuellement.

Je suis entourée de néo-papas en ce moment, j'ai plein de copains qui sont tout fous parce qu'ils sont (futurs) pères depuis un ou plusieurs mois. Je sais pas quoi en penser, c'est pour ça que je veux des témoignages, de préférence, de personnes parentes depuis déjà quelques années, au moins quinze, parce que je pense qu'avant ça tu peux pas te rendre bien compte du poids d'un enfant.
Bah oui, parce que je suis pas débile quand même, c'est beau une vie qui vient au monde, le truc en soi il est bien, mais faut le pondre, le môme, et après, faut le gérer pendant de plus en plus longtemps (oui, tu es de plus en plus assisté, petit Homo sapiens).

Voilà, bon je me doute que mon billet est pas super là hein, mais je sais pas, je suis fatiguée en ce moment et puis après tout, j'ai le droit de m'inquiéter pour mon avenir, crotte alors !

dimanche 8 mars 2009

On n'est rien

Salut salut !!
Ouais je sais ça fait un moment. On fait ce qu'on peut hein.


Aujourd'hui je vais pas faire long, mais j'ai juste envie de te rappeler qu'on n'est rien sur cette Terre. J'ai une pensée profonde pour un ami, qui vient de subir une perte injuste, comme trop de gens en subissent tous les jours. Alors, le temps de ton vivant, et qui sait combien de temps il durera ? Comme disait Serrault, les gens perdent leur temps mais personne ne sait s'il pourra arriver au bout de sa phrase... Donc, je disais, le temps de ton vivant, essaye de perdre le moins de temps possible à ne rien faire ou faire des choses qui t'ennuient, parce que tu n'auras peut-être jamais le temps de faire ce qui ne t'ennuie pas. Ne perds pas ton temps à faire le mal non plus, car tu n'auras peut-être jamais le temps de le réparer.
Une grande pensée pour toi Jacques.

samedi 21 février 2009

Le théorème Newton vs Einstein

Salut salut !
La patate ?
Newton et Einstein peuvent désormais dormir tranquilles, la relève est assurée.
Hier je parlementais avec une amie, quand nos réflexions se sont laissées absorber par la complexité de notre entourage, de notre environnement, et les relations interindividuelles qui peuvent naître entre les gens.
De là nous est venu le raisonnement selon lequel quand on rencontre beaucoup de gens, on en rencontre autant que quand on en rencontre peu. Ceci peut se vérifier avec la formule suivante (tout le fruit de notre travail se trouve en dessous, la stimulation de nos esprits, de notre créativité, de notre ambition, de notre raison, l'exacerbation de nos sens, l'explosion de nos connexions synaptiques, bref, tout, se trouve dans ce théorème) :

Selon le théorème n°5 :
Racine carrée des gens que tu rencontres/échelle de Richter
<=> 10 personnes rencontrées avant = 2 good feelings
BUT
tu rencontrais 40 ou 50 personnes par semaine = 8 ou 10 good feelings
AND
<=> 10 personnes rencontrées maintenant = 8 ou 10 good feelings
DONC E=M6

J'espère que c'est clair.

dimanche 15 février 2009

L'histoire d'Œdipe

Laïos est roi de Thèbes. Marié à Jocaste, il a un enfant. Les oracles annoncent que cet enfant, quand il aura grandi, tuera son père et épousera sa mère.

Œdipe et l'énigme du Sphinx

Evidemment, Laïos n'est pas d'accord et décide de tuer l'enfant. Il confie cela à un guerrier qui, au lieu de le tuer, va le perdre dans la forêt. L'enfant, les chevilles percées et attachées par une corde à un arbre provoque la pitié d'un couple de bergers qui le recueille et le confie à Polybe, le roi de Corinthe. Il reçoit alors le nom d'Œdipe qui, en grec, signifie "pieds gonflés".
A la puberté, il va à la ville de Thèbes, sans savoir qui il est. Il rencontre un vieillard (le roi de Thèbes, son père) qui, pour ne lui avoir pas laissé le passage, le combat. Œdipe le tue.
A l'entrée de la ville, il rencontre le Sphinx femelle défenseur de la cité, la terrorisant même complètement : elle a l'habitude de poser des énigmes aux habitants qui ne doivent la vie sauve qu'à une bonne réponse. Jusque là personne n'a pu répondre à ses énigmes. Le Sphinx pose la devinette suivante à Œdipe : "Quel est l'animal qui marche à 4 pattes le matin, à 2 pattes à midi et à 3 pattes le soir ?" Œdipe trouve la réponse et rentre en héros à Thèbes. La ville lui propose de monter sur le trône, puisque la place est libre. Il épouse Jocaste, en a des enfants et durant 15 ans vit le bonheur.
Puis la peste ravage la ville, qui demande pourquoi à l'oracle : "la peste est la punition des Dieux vis à vis d'un parricide et d'un inceste". Œdipe découvre qu'il s'agit de lui. Il se crève les yeux de désespoir, Jocaste se pend. Antigone sa fille l'accompagne hors de la ville qui l'a chassé. Ils partent tous les deux trouver asile à Athènes.

