lundi 25 mai 2009

Je dénonce - N°1

Salut l'ami !
Aujourd'hui, je dénonce, je balance, je lâche un coup de gueule !
Oui, mais contre qui ?
Contre tous les regroupements de gens, toutes les associations, plus exactement leurs membres, qui font passer leur intérêt personnel avant celui pour lequel ils se rassemblent. Ne compte pas sur moi pour les citer, tu rêves ! Mais je n'en pense pas moins. L'association dont je te parle juste en dessous fait partie de cette catégorie.
Il m'est arrivé une aventure très marrante un jour. Enfin, elle n'est marrante que depuis que j'ai digéré la pilule. Je l'ai toujours tenue discrète, mais après tout, je ne vois pas pourquoi je devrais la taire.

Un beau jour, je suis appelée par une personne pour donner un coup de main à une association que je ne connaissais pas, pour un événement. J'accepte, et me présente sur les lieux avec la personne qui m'a appelée. Je rencontre les gens de l'association, que je trouve fort engagés et motivés, ce qui n'est pas pour me déplaire.
Je te passe les détails.
Je m'investis lourdement dans leurs projets (temps, argent, idées, services...) et de fait, rencontre de plus en plus de membres du groupe. Petit à petit, de nouvelles responsabilités me sont confiées. Je suis à la hauteur de leurs attentes, et je m'éclate, je suis motivée.
Jusqu'au jour où, par un superbe soleil, je suis tout simplement bannie de leur association. Motif ? Je serais folle et dangereuse pour la cause qu'ils défendent. Du jour au lendemain, comme ça. Un petit appui, qui n'est même pas un argument, est une supposition selon laquelle j'aurais trahi les fondateurs.
S'en suit un semblant de droit de réponse chaud bouillant avec le président de l'asso, qui prétend toutes ces conneries citées à l'instant. Je réponds calmement, en argumentant ma défense et en l'appuyant des preuves dont je dispose. Je demande des justifications des propos tenus à plusieurs reprises. Chose que je n'obtiens jamais.
Au final, Môssieur le Président ne s'en sort plus dans ses mensonges, et finit par me dire quelque chose comme "bon et bien ok, tu n'en fais qu'à ta tête, moi j'en ai marre. Donc qu'est-ce qu'on fait de toi ?"
Il était sous-entendu que j'étais privée de toutes mes responsabilités, mais il me demandait en gros si je comptais rester dans l'association. Ce à quoi j'ai répondu oui, dans un premier temps, et j'ai ajouté que je le tiendrais au courant si je souhaitais la quitter à l'avenir. Il me dit qu'il est d'accord.
À la suite de cette discorde stérile, je continue de fréquenter leur site internet, et leur forum de discussion, mais je me fais petite, je lisais simplement les sujets, les articles, je n'avais aucune envie d'intervenir. Cinq jours plus tard, je suis bannie, radiée, rayée de la liste, virée comme une malpropre, avec une suggestion amicale de la part du président : tu devrais voir un psy.

S'en sont suivies quantités de radiations arbitraires, comme la mienne. Et des découvertes pas roses roses sur leur compte.
Comme quoi, même quand tout inspire confiance et sérieux, on peut avoir de bien bonnes surprises. Mais le plus grave dans tout ça, c'est qu'en agissant comme ça, ils agissent contre l'intérêt de la cause qu'ils défendent. Tu t'en doutes, je parle de celle des animaux.

Bientôt, l'épisode n°2 de "je dénonce" avec la suite des aventures de l'association ripoue.

samedi 23 mai 2009

Un problème noir

- "Quel est votre problème, Madame ? demande l'hôtesse.
- Mais vous ne le voyez donc pas ? répond la dame. Vous m'avez placée à côté d'un noir. Je ne supporte pas de rester à côté d'un de ces êtres dégoûtants. Donnez-moi un autre siège !


- S'il vous plaît, calmez-vous, dit l'hôtesse. Presque toutes les places de ce vol sont prises. Je vais voir s'il y a une place disponible.

L'hôtesse s'éloigne et revient quelques minutes plus tard.
- Madame, comme je le pensais, il n'y a plus aucune place libre dans la classe économique. J'ai parlé au commandant et il m'a confirmé qu'il n'y a plus de place dans la classe exécutive.

Avant que la dame puisse faire le moindre commentaire, l'hôtesse de l'air continue :
- Il est tout a fait inhabituel dans notre compagnie de permettre à une personne de classe économique de s'asseoir en première classe. Mais, vu les circonstances, le commandant trouve qu'il serait scandaleux d'obliger quelqu'un à s'asseoir à côté d'une personne aussi répugnante.

Et s'adressant au noir, l'hôtesse lui dit :
- Donc, monsieur, si vous le souhaitez, prenez votre bagage à main car un siège en première classe vous attend."

mercredi 20 mai 2009

Les gens mâles et femelles

Salut, la pêche ?

