lundi 28 novembre 2011

La logique du circuit

Hello guys,

What's up ?
De mon côté, tu t'en doutes, il se passe encore des choses merveilleuses. Je m'en vais te raconter la fabuleuse histoire des coureurs, des gens qui courent le dimanche sur les routes, et qui t'emmerdent profondément.


Attention, je n'ai strictement rien contre les gens qui courent. Moi-même ça m'arrive, c'est pour te dire ! Mais là je suis tombée sur du lourd, hier matin.
Je me rendais tranquillement en visite pour soigner un chat que j'avais en garde. Je sors de chez moi, et au bout de la rue arrivée, des gens de jaune vêtus j'ai vu. Ils m'ont indiqué que je devais tourner à gauche ; je me suis demandée comment ils connaissaient ma destination, mais cela pour moi j'ai su garder, et mon chemin j'ai continué.

Je m'occupe de cette charmante minette très bavarde, à une dizaine de kilomètres de mon domicile. Ma foi, elle allait très bien et je ne demandais pas mieux. Puis le temps pour moi est venu de rentrer : j'ai donc pris le volant en direction de mon domicile. Ou plutôt devrais-je dire, de ce qui était mon domicile, et qui n'était plus, l'espace de plusieurs heures, qu'un périmètre pour coureurs.
Près de chez moi je suis arrivée, et, joyeusement, à de belles barrières j'ai dû faire face. J'ai attendu, cinq, dix... quinze minutes, en regardant les gens de jaune vêtus me regarder, puis j'ai décidé de faire demi tour : mon super GPS va bien me trouver un itinéraire salvateur pour chez moi me ramener.
Effectivement, il a été infaillible : j'arrive donc par je ne sais trop où dans une rue voisine de la mienne, qui arborait une magnifique banderole d'information au sujet d'une course de coureurs... J'ai respiré un grand coup, ai fait demi tour et ai improvisé un chemin pour dire à mon GPS de me recalculer un nouvel itinéraire... ce qu'il fît, bien entendu (vu qu'il est infaillible).

Et quelle ne fut pas ma joie quand je vis, au loin, en face de moi, une troisième magnifique barrière entourée de gens de jaune vêtus, et derrière laquelle défilaient des centaines de coureurs ! Et soudain, un homme de jaune vêtu est venu en courant vers moi, à mon secours me suis-je dit. Penses-tu...

"Ah ben là vous en avez jusqu'à midi..."
"Bonjour"
"Ouais parce que là ça va défiler encore un moment"
"Mais rassurez-moi, je peux rentrer chez moi ?"
"Ah ben non"
"Ah, c'est original... Et vous me proposez quoi, alors ?"
"Ah ben... je sais pas"
"Comment ça, vous ne savez pas ? Comment je fais pour rentrer chez moi ?"
"Ah ben, vous faites pas."
"Vous plaisantez ?"
"Ah ben non, c'est à vous de prendre vos dispositions, vous voyez bien, y'a la course"
"Oui, ça j'ai vu, merci. Mais ce que je vois surtout, c'est que je ne peux pas rentrer chez moi, et que j'ai du travail, et que je ne peux pas dire à mes clients que je ne peux pas m'occuper de leur chat sous prétexte que des coureurs squattent mon quartier, voyez ?"
"Ah ben oui mais on ne peut pas mettre la vie des coureurs en danger, vous comprenez bien..."
"Oui, je comprends parfaitement. Mais vous, vous ne comprenez pas que vous bloquez des centaines d'habitants avec votre course, et que de fait, on reste coincés chez nous, quand ce n'est pas en dehors ? Vous ne pouvez pas prévoir dans votre circuit une solution pour les riverains ?"
"Ah ben... j'y suis pour rien moi, c'est la logique du circuit..."

Ben tu parles d'une logique... En résumé, quand y'a courses de coureurs, soit je me gare à 5km de chez moi (vu que j'habite dans un coin où y'a plein de chemins, j'suis pile à l'épicentre des festivités), soit je dis à mes clients "désolée madame, mais votre chat là il va mourir, parce que 2089 gugus en short et 18 barrières m'empêchent de sortir de chez moi".

mercredi 26 octobre 2011

Tentative de communication maternelle

Salut l'ami !