Freud découvre le complexe au cours d'une auto-analyse, en méditant sur l'histoire du héros grec Œdipe, telle qu'elle est narrée dans l'œuvre de Sophocle. Dans ses premiers écrits, Freud parle plus volontiers de "complexe nucléaire" ou "complexe maternel". Ce n'est qu'en 1910, dans son texte intitulé Contribution à la psychologie de la vie amoureuse qu'apparaît le terme "complexe d'Œdipe". Selon Freud, l'élaboration d'un complexe d'Œdipe constitue une étape normale dans le développement psychologique des garçons. La mère étant perçue, depuis le premier stade du développement, comme la "nourricière" qui procure du plaisir (en donnant le sein), le petit garçon tend progressivement à "se l'approprier". Chez la fille, ce phénomène est appelé le complexe d'Electre.

mercredi 4 février 2009

La relation homme-animal : de l'ouverture d'esprit

Salut !
Aujourd'hui, attention, sujet sérieux. Je faisais la vaisselle quand mon chat m'a parlé. Je lui ai répondu, et de là m'est venue une réflexion super lumineuse : les relations que tu entretiens avec les animaux dépendent-elles de ton ouverture d'esprit ?

Je pense que oui. Je t'explique.
Un animal, c'est quoi ? C'est toi, moi, ton chien, mon lapin, les harengs ou les fourmis. Ces animaux, tu peux soit considérer qu'ils te sont étrangers, soit considérer que tu peux entrer dans leur monde, et entrer en communication avec eux.
Je pense profondément que si tu choisis la première hypothèse, tu manques cruellement d'ouverture d'esprit. Un peu tranché comme raisonnement tu me diras, si tu fais partie du groupe 1. En revanche, si tu considères que ces animaux sont tes colocataires, et que tu peux entrer dans leur univers, et tenter d'en comprendre quelques aspects, alors, tu fais preuve d'une curiosité nourricière qui t'apprendra bien plus de choses que n'importe quel bouquin.
Prenons l'exemple du chat, pour rendre un hommage au mien, qui est à l'origine de cette réflexion. Un chat, ça miaule, ça griffe, ça court, ça grimpe aux arbres, ça attrape les mouches et ça joue avec les souris. Est-ce que tu peux considérer une seconde ou deux que ce sont des comportements qui font partie de son éthogramme, et que par conséquent, il apparaît comme totalement aberrant de les considérer comme des comportements stupides ? Ces signaux qui sont envoyés au chat sont des signaux qu'il utilise pour sa survie, c'est comme ça qu'il s'en sort lui. Toi c'est peut-être en bouffant des chips et en fumant des clopes, lui c'est en sautant sur les mulots. C'est comme ça.
Communiquer avec un animal d'une autre espèce, évidemment, tu ne peux pas souvent le faire avec ton langage parlé à toi, ça passe bien souvent par des échanges non-verbaux, des transmissions de messages, des ressentis physiques et/ou intuitifs. Je pense que le simple fait de concevoir une communication possible entre soi et un autre animal, c'est faire preuve d'ouverture d'esprit et d'empathie, suffisamment pour pouvoir établir une relation, un échange.
Te limiter à des échanges d'humain à humain est à mon sens infiniment réducteur, les autres espèces ont tellement à t'apprendre ! Si tu restes sur l'exemple du chat, quand il miaule, qu'il ronronne, qu'il griffe, il communique avec son environnement, il dit quelque chose qui a du sens pour lui. Rien de plus passionnant que de chercher le sens de ces manifestations, d'autant plus quand tu contrains un chat à vivre en ta compagnie. Et au delà de l'intérêt que cela comporte, c'est même indispensable pour offrir au chat une vie harmonieuse (si tant est que tu sois capable de tenir compte du sens des manifestations du chat pour améliorer son quotidien, si besoin est).
Considérer les manifestations d'un animal d'une autre espèce comme sans intérêt, dénuées de sens ou idiotes relève de l'ignorance pure, et dénote à mon sens une fermeture d'esprit et une bêtise sans limites.

Delphine Klein, une communicatrice animale, dit bien que "les personnes qui ne sont pas sensibles aux animaux passent à côté d’une partie de leur humanité, tout simplement ; elles refusent souvent de se laisser toucher par l’amour inconditionnel que nous portent les animaux qui ont choisi de partager notre quotidien, ou par la beauté des animaux sauvages qu’elles peuvent croiser. Les animaux, humains et non-humains, font partie du même réseau de vie sur la Terre, mais les hommes ont depuis longtemps oublié le caractère sacré de ce réseau. Les relations souvent cruelles qu’ils entretiennent avec les animaux ne sont que le reflet du vide qui caractérise leurs relations entre humains. Souvent on demande à ceux qui soutiennent des causes pour la défense des animaux et de la nature en général, ‘comment pouvez-vous vous focaliser sur les animaux, quand il y a tant de misère humaine, tant de souffrance parmi les enfants ?’. Or tout est lié : dans des pays anglo-saxons par exemple, les services sociaux de la police et les organismes de protection des animaux travaillent ensemble, car ils se sont rendus compte que les foyers où sont détectés des cas de cruauté envers les animaux sont malheureusement souvent ceux où la prochaine étape sera de maltraiter les enfants. Restaurer de vrais liens avec les animaux nous aide à nous retrouver nous-mêmes. Et puis il y a les personnes qui apprécient les animaux, en se refusant à franchir ce pas supplémentaire, et en se réfugiant derrière les phrases type ‘ce ne sont que des bêtes’. La pensée occidentale a tellement été marquée par Descartes qui voyait les animaux comme des machines animées, que notre mode de pensée est resté enfermé pendant des siècles dans ces restrictions. Reconnaître la possibilité de communiquer avec les animaux de manière intuitive/télépathique implique de les reconnaître comme des êtres non seulement sensibles, pourvus d’émotions, d’un esprit, au même titre que les humains. C’est un pas qui peut-être difficile à tenter, mais heureusement, les mentalités sont en train de changer."