Aujourd'hui je vais te parler des mecs et des nanas. Des gens quoi. Mais non, pas tout à fait, parce que y'a les gens mâles et les gens femelles. C'est pas pareil.

Alors premièrement, je vais parler des gens femelles.
Bah oui, les dames d'abord.

Alors les gens femelles, elles sont tout le temps en train de se préoccuper de leur tête, de leurs cheveux, de leur corps, de leurs poils, de leur peau. Ça, c'est quand elles sont toutes seules. Mais quand elles sont avec un gens mâle, celui qu'elles considèrent comme "le leur", elles se préoccupent tout le temps de lui, de ce qu'il pense, ce qu'il ne pense pas, de ce qu'il dit, ce qu'il ne dit pas, de ce qu'il fait, ce qu'il ne fait pas et qu'elles aimeraient qu'il fasse, de ce qu'il oublie, ce qu'il n'oublie pas, de ce qu'il regarde, ce qu'il ne regarde pas... Alors on peut croire, quand on est un gens mâle naïf, que c'est parce qu'elles sont attentionnées. Mais non, que dalle, tu te fourres le doigt dans l'oeil, jusqu'au coude mon pote ! Les gens femelles sont comme ça parce que si ce que le gens mâle (ne) fait (pas), (ne) regarde (pas), (ne) pense (pas)... ne leur plaît pas, elles vont s'en plaindre et le lui reprocher. Par exemple : un gens mâle dit à "sa" gens femelle qu'il est crevé et qu'il a pas envie de sortir ce soir. La gens femelle va sauter sur cette intervention, et lui balancer à la tronche un truc du style : "Quoi ? Mais t'as jamais envie de sortir de toute façon, si tu m'aimes plus dis le ! Mais me laisse pas comme ça dans le doute, me fais pas croire des choses que tu penses pas ! De toute façon t'as toujours été plus intéressé par le foot que par moi, tu t'en fous de savoir que j'ai envie de sortir, t'es qu'un égoïste, vous êtes tous les mêmes, blabla..."
Le pauvre gens mâle il n'a rien demandé, il a juste dit qu'il était fatigué, et il se prend tout un procès dans la tronche, parce que Madame la gens femelle interprète et se prend la tête et échafaude sur rien et se fait des films et des scénarios catastrophe et a peur de ne pas plaire et patati et patata. Si le gens mâle ne l'arrête pas, elle peut parler pendant des heures d'un sujet qu'elle ne maîtrise absolument pas, mais juste pour tenter de comprendre un truc qui n'existe pas.

Ça, c'est grosso merdo la gens femelle.

Aux mecs maintenant. Si si, y'en a à dire aussi ;)

Les gens mâles, c'est tout le contraire des gens femelles. Ils ne parlent quasiment pas, sauf des sujets qu'ils maîtrisent à bloc, c'est-à-dire souvent ceux que les gens femelles ne connaissent pas. Par exemple : le foot, l'informatique, la bière. Des sujets concrets, quoi. Ce qui induit que quand il faut parler d'un truc sérieux avec sa gens femelle, qui elle (n'oublie pas) a des tonnes de choses à dire, ses réponses se résument à : "chaipo", "ok" ou "j'm'en fous".
Après, quand ils vont pas bien, au lieu de s'en prendre à la gens femelle, ils vont rien dire, ils vont aller faire un tennis ou boire (des bières, toujours) avec leurs congénères mâles. Et quand ils vont rentrer, ils vont soit matter le foot à la télé, soit s'affaler dans le canapé pour manger et dormir, soit se poser devant leur ordinateur, pour jouer à WOW ou à Quake en réseau avec d'autres geeks. Mais note bien qu'ils ne vont faire chier personne.
Le gens mâle il ne se préoccupe pas trop de ses poils ou de sa peau, il s'en fout. De la même manière, il se préoccupe peu de savoir si le frigo est vide, sauf quand il est effectivement vide et qu'il a faim : là, il est énervé, et il crie sur la gens femelle (qu'elle soit présente ou pas n'a que peu d'importance).
Le gens mâle se préoccupe aussi de sa gens femelle. Il veut qu'elle soit la plus belle, la moins moche, la plus sympa, la moins chiante, la plus drôle, la moins bête... Il veut toujours qu'elle soit la meilleure, parce que vis-à-vis des autres gens mâles ça fait mieux. Et quand la gens femelle fait tout pour être la meilleure, le gens mâle lui reproche d'être une chochotte. Le gens mâle, il comprend pas que si la gens femelle passe du temps à arracher ses poils, à tartiner sa peau et à lire des livres de psycho, c'est pour qu'il la trouve super.

Donc après ça (et ce n'est qu'un tout petit rikiki échantillon), comment veux-tu que les gens mâles et femelles puissent s'entendre ? Et pourtant si, c'est possible ! De temps en temps, souvent le soir :)