Excuse hein, ça fait supra longtemps que je suis pas venue ici mais tu comprends, j'étais méga occupée ! Je parlais avec une copine...

Moi : Coucou, ça va ?

Elle : Salut ! Oui ça va bien mais un peu crevée ! Ben oui, avec la grossesse, j'suis super fatiguée, puis la petite elle commence à bien bouger ! J'te jure, elle réagit même à la musique et quand j'appelle mon mari aussi ! Je la sens, elle donne des coups de pied, elle est trop mignonne !

Moi : Ah ?

Elle : Oh et puis je t'ai pas raconté, la semaine dernière j'ai flippé, j'ai commencé à avoir des pertes marron bizarres, tu sais, visqueuses et à moitié translucides, enfin bizarres quoi, alors j'suis allée voir mon gynéco parce que j'ai eu vachement peur, donc il a fait un prélèvement et il m'a dit que c'était normal d'avoir des règles parfois, donc ça m'a un peu rassurée mais j'attends quand même les résultats d'analyse...

Moi : Ouais ben oui y'a qu'à attendre...

Elle : Nan mais je les ai reçus ! Alors du coup ben les résultats ça allait, en fait tout était normal, ouf ! Tu te rends compte quand même... Un p'tit bébé dans mon ventre !!!

Moi : Et sinon, euh...

Elle : Attends ! Et là une semaine après, je commence à avoir les premières contractions ! Je fonce chez le gynéco qui me dit que le bébé est un peu bas, alors je devais me reposer plus tôt que prévu mais en même temps tant mieux ! Du coup je passe mes journées à chatter sur les forums grossesse, heureusement j'ai une copine à qui c'est arrivé aussi mais tout était normal donc pas de souci !

Moi : Ah ouais...

Elle : Et alors l'accouchement...

Moi : Ah parce que...

Elle : Un truc de fou, j'ai commencé à perdre les eaux pendant que j'étais aux toilettes ! Heureusement que j'ai pas accouché dedans hein !!! Alors là mon mari m'amène direct aux urgences, là direct, sur le billard, heureusement y'avais pas trop d'attente ! Et là ils m'ont amenée en salle de travail et direct, ça a commencé, un truc de malade mais alors par-contre, j'suis restée 17 heures en travail !! T'imagines, 17 heures, alors là la sage femme qui me dit "poussez madame, pousseeeeez !" ben oui, parce que mon mari était reparti, il travaillait de nuit alors il est revenu qu'à 6h et quelques mais tu parles, moi je m'en suis à peine rendue compte parce que j'peux te dire que quand t'accouches, t'as autre chose à faire que compter les heures ! Alors du coup je continue à pousser, j'avais chaud, mais chaud ! Et puis bon ben voilà quoi, au bout de 17 heures, ma petite chérie est née, elle était trop belle !!! Trop trop belle, franchement tu l'aurais vue, avec son cordon tout mignon et tout le liquide amniotique qui dégoulinait... Trop choupinette ! Oh et puis j'ai tout de suite vu qu'elle me ressemblait, un truc de malade quoi, les yeux tout comme moi là, tout beaux ! Et ses cheveux, pareil, tout soyeux tout fins... Par-contre elle a le nez de son père ! Oui, le nez en trompette c'est pas moi !

Moi : Ah...

Elle : Alors quand on est rentrés à la maison... J'te raconte même pas...

Moi : Non ça ira...

