jeudi 25 novembre 2010

Mieux vaut prévenir que guérir

Hello l'ami, comment va la laïfe ?

Tu as déjà rencontré des gens qui se foutent de prévenir, guérir ou même périr ? Je ne connais pas toutes les déclinaisons de situations pour lesquelles l'adage se vérifie, mais perso, je me passerais bien de certaines de celles-ci.

Je suis peut-être une nana chiante et bourrée de principes, c'est peut-être une déformation professionnelle, ou bien maternelle, peu importe, la vérité c'est que je me fous complètement du pourquoi du comment. Le fait est que j'aime prévenir, et beaucoup moins guérir.

Par exemple, si j'ai un doute sur quelque chose : "va-t-il pleuvoir ou non ? Allez je prends le risque, je pars sans parapluie ! Non, ce n'est pas raisonnable, prends-le au cas où, mieux vaut prévenir que guérir !".

Voilà la situation type pour laquelle l'adage dit vrai : on ne peut pas dire qu'embarquer son parapluie dans sa voiture soit un truc véritablement compromettant pour le reste de la journée. Mais il n'est pas non plus indispensable de le prendre, étant donné qu'on n'a aucune certitude concernant la pluviométrie à venir. Mais pourtant, mieux vaut le prendre ! Pour être paré en cas de caca nerveux céleste. Parce que dans cette situation type, si jamais tu ne prends pas ton parapluie, tu t'en veux à mort parce qu'évidemment, la pluie ne tombe que quand tu es pressé, que tu as un rendez-vous super important et que tu as sorti ton costume fraîchement rapatrié du pressing pour l'occasion. Et là, t'as plus le choix, t'es obligé de te rendre à l'évidence : t'as été con.

Cet exemple anodin, je m'en inspire au quotidien. Autrement dit, j'applique systématiquement le "mieux vaut prévenir", à toute situation pour laquelle j'ai un doute, c'est à dire toute situation qui m'implique moi + un truc extérieur : un gens, la météo, les transports, etc. Le principe de prévoyance, quoi. C'est vrai, j'en ai marre de me faire avoir, trop naïve que je suis. Du coup ça en devient presque une obsession, tu sais, du genre à prévoir un truc au cas où le truc que t'as prévu si ça le fait pas ne le fasse pas non plus. Je suis loin de la névrose, mais c'est à surveiller.

Tout ça pour te dire que, quand tu côtoies des personnes pour qui le principe de prévoyance n'est qu'un vague concept que seuls les philosophes névrosés peuvent perdre du temps à pratiquer, le quotidien est parfois un peu compliqué.

Tu te retrouves facilement à t'engueuler avec ta moitié parce qu'elle a décidé sans te consulter que demain, des potes viendraient manger. Toi, t'aurais aimé qu'on te demande ton avis, non ? Si demain j'ai rendez-vous avec le fromager pour manger une tartine, ou bien avec ma prof de théâtre pour boire un café, ou bien avec le dealer du quartier pour m'enfiler un rail ? Hein ?! Qui y a pensé, à ces éventualités ? Ben, pas les personnes pour qui le principe de prévoyance n'est qu'un vague concept que seuls les philosophes névrosés peuvent perdre du temps à pratiquer.

Mais bon, ce n'est pas leur manque de prévoyance qui est le plus pénible, le plus dur, c'est de voir que ces personnes (pour qui le principe blabla...) sont totalement hermétiques à tes arguments quand tu essayes de leur expliquer que ça va de soi de prévenir une personne quand elle est impliquée, au lieu de décider d'un truc en solo. Surtout que tu insistes bien pour dire que le problème, en soi, ce n'est pas la bouffe prévue pour le lendemain, c'est le simple fait que ta moitié ait décidé seule de la date de ladite bouffe, et ce sans te demander si tu as quelque chose de prévu. Tu vois ? C'est une simple question de bon sens, tout de même !

Et bien, pas pour tout le monde, donc il va falloir s'y faire. Après tout, je crois que j'aurais dû dire oui quand on m'a demandé si je voulais Canalsat et Canal+... Ben ouais, c'est pas moi qui paye l'abonnement à internet.

mardi 16 novembre 2010

Les coiffeurs, ou l'apologie de l'entêtement

Hey l'ami, la pêche ?
Aujourd'hui, je suis allée chez le coiffeur. Et pour la première fois, je suis contente du résultat.


Les coiffeurs, ils sont bien sympa, ils papotent, ils te font des ronds de jambe et des sourires, et puis aussi, ils te coupent les cheveux. Je n'y vais jamais, chez le coiffeur, dans ma vie j'ai dû y aller (de mon plein gré) 4 fois, en comptant ce matin. Si peu, parce que sinon, je me coupe les cheveux toute seule, donc j'y vais quand je veux changer de coupe.

Je me souviens de la première fois : je voulais radicalement changer de tête, et opter pour une coupe courte. Je suis arrivée, prise en charge par le boss (évidemment, mes 4 expériences ont été tellement espacées qu'à chaque fois, j'avais eu le temps de déménager entre chaque coupe, et donc, j'étais nouvelle cliente dans le salon), et je lui ai dit que je voulais une coupe courte, la plus facile du monde à coiffer. Il a vu mes cheveux, donc normalement je me dis qu'il a dû voir à peu près quel type de coupe m'irait.
Je lui fais donc confiance, et il commence à couper. Sur cheveux mouillés, ça allait, mais je ne sais pas si ça te fait pareil, mais moi, la différence entre le résultat mouillé et le résultat sec est à peu près aussi impressionnant que celle qui existe entre Sarko et Besancenot.

Donc une fois mes cheveux secs, le résultat était tout autre : ben oui, j'ai les cheveux frisés !! Alors le coiffeur, malin comme il était, il m'a collé du gel sur mes cheveux innocents, et une laque horrible pour couronner le tout. Et puis, avec son grand sourire commercial, il me sort "pour vous coiffer, vous commencez par vous sécher les cheveux au sèche cheveux, tête en bas, puis vous prenez un peigne, vous démêlez et ensuite vous prenez du gel, effet mouillé ça rendra bien, vous en étalez sur vos mains et vous les passez dans vos cheveux en ébouriffant, et concernant la petite mèche devant, vous prenez une barrette et vous la placez comme ça sur le côté, et ensuite vous laquez le tout".

Et il ose dire que c'est simple ?! Je n'ai ni gel, ni sèche cheveux, ni laque, et je ne suis pas entrée dans son salon avec l'intention de m'équiper de tout ce bordel, alors non, je ne suis pas contente.

Seconde fois, c'était pour raccourcir la coupe ci-dessus réalisée, parce que comme j'ai les cheveux frisés, ben c'était trop moche alors je me suis dit qu'en faisant plus court, ça ne friserait pas. C'était sans compter sur mon épi (merci maman pour tes barrettes sur le côté quand j'étais petite) et à part ressortir du salon en me sentant dans la peau d'un mec, ça n'a pas servi à grand chose.

Troisième fois, c'était bien longtemps après la dernière coupe ci-dessus mentionnée, mes cheveux avaient repoussé et étaient mi-longs. Comme les cheveux courts ça m'allait plutôt bien, j'ai redemandé une coupe courte (et puis c'était pour un entretien d'embauche, je voulais un truc qui fasse "coiffé" et pas bombardé du réveil). Je précise bien au mec que je veux une coupe simple à coiffer. Il tient compte de ça, et me fait une coupe correcte, en me proposant de me coiffer gratos le jour de mon entretien si je n'arrive pas à obtenir un rendu class. Plutôt sympa de sa part. Pour me coiffer là, j'ai eu comme conseils de "prendre une brosse ronde, et de coiffer les mèches de derrière en les enroulant autour de la brosse, en donnant un mouvement sur le côté, et pareil pour le dessus de la tête, puis laque si vous le souhaitez".
C'est déjà un peu mieux, même si je n'ai pas non plus de brosse ronde. Au moins, pas de produits chimiques, j'apprécie.

Mais le top du bonheur, c'était ce matin. Deux ans se sont écoulés depuis la coupe ci-dessus décrite, et mes cheveux m'arrivent au milieu du dos. Cette fois, je veux garder de la longueur, marre de me faire avoir avec ces coupes courtes qui ne sont jamais belles à cause de ma frisouille.
Cette fois, je ne me ferai pas avoir : j'amène deux photos de mes cheveux au salon, pour les montrer à la coiffeuse : une photo actuelle, et une photo après une coupe courte qui foirait à cause de la frisotte. Pour bien lui montrer que trop court, c'est mort, ça frise et c'est l'anarchie capillaire. Elle a pris au moins 10mn pour écouter mes plaintes et mes exigences, avant de m'expédier au shampoing. J'ai apprécié qu'elle me demande mon avis avant de me faire un soin, histoire que je raque pas une fois à la caisse sans savoir pourquoi...

Et puis direction la coupe, et là elle m'expliquait tout au fur et à mesure, sans me faire suer avec des banalités du genre "il fait froid, hein ?", non, elle allait à l'essentiel : mes cheveux ! Plein de conseils tout au long du travail, et le must a été les explications pour reproduire la coiffure : "vous séchez vos cheveux en les essorant, vous les placez vaguement à la main, et vous les laissez sécher comme ça. Et après pour vous coiffer, vous prenez vos cheveux une fois secs dans les mains, et vous les chiffonnez, ça mettra en valeur la frisure naturelle".

J'adore !!! Enfin quelqu'un qui me comprend, qui ne me dit pas que sans sèche cheveux je n'arriverai jamais à rien, qui ne me propose pas 8 produits différents à 40 euros pièce, et qui ne me bombe pas la tronche de laque horrible : "je préfère les coupes vivantes, naturelles". Hallelujah, une coiffeuse normale ! Pas trop de shampoings, pas trop de produits et des produits naturels, pas trop de brossage, pas trop de coiffage... Tout ce que j'aime, merci madame, mes frisouilles vous revaudront ça.

jeudi 21 octobre 2010

Je veux être un chat

Bonjour l'ami,
Toi aussi ça t'arrive d'être prêt à tout donner, payer une fortune ou travailler jusqu'à 67 ans pour te libérer de ta vie d'humain et chausser celle de ton chat ?
Alors, je me rallie à ta cause !

J'adorerais être un chat. La vie est si injuste ! Quand je regarde mes chats, parfois il arrive à mon cerveau de partir loin, et de m'envoyer des messages chimiques qui me font croire que je suis moi aussi un chat. Du genre, mon cerveau me fait m'imaginer allongée sur le canapé, à dormir pendant 15 heures, ou bien m'imaginer que je n'ai qu'à ouvrir la bouche pour avoir à manger ou de l'affection, ou bien m'imaginer que je pourrais trouver distrayant un vulgaire bout de ficelle.