Elle : Trop génial, elle a tout de suite adoré sa chambre, mais par-contre elle a commencé à faire des coliques à répétition, alors bon du coup ben elle faisait pas ses nuits et puis les cacas qu'elle nous faisait !! Rholala, heureusement que je l'allaite parce que bon, quand t'allaites les cacas sentent vachement moins, ils sont tout fluo je sais pas pourquoi, c'est bizarre ! J'te jure, quand t'allaites les cacas ils sont jaune fluo ! Enfin bon du coup heureusement que j'allaite parce que du coup, les cacas ça allait encore mais alors le vomi par-contre là c'était quelque chose. Franchement, une nuit je me lève pour la changer, et là elle me vomit dessus, t'aurais vu un peu ! Un vomi tout liquide et tout blanc, elle m'en a mis partout ! Oh la la, alors obligée de me changer parce qu'une demi heure après j'avais rendez-vous chez le gynéco pour un frottis, oui parce qu'il fallait que j'en fasse un rapport à un reste d'herpès que j'avais... mais t'inquiète pas hein, ça n'a pas eu d'incidence sur la santé de ma petite puce, heureusement d'ailleurs ! Mais donc du coup, j'me change et là elle me fait un gros caca ! Je venais de la changer et voilà qu'elle me salit encore sa couche toute propre ! Le pire c'est quand tu changes ton bébé, et que pendant que tu lui nettoies les fesses, il te fait caca dessus ! Une fois ça m'était arrivé, je venais juste de terminer de la nettoyer, puis en plus à ce moment là c'était pas facile parce qu'elle avait plein de boutons sur les fesses, des boutons de pus tu sais, un peu rouges avec des croûtes, alors bon c'était la galère, mais là j'avais tout nettoyé, j'avais même réussi à enlever les dernières petites croûtes, et là elle me fait une giclée de caca mou, elle m'en a mis partout la coquine !!! Enfin bon, je vais pas te saouler avec mes histoires hein, mais bon si tu savais... Tu verras quand t'en auras ! D'ailleurs il serait temps que tu t'y mettes hein, vu ton âge...

C'est à croire qu'une fois qu'un mioche est passé entre tes jambes, tu n'as plus aucun respect pour toi ni pour les autres, tu ne distingues plus du tout les sujets de conversation intéressants de ceux qui font chier tout le monde, tu ne te rends même plus compte que tu parles de caca, de vomi et de croûtes toute la journée. C'est une atteinte irréversible à la pudeur, en fait.

mercredi 6 juillet 2011

Mon nouveau militantisme

Hi there, comment ça va ?
Oui, je sais, ça faisait longtemps. Je fais c'que j'peux hein !

J'te rassure, pas d'armes chez moi ! Non, aujourd'hui, je m'en vais te causer de comment j'occupe les 4 minutes 32 que j'ai de temps libre dans mes journées.
Je ne sais pas si tu connais la communauté FreeCycle : c'est un groupe de gens comme toi et moi qui s'inscrivent dans le groupe de leur ville, pour pouvoir "passer des annonces" (sous forme de mail) pour donner des choses dont ils veulent se débarrasser. Du don à d'autres gens pour recycler les choses, quoi. Et c'est super chouette.

Sauf que parfois, parmi les "choses" se trouvent des chats ou des chiens, ou tout autres bestiaux de ci de là. La première fois, que j'en ai vu, c'était quelqu'un qui voulait se débarrasser de son encombrant toutou parce qu'un petit humain venait de débarquer dans la baraque. Donc le iench', hop ! Au rebut, tu pues.
J'ai (courtoisement) répondu à toute l'équipe de freecyclers de ma ville, en disant innocemment "Bonjour, juste pour rappeler qu'il est illégal de donner un animal non identifié, tralala..." et en y ajoutant un poil de morale à la fin. Le modo de Freecycle m'a répondu que oui, ok, c'était cool de le dire, mais que bon, ils peuvent pas tout faire. Mais j'ai apprécié qu'il envoie ensuite un mail récapitulatif en disant quelque chose du style "Comme précisé par une de nos membres, je rappelle que la la li la la la", avec une pointe de morale à la fin "les animaux sont des êtres vivants, respectez-les" ou un truc du genre.

Depuis ce jour, dès que je vois des annonces de dons d'animaux (ou de mise au rebut d'ailleurs), je note "mettre 4 minutes de côté aujourd'hui" sur un petit papier et j'envoie un mail à la personne concernée, toujours gentil parce que sinon on passe pour des extrémistes, pour rappeler un peu les bases, du style "un chaton à 2 mois n'est pas sevré". Des fois aussi, et c'est bien plus agréable, je fais de la pub pour des assos, quand les gens cherchent un animal. Aaah, ben bien sûr, c'est payant dans une asso, donc j'y crois pas trop. Mais bon. Qui sait ?

vendredi 22 avril 2011

Quand les champignons se mêlent à la mauvaise foi

Hi mon pote, la pêche ?

Aujourd'hui je vais te raconter la superbe histoire de deux petits cochons d'Inde qui sont arrivés chez moi en pleine forme, et qui d'un coup d'un seul, comme ça, pouf ! Ont chopé la teigne.


En fait, je voulais des petits cochons d'Inde. Parce que je trouve ça trop mignon. Surtout quand ils font "pouiiiiiiik pouiiiiiiiiiiiik" et "rrourrourrourrou".
Alors j'ai regardé sur Seconde Chance et j'ai découvert deux petites boules de poils à même pas 2km de chez moi à adopter. En fait, je te parle d'eux juste parce qu'ils sont trop mignons, parce que je ne les ai pas adoptés (pas la place pour les séparer en cas de mésentente future, qu'il faut envisager plus systématiquement quand il s'agit de mâles que de femelles).
Du coup, je me mets en quête de deux femelles à adopter. J'appelle des gens, et puis une copine bénévole en Normandie me parle d'un élevage qui se sépare de plein de chonchons pour cause de "réduction d'effectifs".
Me voilà donc en train de contacter l'éleveuse, qui rapidement m'envoie vers un site internet où sont recensés tous les chons dont elle se sépare. Déjà, je suis perplexe de voir en page d'accueil "élevage amateur de cochons d'Inde" quand plus de 100 animaux sont proposés.

Bon, je décide d'aller creuser un peu le truc, et de lui réserver deux petiotes. Elle me demande un accompte via paypal pour réserver officiellement les filles, ce que je lui règle rapidement. Puis nous fixons rendez-vous près de chez moi, car elle m'amène les chons.

Nous échangeons quelques mails, sans qu'une seule fois elle ne s'inquiète de la façon dont j'allais soigner les petiotes, ne mentionne pas une seule fois l'apport indispensable en vitamine C pour les chonchons... Puis le jour J est arrivé et l'éleveuse m'appelle aux environs de 16h30 pour me dire qu'elle se trouve sur une voie d'insertion au bord d'une voie rapide et qu'elle m'y attend. Youpi.
Je me rends là bas, et là la dame ouvre son coffre et me demande : "vous les reconnaissez ?"
J'ai à peine eu le temps de lui dire "oui" et de prendre ma boîte de transport dans ma voiture que je la vois, derrière moi, avec les deux cochons d'inde, un dans chaque main, prête à me les poser dans la boîte à 2m de voitures lancées à 110km/h.
Je le sentais déjà moyen, quand elle m'a donné rendez-vous au bord de la route, mais inconsciente à ce point, ça ferait un super cas pour des thérapeutes. Du coup, tu te doutes que je n'ai même pas eu envie de lui dire deux mots de plus, je lui ai filé son bif et je suis partie illico.

Le truc, - et c'est là que l'histoire marrante commence, - c'est que dans la voiture, j'ai remarqué qu'une des chonnes présentait une petite lésion près d'un œil. Je ne trouve pas ça rassurant du tout, et prévois de prendre rendez-vous chez le vétérinaire, quand le lendemain, je constate que la deuxième fifille a aussi une lésion, mais dans l'oreille. On est dimanche. Bah, on est dimanche ! Alors qu'est-ce que je fais pour patienter ? Je prépare un seau d'eau javellisée, et je me colle à la serpillère, au nettoyeur vapeur et autres produits désinfectants du linge...

Lundi à 8h58, j'appelle la clinique et parviens à prendre rendez-vous dans la journée, 17h30.
Le diagnostic est évident : teigne (avec découvertes de nombreuses autres lésions que je n'avais pas vues car pas cherché à les voir, les puces étaient déjà assez stressées comme ça pour qu'en plus je m'amuse à les manipuler à l'endroit et à l'envers), et des poux insoupçonnés. On me prescrit donc un traitement (relativement lourd) à administrer aux mémères (qui ont 1 mois et demi).

Puis, le temps passe, j'applique deux fois le traitement prescrit mais si une des puces me rassure en guérissant super bien, l'autre en revanche présente des lésions de plus en plus moches, purulentes, sanguinolentes et croûteuses. Mmmm...