Le pire dans ce truc, c'est que c'est vrai.
Par exemple tout à l'heure : l'autre humain avec qui je vis s'amusait à embêter une de mes minettes. Soit, toi aussi des fois on t'embête, pas vrai ? Et quand t'en as marre, tu te défends (sauf si t'es une bonne poire méchamment naïve).
Bon, et bien, en tant qu'humaine dotée d'un cerveau à deux hémisphères, dotée de raison et d'un pouce articulé, je pourrais très bien me dire "si le chat en a marre, il va se défendre" (sauf s'il s'agit d'un chat bonne patte et méchamment naïf, mais ce n'est pas le cas de ladite minette).

Et bien non ! Au lieu de ça, je suis prête à entrer en conflit avec l'autre humain, tout ça pour défendre la minette qui se fait taquiner. Heureusement pour moi, ladite minette, comme précisé ci-dessus, sait très bien se défendre et a gratifié l'humain de plusieurs jolies entailles dans la peau de ses avant-bras. Ainsi soit-il ! Je la félicitais ! Et en rajoutais une couche auprès de l'humain en lui disant fièrement qu'il l'avait bien mérité ! C'est vrai quoi, après tout, il l'avait cherché, non ?

Maintenant, réfléchis une seconde : connais-tu une seule personne qui te laisserait dormir en plein milieu du canapé, sans oser te déranger même si tu es positionné de façon stratégique et que tu empêches tout le monde de s'asseoir ? Qui te laisserait défoncer tes rideaux, transformer ton salon en piscine, faire semblant de vouloir retapisser ta chambre en laissant les travaux en plan au stade du détapissage partiel, t'immobiliser sur une chaise en jouant vicieusement du clin d'œil séducteur, rembourrer le ventilo de ton ordinateur d'une douce fourrure scrupuleusement tassée entre chaque hélice du composant, ou encore tenter un habillage contemporain de ton plancher à l'aide des 18 rouleaux de papier toilette que tu viens d'acheter ? Et qui en plus, te donnerait à manger quand tu le souhaites, en complétant ta ration d'un bisou ou d'une petite caresse ? Et qui en prime prendrait ta défense en toute circonstance, même si tu venais de blesser gravement (3 entailles, merde !) un être cher ?

Moi, je connais personne qui me pardonnerait tout ça à la fois.

Et après on ose dire que la cause animale doit avancer, que leurs conditions de vie sont atroces et qu'ils ne méritent pas ce qu'ils subissent... Non ! Ils ne méritent pas ! Ils le valent bien, tout simplement.

dimanche 3 octobre 2010

Merci, merci, merci !

Hi there, la pêche ?
Il fait tout moche, alors j'ai pensé à optimiser le temps qui passe, en écrivant un petit truc qui me fera beaucoup de bien.

C'est beau, hein ?
Bon, c'est pas trop le sujet. Tu connais des gens qui font des trucs et qui, en retour, attendent systématiquement que tu leur dises merci ? Attention, je ne parle pas des trucs pas obligés, genre les cadeaux ou les petites attentions qui font plaisir. Pour ça, tu peux dire merci, parce que c'était pas une évidence, ça n'allait pas de soi qu'on te l'offre, tu vois ?

Mais par exemple, imagine une maman qui reproche à son enfant une fois adulte, de lui avoir donné le biberon quand il était bébé. C'est complètement con, tu crois pas ? Comme si c'était pas juste NORMAL qu'un parent ne laisse pas mourir l'enfant qu'il a décidé de mettre au monde... Et pourtant j'te promets, des mères qui font ça, ça existe, enfin moi, j'en connais au moins une !

Sinon, y'a d'autres trucs du même genre, par exemple si tu vis avec quelqu'un, il se peut que la personne qui partage ton appart' ou ta maison te demande de la remercier quand elle aura mis la main à la patte. Comme si toi, t'en foutais pas une, ou pire, comme si toi, c'était normal que tu t'actives pour les tâches chiantes quotidiennes, et que le jour où l'autre personne lève le petit doigt, fallait sortir le tapis rouge, le chéquier et se mettre en congés pour lui offrir une semaine de détente bien méritée.

Ben figure toi que j'ai failli vivre ça, sauf que je vis avec une raie ! Et cette raie a fait bien pire : elle a décidé de faire une tâche chiante qu'on n'a pas fait depuis un moment. Du coup quand je suis rentrée, c'était trop cool ! Mais la raie a pris la couleur des fonds pollués, et pas celle des fonds beaux et purs, et elle a cherché les embrouilles, tu vois ? Genre elle est devenue exécrable, comme si j'avais tout faux ou si j'étais une autre raie qui compromettait leur survie, bref, elle était véner, quoi. Tu me connais, ça m'a gonflée, je me suis tirée dans le bureau bricoler quelques trucs.
Tout ça pour que ma raie revienne la bouche en cœur me dire que c'était du cinoche, que c'était la seule façon de me faire dégager de la pièce, pour qu'elle puisse me préparer une surprise et que j'avais intérêt à me magner si je voulais pas tout gâcher. Tu le crois, toi ?

mardi 31 août 2010

Plus loin ensemble

Hello guy !
La pêche j'espère ?
Bon, aujourd'hui je vais te parler des FAI, tu sais ces grosses entreprises qui te "donnent" (façon de parler) internet.Figure-toi que j'ai travaillé dans une boîte qui elle-même travaille avec les FAI. Ce n'est pas vraiment l'objet de mon billet, mais ça peut être marrant de comparer mon expérience dans cette entreprise et celle que je vais te raconter aujourd'hui.

"Plus loin ensemble" qu'ils disent, ou "The future's bright, the future's Orange" il y a quelques années. Tu parles ! Plus loin dans les em*erdes, oui !

J'ai déménagé il y a un gros mois de ça, de ma charmante petite maisonnette à la campagne (quelle tristesse ! J'y étais si bien... et mes chats aussi !) et ai donc résilié mon offre internet auprès des rois du futur brillant. J'ai bien reçu le super papelard qui dit qu'ils ont reçu ma demande, et tout le tralala. J'ai aussi reçu un autre courrier avec un bordereau à coller sur un colis, pour retour du matériel (la box).
J'ai un peu traîné, c'est vrai, en grande reine de la procrastination que je suis. Mais un jour, je me suis décidée : j'ai préparé mon colis, et j'ai roulé pleine d'allégresse jusqu'à un point relais à plus de 20 bornes de chez moi (ça doit faire partie du pacte "plus loin ensemble"), et j'y ai restitué mon super matos à un sympa vendeur qui m'a remis mon précieux petit reçu au numéro qui commence par 88. J'en ai aussi profité pour faire plein de trucs que j'avais à faire dans le coin, mais ça pour l'instant on s'en fout.

Ça, c'était y'a... pfff, j'sais pas moi, 3 semaines ?
Et v'la qu'aujourd'hui, je reçois un courrier de Wanadoo (tiens, qu'est-ce qu'ils me veulent, ils existent encore eux ?) en recommandé, siouplé.
Bon, j'accepte... J'ouvre et je découvre un joli bordereau Chronopost (désolée papa, faut pas aller chez Orange ! Nan laisse, tu peux pas comprendre) et un courrier qui me dit "bonjour, vous n'avez pas rendu votre matos" (avec des mots plus jolis, hein).

Je m'empresse donc d'appeler le service client, et quel ne fut pas mon bonheur d'entendre la jolie voix automatique me dire "un conseiller commercial va répondre à votre appel dans moins de huit minutes" ! Wow, me dis-je, ils sont rapides à 9h du matin !
Puis, après l'interminable attente plus abrutissante encore qu'une pub Panzani du moment, une dame me répond très gentiment (et quelle ne fut pas ma surprise d'entendre qu'elle était française !! On dirait que les suicides leur ont rapporté !) et me demande mon nom, le numéro et compagnie... ET le fameux numéro du reçu qui commence par 88.

Bon sang, l'ai-je au moins gardé ?! Heureusement que je ne fais pas le tri dans mon portefeuille toutes les semaines, ça m'a sauvée pour cette fois ! Je l'ai retrouvé, le lui ai communiqué, et la conversation s'est terminée sur un "ça arrive que parfois les dossiers ne soient pas mis à jour, donc dans ces cas là une mise en demeure est envoyée, mais tout devrait rentrer dans l'ordre".
J'aime bien le "devrait"...

Orange n'a donc pas de politique différente avec ses clients qu'avec ses partenaires : quand je travaillais dans la petite boîte d'info, j'avais pas mal affaire à Orange, pour de la facturation notamment... C'était folklo, j'te le dis ! Il fallait envoyer 3 fois la même facture à des moments et des interlocuteurs différents, entre temps tu recevais un n° à ajouter sur un exemplaire de ladite facture, exemplaire qu'il fallait ensuite envoyer par courrier papier à encore une autre adresse... Et quand on avait un souci dans la compta, j'appelais un gars qui s'occupait de ça, et il était encore plus paumé que moi !

Donc bon, quelque part c'est rassurant, de se dire que même des grosses boîtes comme ça sont remplies de gens normaux qui ne comprennent pas tout à leur taf. Je croyais que j'étais la seule, moi.

jeudi 26 août 2010

Rien faire, c'est comment ?

Hello l'ami !!
Comment ça va aujourd'hui ?
Pour ma part, ça va, mais je m'interroge beaucoup. Figure-toi qu'aujourd'hui, c'est un de mes derniers jours en tant que salariée, avant je ne sais combien de temps.

Je suis en congés. Tu te souviens, il y a deux ans, je t'avais dit que le travail c'était trop bien ! Eh bien aujourd'hui, je vais découvrir ce que ça fait de plus rien faire.
Eh oui, dès le 1er septembre, j'expérimente ce dont on entend parler partout, de plus en plus, et qui est encouragé par nos dirigeants politiques (volontairement ou non) : le chômage.
J'espère que c'est bien, le chômage, parce que franchement, depuis le temps que j'en entends parler !!
C'est vrai quoi, moi je me levais tous les matins pour aller voir des gens qui me donnaient des ordres, un autre ordinateur, un pot à crayons et un micro-ondes, alors que y'a plein de gens qui restent chez eux à faire ce qu'ils veulent ! Franchement, je me demande pourquoi j'ai fait ça, j'aurais dû direct me mettre au chômage. Enfin, je verrai bien ce que ça donne, mais je pense que je vais pouvoir faire plein de trucs mieux que dire "ok c'est noté" à mon patron.

Mais bon, je serai pas vraiment au chômage pour de vrai, non plus. Comme tu le sais déjà puisque tu as lu mon avant-dernier article sur mes mésaventures animales, je ne faisais pas que dire "oui chef" avant, je gardais des animaux. Et je les garde toujours d'ailleurs, c'est bien pour ça que moi, le chômage, je n'en aurai qu'un aperçu.

Mais tu vois, y'a un truc que je comprends pas : y'a des gens au chômage qui font rien. Mais ils sont fous ! Il faut profiter d'avoir que ça à foutre pour aller se promener, pour aller à la Préfecture (plus besoin de poser un congé, youpi !), pour inviter tes potes chômeurs et pour renouer le lien social ! C'est vrai, quand tu travailles, t'as le temps de rien ! Tu dois te lever, partir bosser, revenir, parfois faire les courses, parfois promener des chiens, parfois passer à la banque ou que sais-je encore. Là, t'as le temps pour faire tout ça ! Donc au lieu de rester dans ton plumard comme une loque, pourquoi tu ferais pas tout ça au lieu de râler ?

Franchement, moi, j'aimerais bien être au chômage toute ma vie. T'as le temps de tout faire, quand t'es au chômage. Mais bon, t'as plus les sous pour le faire, au bout d'un moment. Donc en fait je sais pas trop.

mardi 10 août 2010

Cache tes poils !

Salut l'ami, la pêche ?
Dis moi, as-tu entendu parler aux infos de l'histoire de Perpignan ?

Alors voilà, ça fait des mois qu'on nous emm**de avec cette histoire de burqa, niqab et autres voiles, oh scandale, des femmes veulent se masquer le visage par conviction religieuse, mais où va-t-on ?
Copé disait qu'il voulait interdire le port de la burqa parce que pour lui, le visage voilé représente, au même titre que la cagoule, un danger pour la société. Du genre il disait "à la sortie d'une école, comment voulez-vous confier un enfant à une personne dont on ne voit même pas le visage ?"

Eh bien accroche-toi mon pote, que tu sois musulman ou pas importe peu ici, la question c'est plutôt de savoir si tu es de Perpignan ou pas.
En effet, la municipalité a décidé d'interdire le port de rien, c'est-à-dire que maintenant, tu n'as plus le droit de te balader torse poil à Perpignan, ou même en maillot de bain.
"C'est une question de respect" a dit Pujol, le maire. Des passants ajoutent "sur la plage, c'est très bien, mais en plein centre ville, non !"
Tu peux m'expliquer ce que ça peut bien foutre de voir des gens poils au vent ? On ne parle pas là d'exhibitionnisme, mais bien de se promener le torse à l'air parce qu'on a chaud.

Alors il faudrait savoir : trop c'est trop, mais trop peu c'est pas bon non plus. Alors il faut quoi, transpirer à grosses gouttes et tremper son tee-shirt, puer la sueur par respect pour les autres ?

lundi 2 août 2010

Mésaventures animales

Hello l'ami, la pêche ?

Aujourd'hui je m'en vais te parler de ma laïfe. C'est pas souvent, mais là j'ai besoin de t'en parler.
Je ne sais pas si tu es au courant, mais en plus de mon travail normal, je garde les animaux des gens, quand ils partent en vacances.

En règle générale, tu rencontres des personnes tout à fait soucieuses de leurs animaux, et c'est un grand plaisir de papoter avec eux, de faire la connaissance de leurs animaux.
Mais parfois, le métier oblige, tu rencontres des gens complètement gravos à qui tu ne peux rien dire parce que ce sont tes clients.
  • Cas n° 1 : le chien sorti une fois en 24 heures
- Bonjour, j'aimerais des renseignements sur vos services de garde d'animaux.
- Bien sûr, pour quelles dates et quels animaux ?
- J'ai un chien et un chat, du X au Y.
- Pas de problème, pouvez-vous me renseigner votre adresse et le nombre de visites que vous souhaitez que je fasse, afin que je vous établisse un devis svp ?
- Oui, alors rue Truc à Machinville, et une visite par jour.
- D'accord. Donc vous rentrez le soir j'imagine ?
- Ah non, je suis en déplacement pour quatre jours.
- Perplexe - Ah ? Mais, euh... Votre chien, vous êtes sûr qu'il va supporter la solitude aussi longtemps ?
- Ah oui il est habitué, il sera enfermé dans le garage.

Dans ces cas là, tu gardes ton calme et tu passes voir le chien 2 fois par jour au lieu d'une, sans le facturer au client.
  • Cas n° 2 : les chats traumatisés
- Bonjour, je viens de découvrir vos services, j'ai deux chats, vous êtes dispo du X au Y ?
- Oui, aucun problème.
- Ok super, je remplis le formulaire de demande de devis sur votre site ce soir.
- Parfait, merci !
Lors de la pré-visite :
- Bonjour, blabla, faisons connaissance avec vos chats.
- Alors voici Trucmuche, et Bidulechouette vous ne le verrez pas, il est complètement terrorisé !
- Ah, eh bien ça ne fait rien, il s'habituera doucement à moi en temps voulu.
- Ah mais non, même de nous il a peur ! En fait on l'a récupéré chez Untel, mais il était allergique alors le chat était enfermé dans le garage dans le noir, et depuis il est complètement trauma.

Dans ces cas là, tu fais appel à une communicatrice animale en cachette, elle t'apprend que le chat était battu et tu lui demandes de parler au chat, pour que pendant tes visites, tu puisses au moins l'approcher pour voir si tout va bien...
  • Cas n° 3 : les animaux improbables
- Bonjour, je suis très intéressé par vos services, je pars quelques jours et j'ai un agame barbu qui requiert deux visites par jour, matin et soir, pour le nourrir. Êtes-vous disponible pour le garder du X au Y, et puis avant tout, est-ce que vous gardez aussi ces animaux ou seulement les chiens et les chats ?
- Se renseigne rapidement pour trouver ce qu'est un agame barbu... Ne trouve pas de réponse... Essaye une autre orthographe... Vite, vite Google, ne me lâche pas, pitié ! - Oui, bien sûr ! Aucun problème. Je suis disponible sur les dates que vous me donnez. Il faudrait convenir d'un rendez-vous pour remplir le contrat de garde et le questionnaire.
Lors de la pré-visite :
- Bonjour, entrez, Mogtruc est par là.
- Coucou Mogtruc, je vais te garder pendant quelques jours.
- Alors les grillons sont là.
- Les quoi ?
- Les grillons. Il faut lui en donner 6 à 7 par jour.
- Avale sa salive - Ah d'accord.
- Ben tenez, vous n'avez qu'à le nourrir pour qu'il s'habitue à vous et pour voir ses réactions.
- Oui, bien sûr...
- Prenez la grande pince là, chopez un grillon et donnez-le lui dans la gueule.
- S'exécute... Fait attention de ne pas faire mal aux grillons en les attrapant... A d'ailleurs beaucoup de mal à les attraper pour cette même raison... - Euh, c'est un peu hard là, enfin bon, il faut bien qu'il mange votre Mogtruc, mais je vous avoue que c'est pas facile pour moi de lui donner des animaux vivants...
- C'est parce qu'il est encore en croissance. Une fois adulte il n'en mangera plus qu'un ou deux par jour.

"Plus que"... Dans ces cas là, tu prends sur toi, et tu te dis que t'es payée pour nourrir le Mogtruc, et pas pour avoir de la compassion pour les grillons... Tu as pourtant cherché quel substitut pourrait nourrir le Mogtruc et te permettre de relâcher les grillons dans la nature, mais tu as peur de le faire claquer en lui donnant du tofu, alors tu te résignes à contribuer à ce massacre organisé, sans rien dire, parce qu'il faut bien qu'il mange, Mogtruc.

Mais franchement, quelle idée d'avoir ces animaux ? Comment peut-on, tous les soirs, consciencieusement, amener des grillons à la mort pour un lézard ?
Le jour où j'aurai un serpent à garder, et des poussins ou des souris à lui donner, je ferai quoi ?

vendredi 25 juin 2010

On est tous des geeks

Hello par là, comment ça va bien ?
C'est l'été, il fait beau, alors je m'en vais te parler des geeks. Tu sais, ceux qu'on dit que c'est des gens qui vivent devant leur ordinateur, qui sortent pas de chez eux et qui oublient de manger.

Ben en fait, il paraît que je suis une geekette. L'autre jour on m'a dit ça. Alors, tu me connais, j'ai demandé pourquoi, et voilà la liste des choses qui potentiellement feraient de moi une geekette :
- j'ai un ordinateur sur mon bureau
- ses câbles sont visibles (et d'autres câbles qu'on sait pas trop d'où ils sortent)
- ma chaîne hi-fi est reliée à l'ordinateur
- j'ai des logiciels dessus, autres que Word et IE
- d'ailleurs, je dis IE pour Internet Explorer
- j'utilise pas IE, justement
- j'ai, en plus de mon premier ordinateur, un PC portable
- ledit portable est sous Linux
- je joue parfois à Pr Layton sur la DS
- je peux passer des heures devant mon ordi à retoucher des photos
- des fois je mange un biscuit pendant que je retouche des photos, ou je bois du jus de fruits
- j'ai regardé une série de 73 épisodes en entier en moins de six mois
- je regarde d'autres séries
- j'offre des jeux vidéo à des gens pour leur annif
- je sais ce que ça veut dire OS
- je sais faire des requêtes SQL
- j'aime bien bidouiller du CSS
- j'ai installé mon imprimante toute seule
- ...

Bref, tout ceci fait de moi, selon des geeks et des non-geeks, une geekette.

Mais voyons plutôt la définition du geek :
Le terme geek (/gik/, prononciation anglaise /giːk/) est un anglicisme désignant une personne passionnée, parfois de manière intense, par un domaine précis. Il s’emploie entre autres dans le domaine de l’informatique ainsi que dans celui de la science-fiction.

Entre autres !!! En fait, si tu es passionné de capsules de bières au point d'en collectionner des albums entiers, t'es un geek. Si tu aimes les vieilles voitures au point d'aller à tous les rassemblements et d'acheter des Deudeuches d'occase et de les retaper toutes belles, t'es un geek. Si t'aimes le jardinage, au point d'avoir une bibliothèque remplie de livres dessus et d'y passer la moitié de ton temps à désherber, biner ou semer, t'es un geek. Si t'aimes cuisiner, au point d'acheter plein de petits ustensiles qui te serviront une fois tous les 32 du mois quand tu seras luné pour faire des mini parts de mini flans, t'es un geek. Ou bien si t'aimes la danse au point de suivre des cours deux ou trois fois par semaine et de t'inscrire à des galas, t'es un geek.