Je prends donc à nouveau rendez-vous ce matin chez le véto, qui alourdit le traitement, voyant que la teigne se fout clairement de la tronche des précautions qu'elle a voulu prendre en ne prescrivant qu'une petite application locale de temps en temps à cause du jeune âge des pépettes... Donc là, on la joue radical, c'est du lourd.
Je ne te mentionne pas le prix des deux consultations, c'est bien plus que ce que j'aurais mis dans un cadeau d'anniversaire pour mon papa pour la fête des pères, tu vois. Ça fout les boules, quand même.

Voyant tout ça, tu te doutes bien que j'ai contacté l'éleveuse pour la prévenir. Poliment, courtoisement, tout ça. Et ben devine quoi (j'te le donne en mille, même ma véto a deviné) : c'est pas de sa faute !!!
Bah non, figure-toi que les micro-organismes, microbes et autres champignons sont naturellement présents sur notre peau, et que les maladies sont déclenchées par le stress... Et figure-toi aussi que mon jeune âge me joue des tours, et que je ferais bien de la fermer avant d'accuser les gens à tort (qu'au passage, on écrit avec un T, et non pas comme tu l'as fait avec un D, même si cette orthographe relate assez bien ce que j'ai envie de faire à ton cou, sale "éleveuse").

Donc pour résumer, selon elle, les autres animaux de son élevage ne présentent aucune lésion cutanée, elle n'a décelé aucun poux, juste "une puce ou deux", et elle n'a détecté aucun signe de teigne. Mon véto est bien trop alarmiste, et moi complètement conne malgré que je sois assistante véto, donc j'ai qu'à fermer ma gueule.
C'est sans doute pour ça que j'ai pu observer au microscope un magnifique poux en pleine digestion, prélevé une minute plus tôt sur ma chonne... Et c'est aussi sans doute pour ça que les deux pupuces présentent des lésions cutanées de plus d'1cm de diamètre, au nombre de 15 (j'imagine que c'est non exhaustif) à elles deux... Comme ça, pouf, le stress on t'a dit !

J'te raconterai la suite bientôt. Sinon je risque de dire des choses que les enfants doivent pas lire.

lundi 11 avril 2011

Des p'tits chats, des p'tits chats, toujours des p'tits chats

Hello l'ami,
Aujourd'hui, c'est de bien sale poil que me revoilà. J'en ai ma claque des irresponsables, c'est pas nouveau mais quand même.

Oh le joli p'tit chat ! Je le veux !

Je vais te raconter l'histoire d'une fille (appelons-la Mlle L.) qui un jour a décidé d'adopter (même si c'est un bien grand mot) un petit chat. "Oh, quelle bonne idée !" me dis-je quand elle m'a appris la nouvelle, "tu l'as choisi dans un refuge ?"
Et bien non, elle avait une amie qui, responsable comme les trois quarts des gens de cette planète, avait une chatte non stérilisée et qui avait eu des petits. Mlle L. a donc décidé de prendre un petit mâle de la portée. Admettons.

Tu me connais, comme je voyais Mlle L. assez souvent, je lui en parlais, de son petit chat. "Comment tu vas l'appeler ? Tu comptes lui donner quoi à manger ? Fais la stériliser si c'est une femelle", etc. Je me suis pris le bec plusieurs fois avec Mlle L. parce qu'elle me disait qu'elle comptait lui donner des croquettes à 49 centimes à manger, et que les vaccins, pour elle, c'était inutile, quant au vermifuge... Elle ne savait même pas ce que c'était ! Je te passe les détails concernant le tatouage ou la puce électronique... Et aussi au sujet de la stérilisation, parce que pour Mlle L., les femelles c'est chiant parce qu'il faut leur donner la pilule, donc elle préfère prendre un petit mâle.