Bien distinguer les geeks des no-life ou des technophiles. Si tu traites un geek comme un no-life, il va pas aimer !
Donc au final, j'suis ptèt une geekette, mais je pense pas, sinon je serais une multi-geekette :
- geekette de cuisine
- geekette de photo
- geekette de travaux manuels
- geekette de déco
- geekette d'animaux
- geekette de lecture
- geekette de musique
- geekette de ...

Quoi qu'il en soit je m'en fous, parce que je suis pas une no-life :
- mes chats laissent des poils sur mon clavier, et ça me dérange pas
- mon ordi n'est pas dans ma chambre
- je sors de chez moi quand il fait jour car j'aime le soleil
- je bronze l'été (justement parce que je sors de chez moi)
- mon ordinateur ne ressemble pas à un immeuble récent qui fait discothèque
- j'ai pas de figurines de films sur mon bureau
- je mange plus souvent dans mon salon ou sur une table normale, que devant mon ordi
- je n'ai pas de console de jeu !
- j'ai plus d'amis IRL* que sur les fora
- j'ai pas de télé
- je sais me faire comprendre, même de gens qui ne font pas le même métier que moi ou qui n'ont pas les mêmes loisirs
- je n'ai plus mes chaussettes de quand j'étais au collège
- idem pour les tee-shirts
- ...

Alors attention, si un jour tu croises dans un bar un mec qui adore les jeux vidéo, c'est peut-être un geek, mais ne le considère pas comme un no-life, parce que les no-life tu les croises pas, ou alors si, mais tu les repères facilement : tu ne comprends pas ce qu'ils disent, ils rient à des trucs qu'eux seuls peuvent comprendre, ils parlent en abréviations... Comme *IRL qui signifie In Real Life, Dans la Vraie Vie.

jeudi 20 mai 2010

Je suis un bousier

Bousier : Insecte coléoptère coprophage du groupe des scarabées tel que le copris et le géotrupe (coprophage, ça veut dire qu'il bouffe de la merde, ni plus ni moins).

Du moins, c'est ce que pense mon plombier.

Plombier : Artisan ou ouvrier procédant à l'installation et à l'entretien des canalisations, à la pose et à la réparation des appareils sanitaires et de cuisine.

Du moins c'est ce que je croyais.

Plantage du décor :
Tu vois ça ?

C'est pas ma douche, mais elle est presque pareille. En moins pire quand même. Mais dans ma douche y'a des traces noires, sur les joints, comme ce que tu vois sur la photo.
On appelle ça : de l'humidité.

Humidité : Teneur en eau, d'un sol, de l'atmosphère.
Caractère de ce qui est humide, légèrement mouillé ou infiltré d'eau, d'un liquide : humidité du linge.
Caractère d'un climat, d'une région où l'atmosphère est chargée d'eau.
Présence plus ou moins anormale de vapeur d'eau dans l'air, dans un local, etc.

Ces trucs noirs que tu vois, ce sont des petits champignons, tout pitis pitis, pas comme ceux qu'on mange, bien sûr, mais des champis quand même, qui évoluent dans des environnements humides. On appelle ça : des moisissures.

Moisissure : Champignon de petite taille qui provoque une modification chimique du milieu sur lequel il croît.
Dégradation, corruption de quelque chose sous l'effet de ces champignons ; partie moisie de quelque chose.

Eh bien, maintenant que tu sais tout ça, tu es en mesure de te dire, si tu vois quelque chose comme sur la photo, qu'il y a peut-être un problème d'humidité chez toi, que ces moisissures ne sont pas normales, qu'il faudrait peut-être appeler un plombier sans quoi des bousiers pourraient débarquer. Ou peut-être pas, les bousiers.
Donc, moi, petite individueeeuh que je suis, qu'est-ce que j'ai fait ? J'ai appelé le plombier !!! Il est venu cet après-midi, le plombier. Je lui avais laissé un petit mot pour qu'il sache bien quoi regarder, comme je suis sympa...
Et le plombier, devine quoi ? En voyant les moisissures dans la douche, il a dit "si c'était nettoyé ça ne serait pas comme ça".
Ha ha ha ! Qu'elle est bonne Monsieur le Plombier ! Ha ha, vraiment ! Arrêtez, ça me donne envie de...
Vous disiez ? Sérieusement, faut faire quelque chose hein, ça devient alarmant là, nan ?
"Faut utiliser du vinaigre blanc" qu'il dit.

Alors là, je perds un peu mon sang froid, et mon sens de l'humour, et je commence à... à... à bouillir !!!
Mais c'est pas croyable tout de même, il me prend vraiment pour un bousier ?!
Il pense vraiment que ça me remplit d'allégresse de me doucher dans un élevage de champignons ? Ou de sentir de l'humidité dans mes vêtements ? Hummm, humidité, bonne odeur de moisi, comme je t'aime !
Il pense que j'ai pas déjà essayé, le vinaigre ? Le bicarbonate ? La crème à récurer, l'huile de coude, la javel, le nettoyant de base, le grattoir, la brosse à dents, la brosse en chiendent, et tout le tralala ?
Soit il me prend pour une abrutie finie, soit c'est un laxiste incompétent comme je n'en ai jamais vus !
Il a osé prétendre que l'ancienne locataire aurait signalé si elle avait remarqué un truc pareil... Heureusement pour moi, l'état des lieux prouve bien qu'elle ne l'a pas fait !

Tu le crois toi ? Un plombier même pas foutu de différencier une salissure d'une moisissure ? Je vais finir par croire que c'est les pompiers qu'il faut que j'appelle : soit pour foutre le feu à ma douche, soit pour me sortir des décombres quand elle me sera tombée dessus !!!

mardi 18 mai 2010

J'me mêle de tout... sauf de ce qui me regarde

Salut salut ! La forme ?
Alors, de quoi allons-nous parler aujourd'hui ? Des boulets qui se mêlent de ce qui ne les regarde pas, et qui font plein de bourdes que bien sûr, c'est à toi de réparer par la suite.

On pourrait en écrire des bouquins, de ces gens là. Tu ne t'es jamais retrouvé confronté à un gus qui croit tout savoir mieux que tout le monde, et qui au final te fout le boxon dans ton boulot ? Si tu me réponds "non" j'te tape tellement je t'envie !
Pour les éventuelles rarissimes personnes ignorantes de ce genre de pratiques, voici à peu près ce que ça donne :
Tu es chargé de la tâche X. Cette tâche implique de nombreuses choses, comme par exemple envoyer des mails à deux ou trois interlocuteurs différents, éditer des documents en suivant une nomenclature précise, les enregistrer, de façon rigoureuse, pour en assurer le suivi. Puis de les modifier une fois le dossier traité par tes interlocuteurs... Tu vois, plein de choses que seul toi au final peut vraiment gérer du début à la fin.
Et ben il existe des gens, j'te jure que je mens pas, qui viennent foutre le bordel dans ton travail. Ces gens là pensent qu'en faisant certaines choses eux-mêmes, ça ira plus vite. Souvent ils les délèguent à quelqu'un d'autre, tout aussi ignorant du boulot à faire ("comme ça c'est pas de ma faute !"), mais partons du principe que le gus le fait lui-même.
Du coup, sans te consulter, il édite des documents avec des numéros différents, il les enregistre pas, il les envoie à un seul de tes trois interlocuteurs, bref.
Quand tu apprends ça, par un gentil mail comprenant en pièce jointe ledit fichier édité n'importe comment, tu ne sais pas comment réagir : tu le frappes tout de suite, l'abruti ? Ou tu restes à peu près calme, et tu lui demandes de t'expliquer quelle envie de pisser lui a traversé la tête pour te pondre une merde pareille ?

Le plus marrant dans tout ça, c'est que sa connerie aura des répercussions, bien sûr : les interlocuteurs se retrouvent avec des documents différents et ne savent plus lequel traiter, toi non plus d'ailleurs, du coup tout prend du retard, alors que le gus voulait gagner du temps. Mais le piiiiire, c'est qu'il le sait !! Il sait que ça va tout retarder, parce que ça lui est déjà arrivé !! Il l'a déjà faite, la bourde, et il en a déjà payé les conséquences !! Mais bizarrement, il n'a pas retenu et veut malgré tout faire comme s'il maîtrisait la situation.
Et au final, qui est-ce qui doit tout refaire, tout consulter, tout réorganiser, tout modifier et tout le tralala ? C'est bibi. Et bibi se fait engueuler ensuite : "Dis donc, ça traîne, ce dossier ! Je commence à en avoir marre !"

Et pendant ce temps là, la marmotte, elle garde son calme, elle se justifie et elle sourit !!!

lundi 12 avril 2010

Les nouveaux poli-tics de langage

Il y a fort longtemps au royaume de France, les hommes politiques avaient une phrase fétiche. Une phrase culte à destination des journalistes, une phrase qu'ils égrenaient sur les plateaux de télé : C'est une excellente question et je vous remercie de me l'avoir posée.