Donc bon, je me suis un peu fâchée, voyant quand même que Mlle L. était prête à tout (et surtout au pire) avec son chat (t'imagines le cocktail : une chatte qui prend la pilule, qui mange de la merde en croquettes, qui n'est ni identifiée, ni vermifugée, ni vaccinée et qui sort dehors... Espérance de vie 4 ans au mieux).
Et puis la coïncidence a fait qu'un jour, en présence de Mlle L., je me suis retrouvée à embarquer une minette supposée errante (je dis supposée parce qu'en fait ladite minette appartenait à quelqu'un, merci la puce électronique !) chez le vétérinaire pour la faire tester FIV et FeLV avant de l'amener chez moi, où déjà 2 chats vivaient paisiblement. Inutile de préciser que le test FIV-FeLV était pour Mlle L. une curiosité aussi inutile qu'onéreuse que jamais elle n'aurait pu avoir l'idée de faire faire à un chat.

Et puis, un jour, Mlle L. m'annonce que son chat est arrivé ! Sans l'ombre d'un doute, tu t'imagines bien que j'ai encore fait ma relou, et que je me suis remise à la questionner ("il a quel âge ? Tout juste deux mois !? Mais c'est trop jeune ! Ah tu t'en fous, ok, ben viens pas me demander conseil quand tu verras dans 6 mois que ton chat à des comportements complusifs agressifs ou qu'il devient obèse, hein"), à la tanner pour qu'elle achète des croquettes dignes de ce nom à son chat, qu'elle évite les boîtes, qu'elle le fasse vacciner et tout le toutim. Ce jour là, je crois que si j'avais pissé dans un violon, ça aurait sûrement abouti à quelque chose de plus intéressant.

Le temps passait, et Mlle L. me racontait régulièrement des petites histoires sur son chat, elle semblait attendrie de le voir faire ci et ça. J'avais fini par garder pour moi les réflexions que je pouvais me faire, et avais opté pour l'option Je-Trimbale-Un-Violon, que je trouvais désormais plus efficace.

Et aujourd'hui, quelle ne fut pas ma surprise !!!! Accroche-toi bien, l'ami. J'ai découvert aujourd'hui, en me baladant sur cette merveille qu'est la toile, que le chat de Mlle L. était en fait... une chatte !!! Et preuve en image en prime, une superbe photo du chat en question, avec une floppée de minimum 4 chatons lui mordillant allègrement les tétines. Comment veux-tu que je reste calme ???

Alors je suis désolée, c'est encore sur toi que ça va tomber, mais j'en ai plein le derche des irresponsables de ce genre, plein le fion des chats qui se transforment en chattes (on va me faire croire que c'est les OGM peut-être !), plein le fondement de tous ces humains complètement cons qui ne prennent même pas la peine de sexer correctement les petits dont la venue sur Terre est de leur seule faute, et qui perpétuent la prolifération de ces petites boules de poils innocentes qui finiront, elles aussi, noyées, balancées contre un mur, données sur le marché, mal nourries ou rapidement pleines d'une autre portée dont on ne saura encore que faire. Ben oui, parce qu'il ne faut pas se leurrer, si tu crois que ça va servir de leçon à Mlle L. et qu'elle va stériliser sa minette... Tiens, je te prête mon violon !

vendredi 18 mars 2011

Les baleines prennent leur revanche

Hello l'ami,
Ça faisait un petit bout de temps, mais me revoilà, en pleine forme, et j'ai une info capitale à te filer.

Tu es au courant de la cata au Japon, j'imagine. C'est terrible, et quand j'y réfléchis, moi, je vois qu'une explication plausible à tout ça.
Attends, un séisme, puis un tsunami. Tu trouves pas que ça fait un peu beaucoup, toi ? La coïncidence, j'y crois pas. Alors j'ai réfléchi, et puis j'ai pensé aux baleines. Je suis persuadée que c'est elles, qui ont élaboré le plan diabolique pour se venger de toutes les horreurs qu'elles subissent, elles aussi.

Alors y'a eu réunion de baleines, elles se sont retrouvées à un point défini, et ont foncé tête vers le bas toutes ensemble pour tout faire péter. Tremblement de la Terre (dont l'axe s'est déplacé, soit dit en passant, bravo les filles vous avez assuré !), et ensuite, éloignement des baleines, en deux groupes : un groupe vers la gauche, l'autre vers la droite sur un kilomètre, et puis demi-tour toute ! Et re-belote, un kilomètre dans l'autre sens, pour prendre leur élan, jusqu'à (presque) la collision, là, remontée à la surface synchronisée, et le fameux "tomber de baleine", tu sais quand elles se mettent sur le côté et qu'elles foutent de l'eau partout (ou quand tu plonges à la piscine, aussi) : et là, baaam ! Un tsunami. Et bien fait pour les pêcheurs de baleines barbares.