Formule toute faite qui permettait à la fois de gagner du temps pour trouver une excellente réponse à cette excellente question, et au passage d'amadouer le journaliste en faisant couler le miel de la flatterie dans sa bouche.
Signe du changement des temps, et peut-être de la crispation des politiques, « c'est une excellente question et je vous remercie de me l'avoir posée », qu'on traiterait sous l'acronyme CUEQEJVRDMAP, a été remplacé par « vous savez Laurence Ferrari », sa variante « Vous savez David Pujadas » ainsi que « Vous savez Arlette Chabot ». C'est le nouveau tic des politiques, on dirait qu'ils se sont tous passés le mot.
  • Ça sert à quoi ?
D'abord, « Vous savez » signifie que le locuteur va énoncer une vérité essentielle et réfléchie. Ça permet d'insister sur l'importance de ce qu'il va dire. On dit rarement « tu sais, je crois que je vais aller acheter du pain » mais plutôt « tu sais, je crois qu'on devrait partir en vacances ».
Ce type d'introduction sert également à garder son calme. Plutôt que de répondre bille en tête à une question exaspérante (« mais c'est quoi votre question de merde?! ») « vous savez » permet de poser sa voix, de retrouver sa sérénité pour éviter la boulette d'énervement, « vous savez, je suis vraiment étonné par votre question Laurence Ferrari ». Cette technique sert donc ponctuellement au politique pour se sortir d'une question piège ou au minimum dérangeante. On remarquera que c'est toujours dans des moments délicats qu'ils s'en servent. Ainsi, Ségolène Royal répond à Laurence Ferrari : « Vous savez Laurence Ferrari, je peux être candidate à l'élection présidentielle (...) mais je peux aussi ne pas être candidate. »
  • Qu'est-ce que ça veut vraiment dire ?
Cette phrase peut vouloir dire deux choses inverses mais également déplaisantes pour le journaliste.
1 - Version condescendante
« Vous savez Laurence Ferrari... » En fait, non, évidemment, vous ne le savez pas et c'est bien pour ça que je vais vous le dire vu que vous n'êtes pas capable de faire correctement votre travail d'enquête, vous n'avez aucune idée de ce qu'est la politique et le travail des politiques d'ailleurs, c'est pas pour rien que vous êtes journaliste et que moi je m'occupe de l'avenir de notre pays.
2 - Version tu serais pas en train de te payer ma tête ?
« Vous savez Laurence Ferrari » : comprendre évidemment que vous le savez, on en a parlé pas plus tard que la semaine dernière, arrête de faire semblant de pas le savoir et de te faire passer pour une citoyenne lambda alors qu'on est en pleine connivence, tout ça pour me donner le rôle du méchant, ça m'énerve quand tu fais ça.
Mais si on va plus loin, on remarque qu'outre la formule « vous savez », l'interpellation par le nom et le prénom du journaliste est en train de gagner tous les politiques.
  • Pourquoi c'est pas très sympa pour les journalistes ?
Parce que ça les infantilise complètement. L'usage du prénom et du nom rappelle des cadres hiérarchiques du type collège et des souvenirs pas forcément très agréables. « Titiou Lecoq, au tableau. » Ce côté fiche d'identité crée un déséquilibre dans le rapport de force. Un employé n'appelle jamais son patron par son nom et son prénom parce qu'alors le patron aurait clairement l'impression d'être pris de haut.
Ainsi, je n'ai pas dit: « Johan Hufnagel, vous savez, j'accepte de faire cet article » mais plutôt « bien sûr monseigneur votre magnificence, je m'exécute à l'instant ». Le déséquilibre est d'autant plus important que face au Président ou à un ministre, le journaliste l'appellera par sa fonction. C'est pour cette raison que l'identité prénom + nom va très bien avec « vous savez » vous êtes un enfant, je vais vous apprendre.

Ainsi, quand Laurence Ferrari demande à Nicolas Sarkozy s'il écoutera le message des électeurs pendant les régionales, dont on devinait déjà que ça serait un gros bouillon, il répond: « Laurence Ferrari, quand des millions de gens votent, mon devoir c'est de les écouter. » Ce qui n'est pas très loin de « Laurence Ferrari, quand on ne sait pas faire une soustraction à virgule, on se tait. » Pour se sortir de cette difficulté, il discrédite la question de Ferrari comme tout bonnement débile.
  • Ça dit quoi du rapport des politiques aux journalistes ?
Dans le schéma classique, on sait bien que celui qui est interviewé par un journaliste ne s'adresse pas seulement à ce dernier mais également à tous ceux qui sont susceptibles de regarder l'émission. Le journaliste n'est donc pas un véritable interlocuteur mais un succédané. Il ne parle pas en son nom, ne donne pas son avis, mais pose des questions. C'est lui qui dirige l'interview et en début d'entretien, il présente son invité en donnant son nom et son prénom.
C'était la mise en scène traditionnelle mais depuis quelque temps, elle tend à changer sous l'impulsion des politiques, comme si ces derniers se rebellaient. Désormais, on est dans la mise en scène du journaliste par le politique. En interpellant son interlocuteur, le politique personnalise son propos. Or traditionnellement, le journaliste n'a pas, ou ne devrait pas avoir, dans son rôle d'intervieweur à exister en tant que tel. Il n'est pas un véritable interlocuteur pour le politique. Interpeller Laurence Ferrari ou David Pujadas, c'est en l'occurrence rompre la mise en scène traditionnelle du simulacre de l'interview et mettre le journaliste dans la mouise.

Mais il n'y a pas seulement personnalisation, il y a surtout, et c'est nettement plus vicieux, peopolisation du journaliste. Appeler un journaliste connu par son nom, c'est le ramener à son identité de people, de star du petit écran, et le mettre dans l'impossibilité de s'effacer. Le politique inverse alors les rôles. « Non Laurence Ferrari, vous n'êtes pas une citoyenne comme les autres, vous êtes un people, vous n'êtes pas la voix du peuple ». C'est bien pour ça que l'interpellation fonctionne avec les journalistes connus et pas avec des présentateurs peu médiatisés.

Encore pire, le côté faux de la formule nom + prénom induit une idée de proximité entre le journaliste et le politique. Quand on ne connaît pas quelqu'un, on l'appelle monsieur ou madame. Le politique joue alors sur le présupposé commun selon lequel les journalistes connaissent intimement les politiques et que leur distance à l'écran n'est qu'un leurre. Les politiques poussent de plus en plus loin cette mécanique de renversement des rôles, allant jusqu'à retourner les questions qu'on leur pose et demander leur avis personnel aux journalistes. A ce titre, la remarque de Nicolas Sarkozy à Laurence Ferrari sur son salaire est exemplaire. « Vous savez, on pourrait vous demander votre salaire. Et je suis sûr que si je le comparais à un smicard, ça choquerait beaucoup nos téléspectateurs. Je ne le ferai pas. »
Douce prétérition, il ne le fait pas mais c'est comme s'il l'avait fait. Mais surtout, il joue sur l'identité « Laurence Ferrari » pour rappeler qu'elle est de son milieu à lui, ce qui lui sert à la discréditer en tant que journaliste, à questionner sa légitimité à poser des questions.
Alors que le journaliste doit mettre en difficulté le politique, c'est quand même une partie de son travail d'intervieweur, désormais le politique lui répond par des attaques personnelles, cherchant à son tour à le déstabiliser. Une bonne méthode pour ne pas répondre aux questions.
  • En bonus : la plantade
Si le procédé discrédite donc les journalistes, il peut se retourner contre le politique en cas de grosse bourde. Et là, impossible de résister à la double gaffe de François Fillon. Un Premier ministre détendu et sûr de lui qui par deux fois interpelle David Pujadas, sur un ton qui demandait plutôt la bonté et l'indulgence, sauf qu'il dit: « reconnaissez avec moi Patrick Pujadas » enchaîné avec « c'est ce que j'allais vous dire Patrick Pujadas ». Nicolas Fillon ne semble donc pas très bien maîtriser l'art du renversement des rôles.

Source : http://www.slate.fr
Titiou Lecoq
Photo: Le 25 janvier 2010, sur TF1. REUTERS

mercredi 31 mars 2010

Internet, c'est fastoche !

Salut mon coco, comment ça va ?
Aujourd'hui, je vais te parler d'internet. Vaste sujet me diras-tu ! Ne t'inquiète pas, je vais plus précisément te parler des abus qui peuvent être faits, ou des confusions, enfin, de tous ces trucs géniaux qui n'arriveraient pas dans la vraie vie.


  • Internet, c'est bien
Internet, c'est super, une immense toile sur laquelle des milliards de gens peuvent se connecter en même temps et parler entre eux. Un lieu d'échange incroyable ! Grâce à internet, tu peux causer à un copain en Turquie ou en Nouvelle-Zélande. Grâce à internet aussi, tu peux trouver plein d'informations sur tout et n'importe quoi, écrites par n'importe qui ! Sur internet aussi, il y a des fora, des lieux d'échanges où chacun peut écrire des messages et recevoir des réponses d'autres gens, mais pas instantanément (comme ça, si t'as pas envie d'être sur le forum à 18h, ben rien ne t'empêche de répondre qu'à 20h, tu vois ?)
Bref, sur internet tu peux faire des tas de choses.
  • Internet c'est pas marrant
Ben oui, parce que sur internet, tu parles pas, tu tapes sur des lettres. Et tu peux pas toujours montrer ta tête, donc quand tu rigoles les gens ils le voient pas forcément (tout dépend de leur sens de l'humour ou de leur susceptibilité). C'est pour ça qu'on a inventé les smileys, tu sais les trucs comme ça :) et comme ça :P et comme ça :'( pour dire que tu souris ou que tu tires la langue ou que tu pleures (il faut incliner la tête vers l'ouest pour les voir dans le bon sens).
Et puis des fois, comme il faut bien respecter un peu la nétiquette (ce genre de code de la route du net ou de charte de bonne conduite sur ton ordinateur), eh bien on attribue des droits d'administration à des gens qui créent des sites ou des blogs ou des fora. Et ces droits là, eh bien personne ne peut les leur enlever !!! Ils peuvent en abuser autant qu'ils veulent, sans que tu puisses rien y faire. C'est comme ça que tu te retrouves banni d'un forum sans savoir pourquoi, par exemple.

Ben franchement, internet, y'en a marre !

samedi 20 mars 2010

Je mens, je suis confiant

Hello par ici, comment ça va ?

Aujourd'hui au programme, les gens qui ne respectent pas leurs engagements. Tu sais, c'est des gens qui disent qu'ils vont faire un truc et qu'ils ne le font pas.


T'est-il déjà arrivé d'attendre quelque chose de quelqu'un, parce que ce quelqu'un te l'a promis, et de ne pas l'avoir ? Si oui, tu sais à quel point c'est agaçant.
Mais en fait, le vrai sujet n'est pas de savoir si c'est agaçant ou pas, car tout le monde sait que ça l'est. Toi-même tu le sais sans doute, puisque tu ne peux pas toujours faire ce que tu promets. La question d'aujourd'hui, c'est de voir pourquoi tu peux délibérément choisir de ne pas tenir tes engagements.
Je cherche à comprendre ce que ça te procure, de promettre un truc et de ne pas le faire, et ce intentionnellement. Je pense à plusieurs choses : une sorte de sentiment de pouvoir, style "la balle est dans mon camp, je fais ce que je veux", une sorte de domination d'autrui par le simple fait de le mettre en attente. Quand tu attends, tu es vulnérable. Finalement, tu es soumis à la personne qui te fait attendre. C'est un stratagème souvent utilisé par les gens très manipulateurs, qui mettent leur victime en attente pour mieux les asservir et les rendre dépendantes. Les pervers narcissiques manipulateurs utilisent systématiquement cette technique avec leurs victimes : la promesse dans le vent permet de séduire, et d'amener l'autre à tout accepter pour obtenir ce qu'on lui a promis.
J'ose espérer que tu n'es pas un pervers narcissique, mais ton procédé, aussi calculé et mesquin soit-il, n'est selon moi en rien une preuve d'intelligence, mais plutôt une mise en lumière du peu de confiance que l'on peut t'accorder.

Autre raison pouvant expliquer cela : la négligence, ou le mépris des autres. Tu leur dis que tu le feras, pour avoir la paix sur le moment. Mais en fait tu t'en tamponnes le coquillard, et tu ne le fais pas. Tant pis si tu as promis, si tu as fait naître une attente chez ton interlocuteur, peu te chaut car tu es incapable de penser à autre chose qu'à toi. Du coup, s'en suit une sorte de trahison de ta conscience, car ton popa et ta moman t'ayant appris plein de bonnes valeurs, tu sais qu'il est mal d'agir ainsi. Ton petit cerveau se retrouve tiraillé entre le bien et le mal, comme dans le jeu de la mort. Tu sais que tu as mal agi, mais tu n'as pourtant rien fait pour agir mieux. Mais c'est pire que dans le jeu de la mort, parce que toi, tu n'as personne pour t'encourager à faire le mal. Tu n'as que toi et ta petite conscience, mais visiblement, tu t'en fous aussi de ta conscience. Ça te fait même marrer, d'avoir trompé ainsi ton interlocuteur.

Et après tu vas te plaindre parce qu'on ne peut vraiment plus faire confiance à personne.

mercredi 24 février 2010

Je n'suis paaaas une maman !

Les gamins me collent à la peau...
La pêche ?
Moi j'suis pas super enchantée là, tu t'en doutes... Encore un coup de gueule, pour aujourd'hui. Après qui ? Après tous les gens qui ont passé 18 ans et qui ne savent toujours pas se dém**der tous seuls ! Y'en a marre des gosses attardés !

Déjà que je n'aime pas particulièrement les enfants, les vrais, tu sais, ceux qui ont 5 ou 6 ans... Mais je vais te faire une confidence (je ne dirai pas ça souvent, sois attentif) : ceux-là sont des amours à côté des gamins de 40 ans ! Je ne supporte pas les gamins attardés, qui se prétendent détenteurs du savoir sous prétexte qu'ils ont 10 ou 20 piges de plus que toi, qui même quand on leur mâche le boulot, qu'on leur explique qu'on leur a mâché le boulot, et qu'on leur montre où on leur a mâché le boulot pour qu'ils puissent aller voir qu'on leur a mâché le boulot, te demandent : "comment on fait ça, c'est trop compliqué !"
Exemple : ton interlocuteur, un GA (gamin attardé), veut construire un bateau. Il te dit qu'il n'y arrivera jamais tout seul ! Toi, comme t'es sympa, et surtout, comme c'est ton taf, tu fais quoi ? Tu appelles des constructeurs de bateaux pour qu'ils filent à ton interlocuteur un bateau en kit. Aussitôt dit, aussitôt fait. Tu reçois ton bateau en kit, et comme t'es sympa (mais là c'est plus ton taf, t'es juste sympa en fait !), tu te dis qu'une petite notice ce serait sympa... Allez, en plus t'as pas trop de temps aujourd'hui, mais tu peux bien être sympa ! Tu prépares une jolie petite notice, bien super claire et tout et tout. Et puis une fois que t'as fini ta notice, tu préviens ton interlocuteur que :
1° tu as reçu un bateau en kit
2° tu as préparé une notice
3° que le bateau + la notice se trouvent à tel endroit
4° que pour monter le bateau, il n'y a qu'à suivre les instructions de la notice
5° qu'un document récapitulatif est affiché, au cas où ça suffirait pas
6° qu'il est inutile de me remercier, j'ai que ça à faire.

Eh bien devine quoi : l'interlocuteur normal, il va venir te voir et te dire : "La vache, t'as assuré, merci beaucoup c'est nickel !". Le GA, il va venir te voir et te dire : "Euh, t'aurais pas un site pour acheter des pièces détachées pour monter un bateau ?"
Ou piiiiire !! "Euh, c'est quoi ton truc en kit là ?"

Patience, patience !!! Dans ces moments là, tu te demandes plusieurs trucs :
1° pourquoi tu fais ce métier
2° pourquoi tu le fais aussi consciencieusement
3° pourquoi, malgré cette application et ce manque de reconnaissance par les GA, tu ne démissionnes pas
4° combien de temps avant la retraite, déjà ?

vendredi 12 février 2010

De l'art de se nourrir

Salut !!
Eh ouais, j'vais encore te parler de comment je mange, tout ça. Mais ce soir, je suis en week-end, il s'annonce d'ailleurs plutôt sympa, alors je vais parler de ça en disant que des choses bien ! Je vais t'apprendre les bases de ce qu'un végéta*ien qui se respecte doit apprendre avant de passer le cap.

Ce soir, je tiens à t'expliquer qu'être végétarien, ce n'est pas ce que tu crois : on ne mange pas que des carottes et de la salade, un steak frites moins le steak, ou encore un bœuf bourguignon sans bœuf... La cuisine végétarienne est super créative, c'est son principal intérêt. Sinon je te l'accorde, ce serait pas super glop, ce qu'on se mettrait sous la dent ! Une assiette végétarienne est riche, souvent composée de plein de choses différentes, ce qui en fait une assiette complète. Souvent bien plus complète qu'une assiette "classique" qui contient de la viande.

En effet, certaines protéines végétales sont incomplètes. Petit cours de biologie : pour être complète, une protéine doit être constituée des 9 acides aminés essentiels qui la rendent assimilable comme telle par l'organisme. Nomme ces acides aminés de 1 à 9.
Pour illustrer ce que je viens de dire, voici quelques exemples simplifiés :
- les lentilles contiennent les acides aminés 1, 2, 4, 5, 8 et 9. Les protéines qu'elles contiennent ne sont donc pas complètes. Mais !
- le riz contient les acides aminés 1, 3, 4, 6, 7 et 8.
En combinant les lentilles et le riz, tu obtiens donc tes 9 acides aminés, et tu assimiles donc des protéines végétales complètes, qui seront reconnues comme telles par ton organisme.
Les protéines sont les seules à poser ce genre de "problème" d'assimilation combinée. En règle générale, souvient toi que céréales + légumineuses = protéines complètes.

Ensuite, manger équilibré, ce n'est pas seulement manger des protéines. Toi, petit occidental, tu en consommes environ 10 fois trop (ton besoin est d'environ 6% de protéines dans la ration quotidienne ; tu en consommes environ 70%). Pourquoi ? Parce qu'il y a du lait partout, de la viande partout, des œufs partout, du blé partout. Tous ces aliments sont des petites sources de protéines qui, ajoutées les unes aux autres, constituent une ration bien trop élevée. Et trop de protéines = cancers divers, problèmes cardio-vasculaires, musculaires, et caeteraire... (c'est parce que tout rime). Mais surtout parce que tu ne manges pas assez de légumes, fruits, et céréales.

Pour manger équilibré, la ration journalière doit être composée d'environ :
- 40% de céréales
- 35% de légumes et fruits
- 15% de produits laitiers (et je précise que les laitages au soja sont aussi considérés comme des produits laitiers dès lors qu'ils ont fermenté - avec les mêmes lactobacilles et streptocoques que pour les laitages animaux, le principe de fermentation est strictement identique)
- 6% de viande ou autres sources de protéines
- 3% de lipides
- le dernier petit % étant réservé aux sucres rapides, biologiquement inutiles (ils peuvent dépanner en cas de fringale)
Et bien entendu, eau à volonté.

Par céréales, n'entends pas uniquement "pâtes" ou "pain". Ça en fait partie, évidemment, mais c'est très réducteur de se limiter au blé (dont la qualité s'appauvrit de plus en plus à cause des hybridations de variétés). Il vaut mieux lui préférer les anciennes variétés comme l'épeautre ou le seigle, mais il existe aussi le sarrasin, les riz, l'avoine, l'orge... et les graminées, souvent considérées à tort comme des céréales, telles que le millet ou le quinoa...
Concernant les fruits et légumes, je pense que tu es au courant qu'il existe autre chose que les patates, les tomates et les carottes... Toutes les variétés de chou sont extrêmement riches en minéraux, comme les légumes racines (radis - autant de calcium dans 1 radis que dans 1L de lait, carottes, panais, navets...). D'autres sont très riches en fer : d'une manière générale, tous les légumes au feuillage vert foncé.
Bref, je ne vais pas te faire le détail de tous les minéraux contenus dans les végétaux, mais en toute logique, il y en a beaucoup plus que dans les produits animaux : les minéraux se trouvent dans la terre !

Les "autres sources de protéines" sont également super variées. Tu l'as vu plus haut, la combinaison légumineuses + céréales est une première de ces nombreuses sources. Les graminées sont très riches en protéines. Le tofu (soja fermenté) est d'une incroyable richesse : il contient tout ! Il constitue une alternative de premier choix à la viande. Les fruits secs et les graines sont riches en protéines...
Enfin concernant les lipides, l'huile vierge pressée à froid est première sur la liste, la margarine végétale clôt cette liste mais peut être pratique d'un point de vue purement "cuisinier".

Et maintenant, tadaaaaam ! En images, deux assiettes 100% végé, riches et variées :

Malheureusement les images sont un peu petites, je ne peux pas faire mieux. Mais ces photos t'illustrent la tête d'une assiette végétarienne courante. En l'occurrence, celle-ci sont végétaliennes. Et bizarrement, elle ne contiennent pas que de l'herbe !

mercredi 27 janvier 2010

C'est naturel de manger de la viande

Salut l'ami !
Aujourd'hui je vais te faire un topo, le plus complet possible, qui je l'espère t'aidera à réfléchir avant de me balancer ton fameux "mais c'est naturel de manger de la viande !"