Le seul truc, c'est que les baleines elles ont pas pu viser seulement les méchants pêcheurs, et bon, ben pour ça, on peut pas les féliciter, hein...

Bon, en tout cas les baleines, ce sont de brillantes messagères de la Terre. Ras le bol général ! Et nous, on pique des gueulantes, des crises de nerfs, on s'arrache les cheveux, on claque les portes, on casse des assiettes ou même, des fois, on fait des dérapages avec la voiture, comme si les autres automobilistes ils pouvaient t'aider à aller mieux.

Ben la Terre, elle, elle pique ses gueulantes aussi, à sa façon : tempêtes (le fameux soupir du début de l'engueulade), tsunamis (les pleurs de madame), tremblements de terre (ça c'est quand elle claque les portes), incendies (quand tu brûles tous les souvenirs à présent gâchés par tant de lâcheté)...

Enfin bref, faut pas chercher plus loin, la Terre, elle en a plein le cul de nous avoir sur le dos (et pas l'inverse stp).

vendredi 21 janvier 2011

De l'art d'avoir toujours raison

Salut l'ami, ça faisait un bail, hein ?
Aujourd'hui, je vais te parler des gens qui ne veulent jamais avoir tort, et comme j'en côtoie au quotidien, j'ai un peu décortiqué leur façon de faire, et je crois que je vais m'en inspirer parce qu'ils sont vraiment trop forts.
T'as déjà dû avoir affaire à un gus qui veut toujours avoir raison, pas vrai ?

La règle n° 1 quand t'es comme ça, c'est d'avoir toujours un air supérieur. Ça peut se traduire de différentes façons, par exemple, ça peut être une posture, une démarche, une intonation de voix, un regard... Quand tu optes pour la démarche, en général ça donne à peu près ça : raide comme un piquet, les bras comme téléguidés (comme dans Terminator, tes bras ils bougent le long de ton corps, parallèles : "pvvvvt pvvt, pvvvvvvvt"), et surtout, le menton fièrement porté, comme les coqs qui se la pètent le matin quand ils braillent. Et toi, t'es tellement fûté que tu crois que ça te rend plus fort.

Ensuite, règle n° 2 : parler comme si tu t'en foutais de tout. Blasé. Du genre, quelqu'un arrive de super bon poil, toi, tu vas lui dire un "bonjour" froid pour surtout pas montrer que t'as des émotions. J'veux dire, voilà quoi, des gens heureux t'en as vu d'autres, tu vas pas te donner le mal de sourire à quelqu'un d'agréable, t'as autre chose à foutre. Surtout si cette personne n'a qu'une importance minime pour toi : ton boss ou un mec qui peut te signer un contrat de plusieurs milliers, bizarrement lui tu vas lui sourire, mais les autres... inutile.

Règle n° 3 : pour avoir toujours raison, il faut toujours dire le contraire de ce que disent les autres. Du genre tu sais tout mieux que tout le monde. Par exemple, un jour tu vas dire "j'veux un costume cravate beige pour mon séminaire". Pis le lendemain, une fois qu'on t'apporte un superbe costard beige de marque qu'on s'est bien fait chier à trouver, même que c'était le dernier et qu'on a, pour couronner le tout, réussi à négocier le prix pour l'avoir à - 50%, on te dit fièrement "c'est un beau beige, n'est-ce pas ?", ben toi, au lieu d'être content (n'oublie pas la règle n° 2, tu t'en fous), ben tu dis "putain ! Je vous avais dit marron, le costard !" Juste histoire d'emmerder ton monde, quoi. Fun, hein ?