Il est mimi hein ?
Alors lui, c'est un petit mouton. Et pour la peine, je vais prendre le temps de te raconter pourquoi et comment je suis devenue vegan aujourd'hui.
Tu vois le petit mouton de la photo ? Imagine qu'il s'appelle Coton, et que tu as 11 ans, et qu'un copain ou une copine te parle de Coton, te raconte qu'il boit au biberon, qu'il bêle quand il a faim, qu'il est pote avec le chien, tout ça. Toi, j'te rappelle, t'as 11 ans, et t'adores ton clebs. Puis là ta mère te dit "à taaaaable !" et te sort du four un superbe plat rempli de viande de mouton. Tu adores le mouton plus que n'importe quelle viande, en plus, petit gourmand. Ben ouais, mais moi, ce jour là, j'ai pas pu manger la viande de peut-être la mère de Coton, ou son frère, ou son grand-père. Parce que ce jour là, j'ai vraiment compris que c'était pas normal.
Déjà avant, à 8 ans, j'avais fait copain-copine avec une vache, au camping à Quiberon. La vache 963H, c'était ma pote, j'allais la voir tous les jours. Puis le jour du départ, j'ai demandé à ma mère si le boucher pouvait nous dire le numéro des vaches dont proviennent ses steaks. Elle m'a regardé bizarrement et m'a demandé pourquoi. J'lui ai répondu que je voudrais jamais manger de la vache 963H.
Depuis ce jour (le jour du mouton), j'ai arrêté de manger les animaux. Je ne sais pas si à 11 ans on est capables de réfléchir, de philosopher sur le sort des animaux, le bien-fondé de leur exploitation, leurs conditions de "vie" et d'abattage. Mais à 11 ans, on est capable de faire le lien entre un Coton mignon et un mouton crevé sanguinolant dans un plat.
Maintenant que tu sais tout ça, j'estime que tu me connais un peu mieux. Alors, place au cassage d'idées reçues.

-:- C'est naturel

Souvent, les gens qui te savent végéta*ien, ils te demandent pourquoi. Alors, tu leur expliques que tu refuses de participer au massacre de plusieurs millions d'animaux par jour, juste pour le plaisir. Et là, ils te répondent : "Mais c'est naturel de manger de la viande !"
Ce à quoi je réponds que certes, manger de la viande est naturel. Pour certains animaux. Ces animaux, on les appelle des carnivores. Jusqu'à preuve du contraire, l'homme est considéré comme plus ou moins omnivore. Ce qui signifie qu'il peut manger de tout, qu'il tolère toutes sortes d'aliments. Mais cela ne signifie aucunement qu'il doit manger de tout. Un lion qui bouffe une antilope, il le fait pour survivre, il n'a pas le choix : si tu lui files du tofu, il va mourir. Parce que son organisme est fait pour digérer la chair crue. Je te propose de regarder ce petit extrait du tableau réalisé à partir d'une étude qu'a menée le Dr. Milton MILLS* sur l'anatomie comparée de l'alimentation :

Comme tu peux le voir, l'humain n'est biologiquement absolument pas fait pour manger de la viande.
Si cette étude n'est pas convaincante, alors prends au moins deux minutes pour réfléchir. Si je te disais "le petit Coton de la photo, tu me l'égorges et tu le bouffes cru devant moi", que me répondrais-tu ? Comme la plupart des gens certainement, tu me répondrais que tu ne pourrais pas le faire. Alors pourquoi trouves-tu naturel de manger les animaux ? Un lion, il peut égorger une antilope : ça lui pince pas le cœur, il a les outils pour, et il peut la digérer crue (cf le pH dans le tableau). Toi tu dois cuire la viande pour la manger.
Maintenant si je te demandais "aimerais-tu travailler dans un abattoir ?" tu me répondrais certainement comme la plupart des gens aussi : "je ne pourrais pas". Pourquoi tu ne pourrais pas ? C'est naturel de manger de la viande, après tout !
Les animaux que tu manges ont deux yeux, un nez, une bouche, des poumons, un cœur, comme toi et moi. Et toi, t'es humain, t'es censé être une créature évoluée et intelligente... Comment peux-tu encore dire que c'est naturel pour toi de manger des animaux ?! Regarde les choses en face : tu n'es biologiquement pas fait pour ça, et me sortir l'exemple des mammouths que mangeaient tes ancêtres ne ferait que me rappeler le côté très "adaptable" de l'homme, qui fait avec ce qu'il trouve et s'en sort très bien ainsi (ce qui explique son arrivée au "sommet" de la chaîne alimentaire, d'ailleurs...) mais jamais cela ne pourra me convaincre que l'homme est fait pour manger les animaux.

* Le Dr MILLS est docteur en médecine, est codirecteur de la médecine préventive pour le PCRM (Physicians Committee for responsible medicine) [www.pcrm.org], un groupe nord-américain de médecins et de personnes privées pour la promotion d’une meilleure alimentation et de la recherche dans ce domaine.
Médecin spécialiste en médecine préventive, Milton R. Mills se consacre à certaines des influences de l’environnement et de la société sur la santé. Il a donné plusieurs conférences et a participé à de nombreux séminaires de recherche aux États-Unis et au Mexique sur divers sujets : les conséquences de la consommation de viande et de produits laitiers sur la santé humaine, l’alimentation et le sida, l’alimentation et le cancer, les besoins alimentaires de groupes ethniques variés.

lundi 18 janvier 2010

Homme + électroménager = courage, fuyons !

Salut mon pote, la pêche ?
Moi c'est plutôt la flotte chez moi...

Tu t'es déjà retrouvé face à un homme se servant d'une machine à laver ? Si tu es un homme toi-même, imagine toi devant une machine à laver, hein. Ben ça donne des choses chelou des fois. Moi par exemple là, j'ai plus de machine à laver. Parce que l'Homme l'a touchée. Ils disent de nous, qu'on sait pas bricoler ou réparer notre voiture... Mais jusqu'à présent, à chaque fois que j'ai fait ma vidange, ma voiture roulait après ; la sellerie que j'ai construite il y a 6 ans, elle tient encore debout ; les enclos à cochons d'Inde aussi ; mes filtres à huile aussi ont tenu la route ; les clôtures de ma jument aussi sont restées fières et belles ; les meubles que j'ai montés aussi, tiennent encore debout ; mes siphons sont toujours propres ; les joints accessibles de mes lavabos sont changés régulièrement ; enfin bref, plein de trucs comme ça. Et par dessus tout : ma machine à laver a toujours parfaitement fonctionné.
Sauf qu'aujourd'hui, je rentre du travail les bras chargés, et après avoir sommé l'Homme d'aller acheter des croquettes pour mes deux fauvettes (ce qu'il fit fort promptement, je dois noter, et ce sans erreur : il a acheté les bonnes !), il s'approche de moi tout sourire, et me réclame un bisou (que je fis volontiers en voyant le paquet de croquettes sur le plan de travail et en plus, en déduisant que s'il sortait de la pièce où gît la machine à laver, c'est qu'il avait lancé une lessive).
Puis là il me dit : "Je crois que j'ai fait une connerie avec ta machine à laver". Les paquets de litière par-terre, le sac à main de même, les bras ballants et les yeux grands comme des pamplemousses, je lui sors un "QUOI ????!!" des plus significatifs et me dirige vers ladite machine à laver. Il tente d'argumenter après m'avoir lâché un "bon, j'aurai eu un bisou quoi qu'il arrive" et me dit qu'il a mis trop de linge dedans, qu'il l'a donc arrêtée, puis vidée un peu, et relancée, mais qu'il y a un bruit bizarre. Et comment ! Le tambour ne tourne plus ! Après avoir lancé une machine sans eau il y a quelques temps, voilà maintenant qu'il lance des machines pleines à craquer, laine et coton et blanc et couleurs confondus... Je n'ai tout de même pas osé demandé à combien ! "Moi je mets tout ensemble sur 30 délicat, comme ça j'suis sûr qu'il y a pas de problème !" qu'il dit l'Homme d'une autre femme. Le mien il dit juste qu'il met tout ensemble parce qu'il a des produits faits pour.
Fort heureusement, mon voisin a une super boîte à outils, et l'Homme n'est quand même pas dénué à 100% de l'utilisation de ses mains. Aussi vient-il d'ouvrir ma petite machine à laver et de me la réparer (remis la courroie en place). Ben oui, faut pas que je sois trop médisante non plus, mais quand même ! Maintenant il faut que je lui apprenne à trier le linge...

samedi 9 janvier 2010

Les poisons laitiers (n° 1)

Salut salut ! La pêche en ce week-end froid et blanc ?
Aujourd'hui, m'en vais te parler des produits laitiers, tu sais, ces supers trucs froids et blancs qu'on adoooooooore, au moins autant que la neige.

Nos amis pour la vie, qu'ils disent. Super, des petits Aliens qui vont me sauver la vie ! Youpi !

Pour commencer, regarde un peu la nature, et dis moi quel animal tu as déjà vu consommer le lait d'une autre espèce après son sevrage. Je dis bien "dans la nature", ne viens pas me parler de ton chat ou du clebs de tes voisins. L'homme, lui, considère qu'un tel comportement alimentaire est essentiel pour sa survie. "Sans lait tu vas avoir des carences !! Et le calcium ?!"
Le lait de vache, comme son nom l'indique, est fabriqué par la vache. Et le lait de femme, est fabriqué par la femme. La femme allaite son bébé, comme la vache allaite son veau. Un veau et un nourrisson n'ont pas les mêmes besoins : le veau doit grandir très vite, être apte à se tenir debout très vite, et augmenter son volume également très vite. Quarante jours environ après sa naissance, le volume et le poids du veau ont doublé. Un nourrisson va les doubler en 180 jours. C'est pourquoi les laits de vache et de femme sont si différents l'un de l'autre : le lait de vache contient 4 à 5 fois plus de protéines que le lait de femme, pour apporter à son veau tous les éléments dont il a besoin pour grandir, grossir et courir vite ; le lait de femme contient deux fois plus de sucre que le lait de vache, pour apporter au nourrisson tout ce dont il a besoin non pas pour marcher, grandir ou grossir, mais pour son développement cérébral.

Tu dois forcément connaître des gens allergiques aux produits laitiers ? Non ? Bon, tu connais alors forcément des gens allergiques à d'autres choses ?
Sache que le lait est la première source d'allergies alimentaires, et que stopper sa consommation réduit considérablement, voire fait disparaître les autres allergies. Pourquoi ? Le livre «Echec aux allergies» explique ce phénomène :
«Le renoncement au lait et aux produits laitiers et de manière générale aux protéines animales est une nécessité pour les nourrissons, les enfants et également pour les adultes, si l’on veut lutter efficacement contre les allergies. Si on ne renonce pas à ces aliments, il n’est pas étonnant que de plus en plus de personnes souffrent d’allergies et d’autres maladies. Les femmes enceintes et les mères qui allaitent devraient également renoncer à consommer du lait.»
Et puis, quand tu commences à avoir des dents, ton corps se transforme, ton système digestif se met en route pour assimiler des aliments solides, ça va de soi. De fait, quand tu es adulte, tu ne produis plus l’enzyme lactase qui digère le sucre du lait (lactose). C'est pour ça que tu es soit intolérant au lait, soit allergique à quelque chose.

Je ne te parlerai que brièvement des substances toxiques présentes dans le lait du fait de l'alimentation de la vache qui le produit, c'est quelque chose que tu peux comprendre facilement : la viande contient en moyenne 14 fois plus de pesticides que les végétaux, le lait en contient 5½ fois plus. De nombreuses études ont montré que plus les femmes consommaient de viande (y compris les volailles et les poissons), d’œufs et de lait, plus leur lait contient de substances toxiques. Enfin, une étude du New England Journal of Medicine a montré que le lait des femmes végétariennes, même celui qui a la plus mauvaise qualité, était toujours meilleur que le moins mauvais des laits de femmes non végétariennes. Et en moyenne le lait des femmes végétaliennes contient 35 fois moins de substances toxiques que celui des non végétaliennes.

Tu entends aussi souvent dire que si tu ne bois pas de lait, tu vas souffrir d'ostéoporose. Sais-tu seulement ce qu'est l'ostéoporose ? C'est une déminéralisation des os, et souvent, on te dit qu'elle est due à un manque de calcium. Du coup, ton médecin te dit de boire plein de lait, de manger plein de frometon qui pue et autres âneries. En réalité, les recherches modernes en alimentation ont prouvé que la cause principale de l’ostéoporose n’est pas le manque de calcium absorbé, mais la grande consommation de protéines animales (entre autres facteurs comme une nourriture faible en vitamines, trop d’acidité dans l’organisme ou le manque d’exercice).
Autrement dit : plus le corps doit faire face à des protéines en excès, et plus le bilan en calcium est négatif. La perte en calcium est d’autant plus forte que la quantité de protéines animales consommée est importante. Ceci a été prouvé par de nombreuses études scientifiques et a été confirmé encore par la simple observation au niveau mondial : c’est dans les pays où la consommation de lait et de produits laitiers est la plus importante USA, Finlande, Suède et Grande-Bretagne que l’ostéoporose est la plus répandue.
Ne me demande pas pourquoi les médecins te conseillent du lait... Quand on sait que Nestlé a un droit de regard sur les menus proposés dans les cantines des écoles, on peut facilement imaginer le reste...

Pour finir, laisse moi te dresser une petite liste des problèmes de santé provoqués et/ou accentués et/ou aggravés par la consommation de produits laitiers :

-:- Problèmes digestifs, gastriques et intestinaux :
Digestion lente, lourdeur digestive, indigestion, bouche pâteuse ou excès de salive, hoquets, régurgitations, nausées, vomissements, hémorroïdes, ralentissement du transit, constipation ou diarrhée avec putréfaction ou fermentation, maux de ventre, tensions, spasmes, coliques, ballonnements, flatulences, selles sanguinolentes et/ou glaireuses, congestion hépatique, insuffisance biliaire, inappétence, anorexie, gastrite, entérite, gastro-entérite, colite, recto-colite hémorragique ou non, hyposthénie, hypotonie, et/ou atonie digestive et métabolique, plaies de l'ulcère rongeur, crampes d'estomac, distension abdominal, obstruction intestinale, mauvaise absorption, perte d'appétit, retard de croissance, défécation douloureuse, irritation de langue, lèvres, et bouche…

-:- Problèmes ORL, bronchiques et respiratoires :
Congestions, mucosités, glaires, catarrhes, écoulements du nez (rhinite ou coryza), des sinus (sinusite), des végétations (végétations adénoïdes), du pharynx (pharyngite, rhinopharyngite), du larynx (laryngite), des amygdales (angine, amygdalite), de la trachée (trachéite), des bronches (bronchite, bronchiolite), des oreilles (otite), des mastoïdes (mastoïdite), des yeux = conjonctivite, blépharite, orgelet aigus ou chroniques, persistantes ou à répétition, avec possibilités de réactions fébriles et/ou spasmodiques allergiques ou non (éternuements, tensions, spasmes, douleurs, oppression respiratoire), et avec possibilités d’invasion microbienne (bactéries, virus), manque d'air nasal, otidis media (problème de l'oreille intérieur), asthme pulmonaire...

-:- Problèmes cutanés ou dermatologiques :
Croûtes de lait, rougeurs, eczéma, urticaire, abcès, furoncles, acné, séborrhée, kystes avec ou sans démangeaisons (prurit) avec ou sans invasions microbiennes, éruptions, atopique dermite, urticaires, et beaucoup d'autres affections dermatologiques

-:- Problèmes rhumatologiques, rhumatismaux, osseux et/ou articulaires :
Rhumatismes avec inflammation (œdème, arthrite, polyarthrite, arthritisme, neuro-arthritisme) et/ou avec dégénérescence (ostéoporose, décalcification, arthrose, épanchement), avec ou sans réactions spasmodiques (tensions, raideurs, douleurs, spasmes, contractures), et souvent sensibles et aggravés à l’humidité et/ou au froid.

-:- Problèmes génitaux et urinaires :
Pertes blanches (leucorrhées), congestion mammaire avec ou sans tension, souvent aggravée avant les règles (syndrome prémenstruel), stérilité, kystes, fibromes, tumeurs ou chez l’homme congestion prostatique.
Néphrite ou néphrose, avec ou sans dépôts calciques, calculs ou lithiases, cystite, cystalgie, énurésie...

-:- Problèmes circulatoires, artériels, veineux, et lymphatiques :
Hypertension ou hypotension, anémie, ralentissement circulatoire, congestion veineuse, stase lymphatique, hypertrophie des ganglions, adénite, scrofulose, imprégnation hydrique, rétention d’eau, œdème, dépôt calcique, artériosclérose, angor, artérite, coagulation anormale du sang, anémie par manque de fer (les produits laitiers sont la cause d'au moins 50% des cas d'anémie par manque de fer chez les enfants et un pourcentage inconnu de cas d'anémie chez les adultes ; cette condition résulte du saignement de l'intestin grêle causé par les protéines des produits laitiers et n'est pas sensible à une thérapie en fer tant que le lait et autres produits laitiers ne sont pas éliminés), low-serum proteins, thrombocytopénie (plaquettes basses), et éosinophilie (cellules du sang allergique-apparentées).

Le lait empêche l'assimilation du zinc et augmente nos besoins en vitamines A et B12.


-:- Troubles du comportement :

Irritabilité, agitation, hyperactivité, mal de tête, léthargie, fatigue, syndrome de la fatigue de tension allergique, douleur musculaire, dépression mentale, énurésie (incontinence d'urine, le plus souvent nocturne).


-:- Problèmes généraux :

Prédominance de l’Élément Eau Humidité (kapha selon l’ayurveda ou yin selon médecine taoiste), sensibilité à l’humidité et/ou au froid, diminution et déficit de l’attention, de l’éveil, somnolence, lenteur mentale, léthargie, autisme, fatigabilité, fatigue, hyposthénie, hypotonie, asthénie, anergie musculaire, nerveuse et générale, donc déficience de la vie animique, excès de la vie végétative, prise de poids, surcharge pondérale, obésité, hypercholestérolémie, hyperlipémie, et déséquilibre, ou aggravation, des constitution carbonique (kapha selon ayurveda ou yin selon le tao), tempérament lymphatique (kapha ou yin), terrain ou diathèse sycotique (sycose selon homéopathie), pré-cancérose ou terrain diathèse pré-cancéreuse (cancérinisme selon homéopathie) qui favorise des cancers, terrain diathèse arthritique ou neuro-arthritique, terrain allergique, diathèse hyposthénique, diathèse anergique, terrain diabétique, ralentissement du métabolisme de base, frilosité ou refroidissement, intoxication, céphalées, maux de tête, migraines, nervosisme, spasmophilie, tétanie, maladies auto-immunes, collagénoses, scléroses, dégénérescences, déficience immunitaire, amaigrissement et dénutrition lors de troubles digestifs chroniques de malabsorption digestive...

La consommation des produits laitiers à haut pourcentage de gras contribue au développement de maladies coronariennes, de certains cancers et d'attaques d'apoplexie, les trois maladies qui tuent le plus de personnes au Canada.

Rien que ça !! Tes amis pour la vie sont vraiment trop cool ! :)

La prochaine fois, je t'expliquerai les méfaits du lait non plus sur toi, mais sur les vaches et sur la planète, tu sais, celle grâce à laquelle tu es en vie.

Sources :
http://zouktv.blog.mongenie.com/index.php?idblogp=377524
http://www.guadadvent.org/sante_article_lait_de_vache.php

mardi 5 janvier 2010

Best of bribes 2009

Salut l'ami,
En ce début 2010, voici le podium des bribes avec en tête :

1. Ça demande pas beaucoup de mains pour comprendre.

En effet, ça ne demande pas beaucoup de mains, puisque les mains ne comprennent rien ! Le contexte de cette bribe gagnante est le suivant :
Je jouais aux cartes avec une amie, qui expliquait le jeu à une tierce personne. Cette personne ignorait totalement les règles du jeu, et avait du mal à les comprendre, tant mon amie s'exprime mal (elle est l'auteur d'au moins 50% des bribes 2009). La tierce personne, les cartes dans les mains, et manifestant une incompréhension des plus totales, s'est entendu dire par mon amie, elle aussi les mains remplies de cartes : "ça ne demande pas beaucoup de mains pour comprendre !"
Félicitations pour cette victoire, qui marque sans aucun doute la naissance d'une nouvelle génération de jeux de cartes.

Ensuite, nous avons en deuxième position :
2. Tu ressembles trop à un mec que je connais pas.
Bravo à son auteur pour sa perspicacité !

3. Les deux enchaînés c'est mieux que rien tout seul.
En effet, boire deux bouteilles de vin d'affilée, c'est mieux que de ne rien boire du tout. Très profond.

Voici pour le podium, la suite du top 10 ci-dessous :

4. Je veux que tu sois la femme de mes enfants.
5. Ils font pas des bébés entre beignets dans la poêle !
5 (ex-æquo). Ce qui n'est pas évident à comprendre c'est que c'est bête.
6. Tolérer les handicapés au travail c'est un petit bout de mot.
7. Nous courûmes assis.
8. Tu ne brancheras jamais un netbook dans du terreau.
9. Contre ta tête elle avait un cœur de mèches de cheveux à elle.

Je compte sur toi pour m'en sortir d'aussi absurdes en 2010 !