En n° 4, tu as le don de savoir jongler entre "j'te fais confiance" et "j'te prends pour une merde". Si tu es habile dans ce domaine, tu arriveras parfaitement à faire perdre toute confiance en eux aux débiles qui t'entourent. Du genre, tu peux par exemple très bien demander à un gars ne parlant que le français de traduire un texte de loi tchékoslovaque en russe, sans lui fournir le moindre dico et en lui lâchant un petit "vous me faites ça ?" qui laisse sous-entendre que si toi tu le fais pas, c'est pas parce que tu parles pas un mot de russe, c'est de toute évidence parce que t'as pas le temps. Et puis tu l'engueuleras le lendemain parce qu'il n'y arrive pas, tu montreras ta déception ("tout de même, c'est pas sorcier, merde !") et du coup, tu lui demanderas un truc plus simple, comme par exemple trier les fourchettes ensemble et les couteaux ensemble : "ça va, vous vous en sortez ?".

Autre point important, n° 5 : ne jamais céder. Par exemple, il arrive parfois que tu aies affaire à des gens qui en ont dans le froc, et qui te disent tes 4 vérités quand t'es trop relou. Ben dans ces moments là, il ne faut surtout pas flancher ! Faut dire quelque chose comme : (rictus) "attendez, vous êtes en train de me reprocher de faire mon travail, là ?"
Cette phrase, elle marche pas à tous les coups mais dans l'ensemble, elle te sauve la mise un bon 8 fois sur 10. Et si jamais t'as vraiment un type chiant en face de toi (le genre de mec, de gauche, la trentaine à peine sonnée et un peu féministe sur les bords... les pires !) et que ce prétentieux ose te faire remarquer que tu avais dit beige, et non pas marron, alors là, faut lui donner le coup de grâce : (inclinaison de la tête) "écoutez, je sais encore très bien ce que je dis, et arrêtez votre air supérieur là, ça m'agace." Ben évidemment !

Ce qui m'amène à la règle n° 6 : se contredire et retourner la faute sur les autres ! C'est tellement plus simple, sérieux ! "Écoute mon gars, t'es con, t'es con ! Moi j'y peux rien ! Si t'as le QI d'une huître et que t'es même pas capable de comprendre marron quand je te dis beige, c'est quand même pas de ma faute, si ?!" En tout cas, toi, tu es tellement parfait que ça ne peut même pas te venir à l'esprit que peut-être, éventuellement (une hypothèse, comme ça, hein...) tu aurais pu peut-être manquer de précision dans tes propos et que du coup, le débile profond en face de toi aurait compris beige au lieu de beige... Ben non. Ah non non non, pas possib' ça. C'est lui qu'est con, c'est jamais toi ! "J'avais dit beige oui ou non ?! Oui ? Et ben voilà, pourquoi vous me ramenez un costard marron, alors ?!"

Règle n° 7 (facultative) : humilier les gens. Ça découle de la règle n° 6, mais c'est juste pour en rajouter une couche tu vois, au cas où le débile profond aurait pas tout à fait compris la leçon : "Franchement, si vous êtes pas capable de comprendre ça, j'ose même pas imaginer le reste !"
Tu t'enfonces, quoi. Tu t'es pas encore assez défoulé, faut que tu frappes encore une fois. Parce que t'es quelqu'un de sanguin, et surtout t'es orgueilleux, donc il faut bien que tout le monde soit au courant que la boulette n'est pas de toi, mais du débile d'en face. En général, tu t'arranges pour qu'il y ait des témoins, ça renforce ton sentiment de supériorité, et l'avanie n'en est que plus drôle à tes yeux.

Si tu fais tout ça avec les gens, tu peux être sûr qu'ils te respecteront : ils se rendront pas du tout compte que si t'es comme ça, c'est pour refouler ton manque de confiance en toi, et pour asseoir une pseudo autorité (la même que celle qui t'a tant fait souffrir quand t'étais môme : "range ta chambre sinon t'auras affaire à moi !" ou bien "T'as eu 18 en maths ? T'aurais pu avoir 20 !"). Ils se rendront pas du tout compte des tes incohérences non plus, et ils te pardonneront tes erreurs, puisque tu sais si bien pardonner les leurs aux autres.
Nan franchement, si t'es comme ça, je t'admire. Faut avoir un sacré courage pour se rendre, aux yeux des gens, encore plus con que ce qu'on est vraiment.